LES DOUZE HEURES DE LA ROUE ARCHETYPALE

 

Après avoir accepté la façon dont les archétypes restructurent la méthode de lecture intuitive, on en perçoit un bien plus grand nombre. En plus des quatre modes de survie, par les plus fréquents qui se présentaient il y avait le Sauveteur, le Serviteur, la Princesse, le Chevalier, la Reine, le Roi, le Guérisseur Blessé, le Mystique et le Modificateur.

En essayant de schématiser le sens de leur énergie pour des étudiants et pour d’autres, je me suis rappelé un exercice que mon cher mentor et professeur d’université avait enseigné. Pour amener une classe de spiritualité à un grand détachement dans la perception de la réalité, elle demandait que chacun de nous s’imagine être assis au centre d’une horloge. Chacune des douze heures de l’horloge représentait une réalité complètement différente. Une heure représentait les enseignements spirituels du bouddhisme ; une autre, les principes des traditions hindoues ; les autres, le judaïsme, le christianisme, l’islam, le taoïsme, le confucianisme, le shintoïsme, le mouvement Wicca, le zoroastrisme, le chamanisme et l’athéisme. Cette image montre qu’il n’y a pas qu’une seule réalité, que la vérité se présente sous  bien des formes. Se détacher des idées préconçues, ou s’asseoir au centre, disait-elle, c’est la seule façon de percevoir clairement la vie.

ROUE ARCHETYPALE

 

L’horloge représente aussi un cycle de vie complet. Le jour et la nuit ont chacun douze heures, et une année compte douze mois. Douze signes du zodiaque entourent notre planète, douze apôtres ont été envoyés en mission par Jésus, et les douze tribus d’Israël composaient le peuple juif de la Bible, sans doute le fondement de toute la tradition spirituelle occidentale. Les implications mystiques de ce nombre douze suggèrent qu’il est également devenu un modèle archétypal. Lorsqu’elle est divisée en douze sections, l’horloge ressemble aussi à une roue, l’une des plus anciennes représentations de l’âme, du destin, de la chance et des cycles de la vie.

Ainsi, la forte image obtenue est celle d’un système de soutien cosmique unifié. En examinant notre dessin, on réalise également  qu’il est ainsi reproduit inconsciemment le dessin ancien de la roue astrologique et que même numéroter les douze maisons des signes du zodiaque, il vient immédiatement à l’idée que ce gabarit cosmique est la forme idéale pour rendre les archétypes plus tangibles.

Carl Jung soutenait que nos ancêtres « projetaient » des schémas archétypaux sur les mythes et le folklore de la même façon qu’ils attribuaient aux configurations des étoiles des formes humaines et animales et leur donnaient des noms et des personnalités :

Nous le voyons très clairement en examinant les constellations, dans lesquelles les formes chaotiques originelles ont été organisées par la projection d’images. Cela explique l’influence des étoiles que suggèrent les astrologues. Ces influences ne sont que des perceptions inconscientes, introspectives, de l’activité de l’inconscient collectif. Tout comme les constellations étaient projetées sur les cieux, des figures semblables ont été projetées sur des légendes et des contes de fée ou des personnages historiques.

Cela expliquait le lien que j’avais ressenti, à l’origine, entre les archétypes et le zodiaque. Je saisissais peut-être un aperçu de l’inconscient collectif en voyant les douze maisons du zodiaque superposées à ma Roue Archétypale. Les formes de ces roues, qui se chevauchent partiellement, auraient pu n’être qu’une heureuse « coïncidence », mais plus je travaillais avec la confluence entre les douze archétypes et les douze maisons du zodiaque, plus ferme était ma conviction qu’ils pouvaient éclairer nos Contrats et nous amener à nous percevoir autrement.

La Roue Archétypale est une méthode intuitive qui met de l’information symbolique à notre disposition. Nos archétypes deviennent encore plus importants lorsque vous les voyez à l’œuvre dans les maisons qui signifient douze aspects différents de votre vie. la Roue vous aide à décoder les tendances sous-jacentes de votre vie. elle vous montre vos expériences et vos relations sous la forme de drames spirituels, remplis d’occasions de transformation personnelle.

Nos humeurs et émotions influencent la disposition de nos modèles archétypaux dans notre Roue. La façon dont tombent les runes ou les osselets dans une séance de lecture, par exemple, reflète notre état émotionnel énergétique, de même que l’atmosphère énergétique de cet instant. La pleine lune et les autres phases sont réputées affecter les émotions, tout comme les aspects planétaires, les taches solaires ou l’influence des orages électriques. Les méthodes intuitives s’accordent particulièrement aux énergies cosmiques, car toutes les énergies sont inter-reliées. 

Comme pour une carte du ciel, le but de la Roue Archétypale est d’étendre notre compréhension de nous-même. Plus précisément la Roue est un médium à travers lequel nos modèles archétypaux peuvent mieux jouer leur rôle en déployant notre Contrat Sacré. Comme des aimants, nos archétypes rassemblent les éléments essentiels pour qu’une expérience se manifeste, y compris les gens avec lesquels nous avons des Contrats et les moments auxquels nous devons effectuer des choix importants. Chacune des maisons est également alignée sur les énergies d’un ou plusieurs chakras, là où leurs zones d’influence se chevauchent. Cette confluence d’énergies devrait nous aider à nous faire une meilleure idée de la nature de nos maisons archétypales.

La première maison par exemple, symbolise l’ego et la personnalité. L’archétype qui correspond à cette maison représente le modèle d’influence inconsciente dominant de notre ego et de notre personnalité. Parce que c’est la maison qui nous enracine dans le monde et gouverne notre sentiment d’identité, elle est alignée avec les énergies des premier et troisième chakras. Lorsque j’enseigne la Roue dans un atelier, je demande aux gens de deviner quel archétype tel membre du groupe loge dans sa maison de l’ego. Beaucoup sont capables d’identifier l’archétype exact, tandis que d’autres décrivent habituellement des caractéristiques associées à ce dernier. Les hommes qui possèdent l’archétype du Chevalier dans leur première maison, par exemple, dégagent souvent une aura scintillante de chevalerie, de romantisme et de charme. Ils peuvent également paraître protecteurs, surtout envers les femmes et faire preuve de savoir-vivre dans leur façon de se vêtir ou de parler. Cet archétype est parfois évident, parfois subtil. 

Selon les enseignements astrologiques, chacune des douze maisons d’une carte du ciel (une carte indiquant la position précise des planètes au moment de notre naissance) représente un centre d’intérêt différent de notre vie. Les douze maisons de la Roue fournissent un moyen pour évaluer le fonctionnement de nos archétypes au quotidien, au sens propre et symbolique. La huitième maison par exemple, appelée « Ressources des autres » se rapporte à l’argent des autres, à notre façon de l’utiliser et aux héritages et aux questions juridiques. Notre héritage peut se rapporter non seulement à notre legs financier mais aussi à notre mémoire biologique génétique et ancestrale, de même qu’à nos attitudes et croyances tribales traditionnelles qui remontent à une génération ou à un millénaire.

Même si vous pouvez interpréter vos archétypes et leurs maisons à la lettre, vous devez étendre leur signification au plan symbolique. Si vous vous arrêtez au sens littéral d’un mot, vous serez insatisfait, car vous ne pouvez établir un lien concret entre un modèle archétypal et la signification de la maison dans laquelle il se trouve. Vous interprétez concrètement ce qui se passe devant vos yeux. Par exemple, les héritages émotionnels, psychologiques et génétique sont tout aussi réels, sinon plus, que l’argent et la propriété ; ainsi, lorsque vous examinez vos héritages, veuillez également considérer les caractéristiques physiques, comportementales et émotionnelles que vous partagez avec votre famille. Lorsque vous tentez d’interpréter la signification d’un modèle archétypal dans sa maison, envisagez tous les aspects de l’image et de l’information qu’elle détient. Ce faisant, vous créerez un portait plus complet de tous les modèle set de votre raison d’être. Rappelez-vous que vos archétypes sont vos guides lorsqu’il est question de déceler vos Contrats et d’atteindre votre potentiel divin.

Tous vos modèles archétypaux sont certainement présents dans les particularités de chacune des douze maisons, car ensemble, ils se comportent comme un seul et même système holographique au sein de la psyché. Néanmoins, un modèle domine selon le thème de chaque maison…

retranscrit par Francesca du blog http://francesca1.unblog.fr/

Extrait du livre Caroline MYSS, intitulé « CONTRATS SACRES »  aux éditions Ariane.

Connaissez-vous le cristal lémurien

images (13)Les cristaux lémuriens sont particulièrement rares en plus d’être parmi les plus puissants catalyseurs d’énergie vibratoire existant sur la planète. 

Selon une légende, le cristal Lémurien aurait récemment fait son apparition dans les contrées sablonneuses brésiliennes où normalement on ne se serait pas attendu à le trouver. En effet, habituellement, de par la nature de sa propriété, le cristal se retrouve normalement greffé à la base d’une souche mère. Par contre, ce cristal, contrairement à tous les autres, aurait été découvert enfoui profondément dans le sable sur une colline justement comme s’il avait intentionnellement été déposé là par la main de l’homme dans un but bien particulier. Les habitants de la Lémurie seraient précisément à l’origine de cette initiative. Ils habitaient d’un lieu aujourd’hui disparu du côté du Pacifique. 

Bien qu’on retrouve ces magnifiques cristaux lémuriens majoritairement au Brésil, il en existe également qui furent découvert en Russie, au Tibet, en Zambie ainsi qu’aux États-Unis.

À QUOI RESSEMBLE CE CRISTAL ET QUE POSSÈDE-T-IL DE SI PARTICULIER?

Contrairement à tous les quartzs, ordinairement lisses et claires, les cristaux lémuriens quant à eux sont garnis sur certains de leurs côtés de stries qui sont représentatives d’un âge spécifique de la terre à laquelle ils se trouvent associés. Leur pointe effilée est particulièrement recherchée. 

Les caractéristiques de ce cristal sont absolument prodigieuses. Il est avant tout un  puissant CATALYSEUR d’énergie que l’on utilise dans la guérison spirituelle de l’âme et du corps. On dit également qu’il possède de très grandes propriétés de PROTECTION contre tout ce dont son propriétaire souhaite se prémunir.  
Il ne possède pas la transparence du quartz, mais il dépasse largement le pouvoir des propriétés de ce dernier.
Il se passe souvent une sorte de courant magique entre ce cristal extraordinaire et son acquéreur, et ce ressenti est d’une telle puissance que celui-ci est pratiquement incapable d’y résister. Lorsque mon conjoint est revenu à la maison avec quelques-uns qu’il avait déposés sur la table, je les regardais et je les trouvais bien spéciaux, mais je ne vibrais pas particulièrement à ce moment là. Puis un jour, il en ajouta un à sa collection et, cette fois la connexion fut instantanée et fut à ce point puissante que s’il avait refusé de me céder cette dernière acquisition, j’aurais certainement pleuré tant ce dernier m’appelait de l’intérieur.
Si vous avez un travail particulier à faire avec ce genre de cristal, il vous sera alors pratiquement impossible de ne pas faire exactement la même expérience que la mienne tant le lien est perçu comme aussi puissant qu’irrésistible.
Évidemment, travailler avec ce genre d’outil, n’est pas nécessairement à la portée de tout le monde, car pour certains, une telle énergie serait tout simplement trop puissante pour être apprivoisée. Mais s’il vous en faut un, soyez certain que ce sera le cristal lui-même qui se placera sur votre route d’une façon ou d’une autre.
On le définit habituellement comme étant un excellent générateur D’ENERGIE LUMINEUSE bénéfique. Utilisé dans la science du Feng Shui, il permet de corriger certaines perturbations énergétiques de votre environnement. Par exemple, si vous vous trouvez à dormir tout près d’un mur où se trouve l’ensemble de vos installations électriques, le lémurien pourra neutraliser les perturbations électriques vibratoires nuisant à la qualité de votre sommeil, etc. 
Sa source d’énergie est toujours positive et capable d’imprégner pratiquement toutes choses d’une grande force lumineuse. Il vous est même possible de ressentir celle-ci tant elle vous semblera palpable. Voilà pourquoi celui-ci, bien que très rare, se trouve à ce point recherché.
Cette particularité est d’autant plus importante qu’aujourd’hui, les nids où on a découvert ces lémuriens sont pratiquement vidés de ceux qui s’y trouvaient tant les gens se sont sentis envahis par le désir d’en posséder un à tout prix.

À QUI SONT-ILS HABITUELLEMENT DESTINÉS ? 
Principalement à ceux qui sont suffisamment évolués pour rester équilibrés lorsqu’ils canalisent une telle puissance et, par conséquent, ceux-ci correspondent habituellement à des thérapeutes guérisseurs dont la mission est d’utiliser leur puissant pouvoir énergétique.

Certains d’entre eux m’ont avoué que lorsqu’ils réalisent un traitement à leur clientèle, celle-ci voit nettement la différence comme si le cristal lémurien amplifiait l’efficacité de leur travail. Le thérapeute le ressent parfaitement. La clientèle, pour sa part, ressent combien ce cristal lémurien fait la différence puisqu’ils affirment dans leurs témoignages que les effets thérapeutiques leur sont bénéfiques, non seulement parce qu’ils sont plus rapides mais également plus prolongés qu’en absence de ce cristal.

QUEL SERAIT L’USAGE PRINCIPAL DE CEUX QUI SE LES APPROPRIENT ? 
Règle générale, comme tout le monde n’est pas nécessairement un guérisseur en herbe, plusieurs s’en servent principalement pour MÉDITER, CONSCIENTS que leur champ vibratoire devient plus puissant donc plus capable de projeter dans l’univers une demande permettant à leur programmation d’accéder à un dénouement de situation conforme à leur attente où encore davantage conforme à leur plan divin. En dehors de la méditation, il existe plusieurs autres champs d’applications tels que :

  1. Certains firent l’expérience de VOYAGES ASTRALS bien particuliers.
  2. D’autres, à leur tour, ont perçu grâce au cristal l’expérience de la conscience d’une vision plus objective de leurs VIES ANTÉRIEURES.
  3. Utilisé parfois pour faciliter des PASSAGES ou TRANSFORMATIONS particulières dans la vie de certains individus en stimulant en eux la CRÉATIVITÉ nécessaire à l’accomplissement de ces transitions.
  4. Pour permettre une GUÉRISON SPIRITUELLE de profondes blessures.
  5. Permet parfois d’accéder à des CONNEXIONS ANGÉLIQUES lorsque plusieurs cristaux lémuriens se trouvent disposés en réseau.
  6. Facilite l’épuration de période de noirceur pour les remplacer par une plus grande ILLUMINATION DE L’INTÉRIEUR DE SOI.
  7. Ramène la pureté des intentions et LA CONFIANCE EN SOI pour parvenir à les concrétiser ici-bas.
  8. Pour certains, l’utilisation d’un lémurien « citrine » facilite l’utilisation ou la RÉCUPÉRATION DE DONS OU DE TALENTS PARTICULIERS.
  9. Le lémurien rose facilite la GUÉRISON D’UN AMOUR PERDU ou déçu en ravivant la foi en sa capacité de pardon universel.
  10. Le lémurien bleu permet au guérisseur de cibler ce qui doit être guéri en CORRIGEANT LA DISHARMONIE issue d’une vie antérieure.

Il est rarement conseillé de dormir avec un lémurien, à moins que vous soyez vous-même un guérisseur ou un chaman, car en dehors de ces thérapeutes initiés, il pourrait s’avérer qu’un tel cristal soit, pour le commun des mortels, bien trop puissant pour l’utiliser lors des activités de récupérations sur de longues heures. Par conséquent, il est davantage recommandé pour des méditations intenses et efficaces puisqu’on prétend qu’il est unique en comparaison de tout ce qui existe dans le monde des pierres.

DISPOSITION EN RÉSEAU
Certains guérisseurs vont travailler avec plusieurs lémuriens en les disposant en réseau. C’est-à-dire qu’ils les placent de façon à former des axes particuliers :

un carré par un cristal dans chaque coin d’une maison ou bien d’une pièce de travail, 
un triangle, une étoile à cinq branche, 
une étoile de David juxtaposant deux triangles renversés, 
un «  8  » et finalement une roue.
Le but du réseau est de créer une sorte de filet énergétique qui permet à la fois DE PROTEGER CE QUI SE TROUVE A L’INTERIEUR de son champ vibratoire et de CHARGER L’ENERGIE de cet espace particulier.
Une baguette de sourcier en radiesthésie est fréquemment utilisée pour déterminer le meilleur emplacement où doit être placé chaque cristal lémurien. Lorsqu’il y a plusieurs cristaux lémuriens disposés en réseau, les lignes de force de chacun de ceux-ci traversent parfaitement au travers des murs ou des objets solides de leur trajectoire. Il reste à utiliser sa puissance mentale pour dessiner dans votre esprit un lien entre ces points tout en clarifiant clairement L’INTENTION LUMINEUSE poursuivie.

COMPOSITION DU NOMBRE DE LÉMURIENS SELON LES DIFFÉRENTES POSITIONS EN RÉSEAU
1-Le positionnement de l’étoile à cinq pointes est principalement utilisé en liant mentalement un individu jambes et bras ouverts, déposant un lémurien à chacune des extrémités ainsi qu’au-dessus de sa tête pour activer une guérison fortifiée et amplifier l’énergie de l’amour dans sa direction. Chaque lien doit mentalement être formé et revenir fermer la ligne à son point initial. 

2- La disposition du nombre «  8  » pour sa part nécessitera la réalisation d’un cercle plus petit dans le haut et plus étendu pour le bas où seront disposés un total de dix cristaux lémuriens, dont cinq dans le cercle du haut et cinq dans le cercle du bas, mais aucun dans le croisement des deux cercles. 
3- Pour ce qui est de l’étoile de David, puisqu’il s’agit de la juxtaposition de deux triangles renversés, nous utiliserons un total de six cristaux lémuriens, soit un dans chaque pointe de ces deux triangles. Cette disposition est principalement utilisée dans une démarche de grande purification. 

DES SOURCES DIFFICILES À TROUVER
À titre de conclusion, je vous dirais qu’il existe en général très peu de références écrites sur les cristaux lémuriens et que je dus m’inspirer presque uniquement des témoignages qu’ont bien accepté de me transmettre de généreux guérisseurs que j’ai rencontrés en entrevues. Ceux-ci ont accepté de me livrer leurs secrets spécifiquement pour vous, chers lecteurs de Norja. 

Ainsi, bien que n’ayant personnellement que très peu fait l’usage du cristal lémurien, je sais toutefois combien mes interlocuteurs sont aussi pertinents que dignes de foi dans leurs révélations. 
Je souhaite que ces renseignements vous aient enrichis d’un nouveau savoir habituellement très difficile à dénicher. 

Le livre de 304 pages
« Comment Reconnaître et Créer
Vos Coïncidences Magiques »
épanouira votre vie à son maximum 
plusieurs centaines de témoignages le prouvent
Mme Céline Jacques   (450) 592-2668 
pour voir les sites de nos collaborateurs

Les énergies dans la matière

images (8)Pour celui qui va aimer d’un amour profond, d’un amour plein de sacrifice, l’amour sera exactement le même, aura la même vibration que pour celui qui est profondément amoureux de quelqu’un. Simplement l’objet est différent.

Pour celui qui est amoureux de quelqu’un, toute la vibration de l’amour va se porter sur une personne et cette personne est l’objet de l’amour et cet objet n’a pas le droit de disparaître ou de trahir. Pour Bouddha ou un initié, ce même feu très puissant existe, mais l’objet n’est pas délimité, l’objet est universel. C’est ce qui permet à Bouddha ou à un initié de haut degré d’être capable de se sacrifier pour les hommes. La vibration est la même, mais elle se déroule de façon universelle à l’extérieur, ce qui rend cet amour généreux et rempli de bénéfice pour les autres. Celui qui restreint le champ de rayonnement de cette vibration rend la vibration mesquine et étouffée. La vibration étant mesquine, l’amour sera mesquin. La vibration étant étouffée, l’amour sera étouffant et va étouffer l’autre.

Je prends cet exemple de l’amour et du champ de diffusion pour démontrer qu’en fait l’homme n’a rien à créer en lui-même.
Il n’a pas à devenir Dieu. Il n’a pas à s’efforcer d’être demain un initié. Il a déjà tout en lui. Tous les feux existent tels qu’ils existent déjà en Dieu ou dans l’archétype. La seule différence, mais énorme différence, sera dans l’emploi et la canalisation de ces feux, donc dans l’expression.

Si un homme canalise toujours étroitement ses feux, automatiquement sa vie sera petite et c’est ainsi que naît ce que l’on va appeler l’attachement.
L’attachement c’est uniquement un retour de flamme qui jaillit et renvoie devant l’individu l’étroitesse de vue qu’il a eu sur un être humain ou un objet. L’individu se trouve prisonnier dans cette flamme étroite, et c’est comme cela qu’emmagasinant les étroitesses les unes après les autres, la vie d’un individu devient une petite pièce et dans cette petite pièce aucune vie véritable n’est possible. Qui dit petites pièces, dit aussi petites heures de vie. Chaque fois que vous ferez quelque chose de petit, vous aurez un temps de vie aussi petit. Je dis que les heures seront petites, tout simplement parce que le temps des incarnations sera en concordance avec votre vie.

Donc, il y a une petite roue, appelons cela la roue des incarnations, où l’homme vit et meurt, s’incarne et se désincarne de façon rapide. Pour lui, la vie entre les incarnations ne représente pas du tout un temps de repos.

Puis lorsque le champ de compréhension de diffusion devient
un peu plus large, l’homme, l’âme monte sur une autre roue d’incarnation. Une roue qui est un peu plus grande, qui permet des temps d’incarnation pas forcément plus longs, car la vie physique dépend toujours de la civilisation, de la race, d’une heure donnée sur la terre. Mais ce temps d’incarnation sera comparativement plus long, parce que sa conscience aura été beaucoup plus présente au cours du même nombre d’années. Il aura pleinement expérimenté davantage de choses. Ce qui fait que, par correspondance, sa conscience va elle aussi prendre davantage de temps de l’autre côté du plan physique. Elle prendra autant de temps pour observer, pour continuer à compléter ses informations et se préparer à recevoir dans une autre incarnation d’autres informations.

Il y a donc ceux qui vivent et meurent souvent, et il y a ceux qui vivent et meurent à une autre vitesse, une vitesse de croisière. Je ne dis pas qu’il faut préférer l’une ou l’autre roue, car la vie et la mort sont exactement la même chose sur l’une ou l’autre roue. Simplement la faculté d’être plus conscient permet à la deuxième roue d’obtenir davantage d’informations.

Donc, il y a dans le phénomène même de l’incarnation, des phénomènes de vitesse, d’accélération, de vibration, comme ils en existent au niveau des atomes.

Lorsque l’on observe la vie des atomes qui composent la matière, on s’aperçoit que les vibrations très rapides qu’ils émettent, leur permettent de se maintenir sur un plan matériel. Si on arrêtait la vibration d’un atome ou d’un groupe d’atomes, il y aurait instantanément désintégration de la matière. Parce que l’atome ayant vibré une fois, ce qui lui a permis de devenir manifesté sur le plan physique, ne pouvant émettre une autre vibration, il se retirerait automatiquement dans le non manifesté, et ne serait plus apparent.

Ce qui permet donc la maintenance de la matière, c’est que, comme l’homme ou l’âme, l’atome vit et meurt de façon très rapide, ce qui représente une vibration. Si l’atome restait dans son élément non manifesté, ou dans son état de mort, car la mort c’est le retour au non manifesté que l’on appelle aussi pralaya, il n’y aurait pas de matière. Mais l’atome n’a pas le droit de rester dans son Pralaya, alors il en ressort très vite, et la matière a lieu.

De la même façon, l’homme qui est très matériel, dans le sens où sa conscience n’est pas réveillée suffisamment, va devoir vite partir dans son Pralaya et en revenir aussi très vite. Sa vie étant très matérielle durant cette époque, sa vie a lieu de cette façon-là. Puis, lorsqu’au fur et à mesure de ses incarnations il devient plus spirituel, un peu plus divin, le temps de résidence dans le Pralaya peut se prolonger.

Pour la conscience qui a commencé à se réveiller, le Pralaya n’est plus la mort, la perte de conscience, c’est tout simplement une vie à l’état non manifestée. Au moment où la conscience est pleinement éveillée, le Pralaya et la vie manifestée deviennent l’endroit de la vie absolue, le contraire de la loi qui anime l’être matériel, pour qui, l’endroit de la vie absolue sera l’endroit de la vie physique et le Pralaya l’endroit de la mort, car on ne peut transporter dans le Pralaya que le degré de conscience que l’on a pu développer sur le plan le physique. C’est cette mort-là qui affole les hommes.

Ce qui fait peur aux hommes dans l’acte de mourir, ce n’est pas de perdre le corps physique, car beaucoup intérieurement ont l’intuition que quelque chose va continuer, mais étant donné que tout le monde a commencé dans les règnes inférieurs, dans le non évolué, tout le monde se souvient que la mort est le passage dans le non manifesté et dans le sommeil absolu, et la conscience objective qui a pu se réveiller grâce au corps, au sens, à la réincarnation, ne veut pas retourner dans le sommeil, elle veut continuer à exister, et c’est légitime. Pour continuer d’exister il faut tout simplement développer en soi l’existence. Et ainsi il n’y aura plus de mort. Il y aura incarnation, passage dans le manifesté un jour, puis désincarnation, retour dans le non manifesté. Cela ne veut pas dire que l’être va s’endormir. Sa vie va continuer.
Psychologie cosmique : alchimie des énergies de l’homme ( http://www.conscienceuniverselle.fr/ )

MERKABAH – l’Approche Nouvel Age

par Drunvalo  M.

MERKABAH - l'Approche Nouvel Age dans MESSAGES EVENEMENTS telechargement

L’histoire fait principalement référence à la Mer-Ka-Ba en tant que véhicule permettant à un individu de s’élever vers le monde supérieur ou de descendre dans le monde inférieur. Mais en réalité, la Mer-Ka-Ba est bien plus qu’un simple véhicule d’élévation. En vérité, elle peut être en toute chose, puisqu’elle est le motif originel qui a permis sa création et celle de tous les univers, à la fois visibles et invisibles.

Dans la Bible il est fait référence à Ezekiel et aux roues qui lui permettent d’accéder au paradis. Il s’agit de la Mer-ka-Ba.

Dans la Torah, la Merkavah (en hébreu) apparaît sous deux sens différents : le premier signifie le  »chariot », lequel est un véhicule; le second est le  »Trône de Dieu. » Lorsque ces deux définitions sont associées, elles donnent toute la mesure de la signification authentique.

Dans l’Egypte Ancienne, ce modèle originel reçut l’appellation de Mer-Ka-Ba, appellation en réalité formée de trois mots et non d’un seul. Mer signifiant une sorte de lumière tournant sur elle-même. Ka, l’esprit, l’esprit humain dans ce cas. Et Ba, le corps humain, bien que pouvant également définir le concept de la Réalité que contient l’esprit. Ainsi dans l’Egypte Ancienne, le mot pris dans son ensemble se rapportait-il à une lumière rotative censée transporter l’esprit et le corps d’un monde à l’autre.

J’ai passé quelques heures en compagnie de Credo Mutwa, le chef spirituel d’une tribu zoulou d’Afrique. Il m’expliqua que Merkaba (en un mot) était le vocable zoulou désignant le véhicule permettant de se déplacer dans les différentes dimensions, l’espace et le temps. Il me raconta que selon une légende zouloue, toute sa tribu était venue sur Terre en provenance d’une autre dimension, en utilisant la Merkaba.

Dans le monde moderne, il existe de nombreux instructeurs — je me compte parmi eux — qui aident les gens à se souvenir de la Mer-Ka-Ba en déclenchant le processus conscient qui en fin de compte permettra notre transfert de ce monde tridimensionnel vers celui immédiatement supérieur, au terme de ce qu’il convient d’appeler « élévation ». (Le mot à la mode dans le nouvel age est « ascension »)

L’élévation est un procédé par lequel le corps humain est transformé en lumière et transféré dans un monde nouveau par une incroyable naissance. Elle s’accomplit par une méditation qui exige que l’esprit, le cœur et le corps se fondent intégralement dans un motif lumineux, et transcendent les limites de notre réalité.

Cette conception de la Mer-Ka-Ba comme un véhicule d’élévation n’est pas nouvelle. Elle est même très, très ancienne.

Qu’est-ce en réalité que la Mer-Ka-Ba? 

Techniquement, elle consiste en un champ éléctro-magnétique situé aux environs de 4 degrés Kelvin, et qui se trouve essentiellement dans la zone des micro-ondes (tout au moins dans la troisième dimension), totalement géométrique de par sa nature. 

Plus précisément, la géométrie en question est appelée ‘’Géométrie Sacrée’’, car on la trouve dans tous les schémas originels de la Création.

Le champ de la Mer -Ka-Ba est extrêmement complexe, englobant les cinq solides platoniques ainsi que d’autres polyèdres sacrés. On pense qu’il s’étend à tous les univers parallèles et à toutes les dimensions possibles, et que sa nature électro-magnétique peut au besoin se modifier pour prendre tout autre aspect jugé plus adéquat.

Le schéma directeur de la Mer-Ka-se retrouve partout dans la nature.

L’une des fonctions de la Mer-Ka-Ba, nous l’avons dit, consiste à servir de véhicule pour le transfert de l’esprit et du corps dans le monde suivant. Cependant, cette fonction (ainsi que la plupart des autres possibilités) ne peut être activée sans changement de la personne.

La Mer-Ka-Ba entoure le corps humain à la manière d’une toile géométrique tridimensionnelle, en sommeil et inopérante jusqu’à l’instant T.  Lorsque l’esprit qui habite le corps prend conscience qu’il est là et commence à modifier certains aspects de lui-même, c’est  le point de départ d’une incroyable transformation.

vaisseau de réinsertion universel La MERKABAH

par Joël Labruyère

La présentation de la Markabah par Drunvalo est intéressante, et quoiqu’il reconnaisse l’extrême complexité du système, il n’a capté que l’aspect le plus sensible, la trame géométrique et prismatique du plan causal qui couvre les plans éthérique, astral et mental.

Sa vision est donc de l’ordre de l’occultisme classique d’où découle sa technique de méditation en kit pour faire « ascensionner » la merkabah à volonté… et sans trop d’effort. D’où le succès de la doctrine propagée par Drunvalo qui a rencontré un écho énorme dans les milieux new age bien préparés depuis cinquante ans par les systèmes de méditation issus des techniques ésotériques orientales. N’est-il pas curieux que la Merkabah, considérée comme le vaisseau du divin – que des générations de cabalistes ont prise comme but de leur recherche – n’ait pas été mentionnée par les initiés occidentaux avant les vulgarisateurs comme Drunvalo ?

C’est qu’il ne s’agit pas de la même chose.

Drunvalo propose un système qui nous semble facile au sujet d’une réalité spirituelle qui était jusqu’ici hors d’atteinte. 

La Merkabah n’est pas mentionnée explicitement dans les enseignements spirituels, ou bien de manière anecdotique en relation avec la mystique juive du « maassé merkavah ».

L’on s’étonne donc qu’en l’espace de quelques années, il ait poussé à travers le monde des stages d’éveil de la Merkabah, où tout un chacun, peu importe son niveau de conscience, en échange d’argent et de quelques techniques yoguiques, peut apprendre à « ascensionner ».

Cet engouement « démocratique » est basé sur un malentendu. La véritable Merkabah ne se soulève pas par des méthodes psycho-magiques, et les ésotéristes n’ont jamais prétendu y parvenir, pour la raison que le vaisseau divin est hors de portée des pouvoirs psychiques naturels.

Il n’y a peut-être qu’une seule personne en un siècle qui peut décrire avec précision le fonctionnement du vaisseau divin, ce qui exige un pouvoir de clairvoyance multidimensionnel qui n’est pas de l’ordre des facultés supérieures habituelles, lesquelles ne vont pas au delà du corps causal, confondu avec la merkabah par Drunvalo. Cette erreur explique l’engouement du public, du fait que notre inconscient collectif est hyper sensible à la merveilleuse perspective d’élever le vaisseau de l’âme, car la conscience de la Merkabah constitue le but du développement spirituel.

Mais si cette ascension ne dépendait que du fait de s’asseoir en faisant des respirations et des visualisations, nous ne serions plus sur le plan physique depuis longtemps. Les méditants de l’école de Drunvalo auraient déjà réintégré la dimension d’origine du vaisseau divin. Pensez-vous qu’il en soit ainsi ? Certes non. Par conséquent, il est probable que la vogue de la merkabah pour super yogi pressé retombera comme les autres modes new age, et que l’on passera à une méditation encore plus transcendantale. Il y a de nombreux gadgets ésotériques en stock.

Auteur : Yasmine ROONEY – LE PROJET PLEIADIEN – l’Assistance pléiadienne dans le vie humaine. 

Multidimensionalité

Venez me rejoindre sur le FORUM :

http://devantsoi.forumgratuit.org/ 

 

Multidimensionalité dans CHEMIN le MOINS FREQUENTE magie-179x300Selon la notion linéaire du temps, vous ne pouvez pas être présent à plus d’un endroit en même temps. Par ‘vous’, le concept linéaire fait allusion à votre corps, votre intelligence et votre conscience qui est d’une façon ou d’une autre liée à votre corps/cerveau. (La Science ne peut pas encore expliquer exactement comment le corps et la conscience sont « liés », mais elle soutient – généralement – que la conscience ne peut pas exister sans corps physique).

Selon le concept de temps « plein », subjectif, vous êtes présents partout où votre conscience demeure. Là où vous êtes, en  temps et lieu, est déterminé par l’intention de votre conscience, non par la localisation de votre corps. 
Par exemple : vous êtes à la gare, en train d’attendre que votre train arrive. Il y a encore du temps, alors vous vous asseyez, votre regard devient vague  et sans vous en apercevoir, vous entrez dans un état de conscience légèrement altéré. Vous pensez à quelqu’un à vous parliez hier. Vous vous rappelez facilement cette conversation et vous vous souvenez de manière vivante comment elle vous a affecté. Vous revivez  certains aspects de cette conversation, vous la faites venir du passé dans votre Maintenant. Ce que vous faites en réalité ici, c’est que vous voyagez vers le passé et visitez à nouveau les énergies de ce moment. Votre énergie du Maintenant interagit avec l’énergie du Passé, créant probablement des changements dans votre expérience du moment en question et changeant ainsi le passé. 
En changeant le passé nous ne voulons pas dire que vous changez aucun des faits physiques, mais que vous les recouvrez d’une interprétation ou d’une perspective différentes. En changeant le contenu du ressenti d’un événement passé, toutefois, dans un sens, vous changez l’événement pour vous.

Pensez juste à cet exemple.
Vous avez eu une conversation avec quelqu’un qui s’est vraiment senti offensé par une de vos remarques, alors qu’elle était vraiment sans aucune intention critique. L’autre personne avec qui vous parliez a commencé par vous rabrouer et ensuite s’est en allée. A ce moment, vous vous êtes à senti offensé à votre tour, incompris, en colère et choqué en même temps. Après être rentré à la maison, vous vous êtes senti mal à l’aise pendant quelques heures, mais ensuite vous avez laisser partir cela et avez eu une bonne nuit de sommeil. Le matin suivant, à la gare, vous avez dû attendre votre train et soudain, vous vous êtes rappelés cette conversation particulière, où les choses ont mal tourné d’une façon tellement étonnante. Vous regardez  tout ça maintenant d’une perspective différente et soudain, vous comprenez pourquoi l’homme s’est senti si offensé par votre remarque. Vous vous rappelez quelques faits de son passé que vous aviez simplement oubliés avant d’avoir cette conversation. Vous pouvez maintenant voir sa réaction émotionnelle dans une lumière entièrement différente, et en particulier comme n’ayant rien à voir avec vous. Ce n’était pas vous qui avez causé l’offense; vous avez juste déclenché une vieille blessure à l’intérieur de lui. Cette perspective met en mouvement une réponse émotionnelle différente à l’intérieur de vous. Vous ressentez du soulagement, de la compréhension et oui…..du pardon.“Oh, je vois …….maintenant  je comprends ….. pauvre vieux ………”. 
À ce momen-là, vous recréez le passé. Vous le recouvrez avec une interprétation différente des faits qui remplace votre réponse initiale. Pour être clair, cela ne signifie pas que la réponse initiale n’a pas eu lieu, mais que les énergies de colère, de choc et d’incompréhension ont été transformées en compréhension et  pardon. “Une alchimie spirituelle” a eu lieu par l’interaction entre le passé et présent.
En réalité, les faits physiques ne sont pas si importants que ça. C’est le ressenti d’une situation, votre réaction énergétique à cette situation, qui donne réellement  forme à votre vie et à votre réalité. C’est pourquoi nous pouvons dire avec raison que vous pouvez changer le passé en voyageant dans le temps vers les énergies passées qui ont  encore besoin d’être résolues.

Tandis que vous êtes assis à la gare, poursuivant votre voyage dans le temps, une certaine couche de votre conscience est toujours présente au niveau de votre corps. Vous pouvez sentir à l’‘arrière de votre esprit ’ que vos mains deviennent froides ou que derrière vous, des jeunes parlent fort. 
La conscience est capable de se partager. Elle peut être à différents endroits en même temps, ce qui signifie que la conscience peut résider dans différentes réalités énergétiques en même temps.
C’est ce que signifie la multidimensionalité. Votre conscience n’est pas limitée par l’espace et le temps. Bien que vous ayez un accord de base, à savoir que pendant une incarnation sur terre, une  partie de votre conscience est toujours connectée avec votre corps terrestre, votre conscience ne se limite donc pas à un point spécifique dans le temps. Vous n’êtes pas limités par le passé ou l’avenir, car ils ne sont pas fixés. Ce sont des champs d’expérience liquides. Ils sont variables et vous pouvez interagir avec eux à partir de Maintenant.

 

 

 

 

Votre conscience est multidimensionnelle même quand vous pensez que vous êtes emprisonnés dans votre corps physique. Connaissez-vous l’expression : “elle est coincée dans le passé” ? Quelqu’un ne peut pas laisser partir le passé et sa conscience est pleine d’ expériences passées et d’ émotions comme le regret, le remords ou juste le chagrin. Cette personne n’est pas ‘ ici ’. Elle est littéralement dans le passé. Elle est, comme dans l’exemple ci-dessus, en train d’interagir avec le passé à partir du moment présent, mais pas d’une façon libératrice, alchimique. Son corps est présent ici et maintenant, et elle est coincée dans le passé. Pour elle le temps s’arrête, tandis que le tic-tac de l’horloge mesure la progression des mois et des semaines. C’est parce que l’expérience ne la fait pas bouger.
Elle ne coule pas avec les processus naturels de la vie et de l’expérience.
C’est un exemple de multidimensionalité. Même quand vous vous limitez à  une grande étroitesse de conscience, vous êtes multidimensionnels. Par ceci je veux dire que multidimensionnel n’est pas quelque chose que vous devenez, c’ est quelque chose que vous êtes. Ca fait partie de votre nature, c’est votre état d’être naturel.
La question réelle est : comment pouvez-vous être multidimensionnels d’une façon libératrice et transformatrice ? Comment pouvez-vous employer votre multidimensionalité d’une façon telle que vous puissiez vous déplacer librement à travers les dimensions et ne pas perdre le contact avec votre esprit divin ? Etre multidimensionnel à partir d’un lieu de sagesse et de conscience : c’est cela votre destin spirituel. C’est votre destin de devenir des créateurs multidimensionnels pleinement conscients.
Etre consciemment multidimensionnel signifie que vous lâchez l’illusion du temps linéaire, cela signifie aussi lâcher la notion que vous êtes (pas plus que) votre corps.
Etre consciemment multidimensionnel, c’est vous identifier à l’esprit (Dieu) à l’intérieur de vous, esprit qui est absolument libre d’entrer dans  n’importe quel royaume d’expérience (=  dimension) choisi par lui.
Etre consciemment multidimensionnel est une partie essentielle de la réalité de la Nouvelle Terre.
La raison pour laquelle vous luttez avec le concept de multi-dimensionalité, c’est que vous concevez le fait ‘d’être à différents endroits en même temps ’ d’une façon physique. Votre corps physique ne peut pas être à deux endroits physiques en même temps. Cependant, les dimensions ne sont pas des endroits physiques, pas des ‘gros morceaux de matière ’ pour ainsi dire. Les dimensions sont des royaumes de conscience, des sphères de conscience qui se soumettent à certaines lois (énergétiques). 
Votre conscience peut prendre des dimensions différentes en même temps. Cela arrive MAINTENANT. Il y a les réalités du passé, de l’avenir, des plans astraux, des vies passées, de l’ange à l’intérieur de vous, et même davantage, qui se croisent et se rencontrent à l’intérieur de Vous en ce moment même. Vous ÊTES multidimensionnels maintenant, mais l’êtes- vous d’une façon consciente ? Permettez-vous aux dimensions de couler dans et hors de vous, acceptez-vous les énergies qu’elles vous apportent et pouvez-vous les reconnaître comme vôtres ? 
Vous interagissez tout le temps avec les autres dimensions dont vous faites partie, mais si vous le faites consciemment, dans l’acceptation, vous transformez effectivement ces réalités dimensionnelles. En embrassant les énergies coincées ou refoulées qui viennent de ces dimensions et en les tenant à la Lumière de votre conscience, vous libérez et intégrez des parties de votre Soi et vous changez votre présent.
Beaucoup de royaumes de conscience se rencontrent à l’intérieur de vous et vous êtes essentiellement le Maître qui choisit d’expérimenter n’importe  lequel d’entre eux. Vous êtes libres de voyager dans n’importe lequel d’entre eux, vite ou lentement, loin ou près. Tant que vous vous identifierez à l’Esprit en vous, vous garderez la conscience que vous êtes libres. 
Mais quand vous êtes coincés dans des pensées de limitation, avec des croyances comme “ce n’est pas possible”, “ça n’est pas permis”, “ça ira mal”, etc.., vous vous enfoncez dans l’illusion de la séparation. Vous êtes pris dans l’illusion du temps linéaire, l’illusion que vous êtes un corps, l’illusion que vous êtes séparés de Dieu. De cette façon, l’âme est temporairement ‘attachée’ à certains royaumes d’expérience. Elle oublie ses vraies origines, sa divinité et sa liberté. 
Le fait d’être pris ou ‘attaché’ est aussi appelé  karma
Parvenir à se ‘délier’ ou se décoincer, procède souvent par un certain nombre de pas ou d’ étapes de ce que vous appelez ‘ la croissance intérieure ’. Du point de vue (linéaire) humain, vous ‘ libérez le karma ’ et vous vous transformez lentement selon les quatre étapes de développement intérieur que nous avons décrit dans cette Série des Artisans de la Lumière. Du point de vue d’Esprit, cependant, vous êtes simplement en train de faire un bond en arrière dans votre état naturel de conscience divine. De ce point de vue, libérer le karma n’est rien d’autre que vous souvenir de votre divinité.

Texte issu de -Votre Soi de Lumière par Pamela Kribbe

Marie

 

Et pourquoi ne pas parler ici de Marie puisque l’empreinte qu’elle a laissée dans l’Histoire illustre bien, après celle de son fils, une certaine rencontre du Ciel et de la Terre en notre monde? Depuis bien des siècles, nous, les Occidentaux, avons souvent entretenu d’elle l’image d’une petite blonde obéissante plutôt aérienne, d’une chasteté totale, assez passive et portant un regard de vénération douloureux sur Celui qu’elle a mis au monde. 

Marie dans PERSONNAGES HISTORIQUES cadre-vierge-marie_1_2458

 

Tout d’abord, le simple bon sens devrait nous permettre de réaliser qu’en fait de « blonde hollywoodienne », Marie – que l’on appelait Myriam, un nom lui aussi très répandu – était une femme aux traits sémites très prononcés. Celle-ci s’imposait naturellement dans une assemblée non pas par les canons classiques de la beauté mais plutôt par la noblesse de ses traits, la droiture de sa démarche corporelle et par le respect que quelque chose en elle imposait. Bien qu’elle fût relativement discrète et silencieuse ainsi que se devait de l’être une femme de l’époque, elle ne se montrait pourtant ni soumise ni souffrante. Je l’ai vue capable de rébellion, notamment dans les circonstances que j’ai citées plus haut, mais aussi face à l’attitude de certains disciples du Maître dont elle comprenait parfois difficilement que ce dernier leur accordât tant de confiance. En fait, elle entendait et observait beaucoup de choses en coulisses et admettait souvent mal ce qu’elle interprétait alors comme de l’insouciance ou de la passivité de la part de son fils. 

 

Il est vrai que cette attitude changea assez radicalement à compter du jour où le « passage » du fils au Maître de Sagesse fut pleinement accepté par son âme en tant qu’évidence. Son réflexe protecteur de mère s’estompa dès lors à la façon d’un voile qui se serait soudainement déchiré. Elle s’en ouvrit à quelques-uns d’entre nous dont j’eus le bonheur de faire incidemment partie. Voici ce que les Annales m’ont permis de restituer des propos qu’elle nous tint alors: – « Lorsque mon fils nous a quittés, il n’avait que treize ans… Cela a été un déchirement consenti car nous sommes d’une famille où nous nous dédions au Très-Haut… parfois comme si c’était une fatalité sacrée inscrite dans notre chair. Lorsqu’Il réapparut après dix-sept longues années, je ne Le connaissais plus… Il fallait qu’Il me redécouvre aussi et qu’Il apprivoise la réalité de ses frères et soeurs que j’avais portés après Lui. On aurait dit qu’Il connaissait d’emblée leur âme tandis que eux découvraient un être dont ils ignoraient tout. Contrairement à moi, le Maître en Lui leur apparut très vite, tout au moins au plus grand nombre d’entre eux. 

 

J’ai souffert de voir en Lui plus qu’un rabbi. Le rabbi appartenait encore à ma chair… tandis que le Maître s’évertuait à me montrer qu’Il n’était plus tout à fait de ce monde et qu’Il vivait d’une autre Lumière que celle que j’avais cru Lui communiquer à tout jamais. Ma fierté de mère – qui s’était transmuée inconsciemment en orgueil – ne signifiait plus rien et je fus durement rappelée à l’humilité qui m’avait autrefois été enseignée au Temple. Maintenant, j’ai accepté d’être sa disciple plus que sa mère. C’est un état de fait contre lequel je ne peux rien. J’accepte aussi le fait de dire que ce n’est pas moi qui ai mis pleinement cet homme au monde. Il nous dépasse tous, vous le voyez bien, et je ne sais pas où Il nous mènera… Parfois, c’est une amère constatation pour mon coeur de mère; parfois aussi c’est une invraisemblable joie. Il me reste juste la confiance en l’Éternel parce que je sais bien que rien ne peut combler mon ignorance face à ce Mystère auquel j’ai servi de vase. » Je me souviens que, pour discrète qu’elle ait été, Marie ne s’en montrait pas moins très présente lorsqu’il lui arrivait de se déplacer avec nous. Il n’était pas rare alors qu’elle soit prise à l’écart par des disciples ou de simples curieux et qu’on la pressât de donner son enseignement à elle. 

La-Vierge-Marie dans PERSONNAGES HISTORIQUES

 

Elle acceptait de se plier à cette demande mais il est certain qu’elle communiquait davantage les principes de base empreints de douceur caractérisant notre Fraternité que les audaces de son fils. Sans vouloir le moins du monde diminuer la beauté et la qualité de son âme, je dois dire que le rôle et l’impact qu’elle joua il y a deux millénaires fut beaucoup moins considérable que celui qu’une certaine faction de la Chrétienté lui a fait endosser depuis. Dans l’inconscient collectif, on s’est empressé de lui attribuer la place archétypale de la Vierge-mère, un rôle analogue à celui tenu par Isis en Égypte ou encore à celui de Devaki, la mère de Krishna, en Inde, pour ne citer qu’elles. Pour tous ceux qui l’ont connue à l’époque, il est clair que la virginité de Marie relève du mythe absolu se conformant aux grands schémas symboliques parsemant l’histoire de notre humanité

 

Elle représente la terre-mère primordiale, celle où se plante la graine d’ascension, la matière première des Alchimistes qui la subliment pour en faire jaillir Ce qui permettra au plomb humain de se transmuer en or spirituel. Elle est aussi la pâte feuilletée de la galette des rois, celle au coeur de laquelle la fève initiatique et rédemptrice a été cachée… En tant que « pâte feuilletée » symbolique, Marie nous rappelle que tout être humain conscient de lui-même et de sa dimension intuitive peut se considérer comme éminemment porteur du germe divin et qu’il doit faire éclater les feuilles, les strates, les écailles de sa personnalité incarnée pour révéler le germe en question

 

Le fait que Marie elle-même ait été conçue « sans tache », ainsi que le prétendent les Traditions, est à comprendre en tant qu’allusion à son poids karmique neutre, autrement dit à son absence de bagage karmique « négatif’. Cela signifie qu’en sa présence nous avions affaire à une âme réalisée n’étant plus soumise aux nécessités de la roue des réincarnations. Les Orientaux pourraient dire d’elle qu’elle était un Boddhisatva accompli et possiblement aussi un Avatar de polarité féminine. En effet, après la mort officielle de son fils et l’ événement auquel on donna le nom de « Pentecôte » J, nous fûmes quelques-uns à être informés du fait qu’elle avait sombré dans une inconscience profonde, sans signe apparent de maladie. Cela dura presque une semaine. Lorsqu’elle revint à elle, elle n’était plus la même personne en ce sens qu’une autre énergie s’en dégageait. Elle parlait différemment, avec une force accrue et des concepts métaphysiques rappelant ceux du Maître. J’eus la chance de la rencontrer durant quelques heures environ trois semaines après son « réveil ». Elle me fit une si vive impression que je me suis demandé si le Maître n’allait pas poursuivre son oeuvre à travers elle. Avec le regard que je peux porter aujourd’hui sur ce phénomène, je reste persuadé qu’elle vivait alors une sorte d’adombrement ou qu’elle était habitée par une Présence extérieure à sa personnalité première, ainsi que c’est souvent ponctuellement le cas chez la plupart des grands missionnés.Selon des données que j’ai pu obtenir ultérieurement au contact de différents Maîtres reliés à la Fraternité de Shambhalla, c’est à partir de ce moment-là que l’egrégore de la « Vierge Marie » s’est peu à peu constitué. Son véritable impact est donc postérieur à la période publique de l’enseignement du Christ. Si la manifestation de son illumination a éclaté aux yeux de tous dans les deux ans qui sui-virent le départ du Maître, son aspect « virginal » aurait alors, je le répète, fait sourire tout un chacun comme n’ayant aucun sens. 

 

À ma connaissance, Marie n’a dicté aucun enseignement. Ce qui a été placé sous son nom l’a donc été largement a posteriori, pour légitimer une pensée à laquelle on voulait donner du poids. Bien qu’elle ait été instruite à l’art de l’écriture en tant que vestale essénienne, je me souviens l’avoir entendu dire qu’elle ne créerait aucune École de pensée et n’aurait aucun disciple. C’était une femme simple qui a tenu à rester simple. Les Annales akashiques la montrent vieillissant et s’ arrondissant, comme la plupart des êtres humains qui prennent un peu d’âge. Encore une fois, ce n’est pas l’amoindrir que de signaler cela. Si je mentionne ce fait, c’est parce qu’il me semble important de briser les images figées par nos catéchismes pour aller vers davantage de vérité. Naïveté et puérilisation n’ont jamais fait grandir qui que ce soit. Le poids de la matière, dont le vieillissement est un des constituants majeurs, a sa propre beauté et sa noblesse. Pourquoi ne pas le respecter? Le Maître Jeshua en personne, bien que véhiculant le Divin à son plus haut niveau concevable sur Terre, s’est Lui-même plié à la loi de l’affaiblissement du corps. C’est entretenir une supercherie que de prétendre que le vieillissement d’un Avatar, avec les troubles de santé que cela présuppose, est dû au fait que le Maître en question ne manifeste ces signes que parce qu’il endosse le poids des fautes de notre humanité. Cette ignorance, doublée d’un mensonge, se rencontre encore souvent de nos jours, dans le cas de sages ou d’Avatars avérés… comme si les tribus que chaque être doit payer à la loi de l’incarnation étaient une honte. Tout corps physique résulte d’une entente ou d’une complicité entre les forces de la Terre et celles des mondes célestes. Cette complicité a son prix qui est assujetti à l’acceptation du temps qui passe à l’intérieur d’une pièce de théâtre donnée. 

 

- « Un acteur n’est qu’un acteur, nous enseignait le Christ, il y a deux millénaires. Son rôle débute par une certaine réplique et s’achève par une autre. Ainsi, dans l’univers dont la scène est tracée par mon Père, tout ce qui a un commencement a nécessairement une fin… Vous verrez mon corps pousser, mûrir puis se faire moissonner comme le blé sur le bord du chemin. » Il faut bien réaliser qu’au moment du retrait du Maître Jeshua de sa vie publique, sa mère, Marie, avait moins de cinquante ans et qu’elle était donc loin d’être vieille au sens où nous l’entendons maintenant. Dans les derniers temps où je l’ai connue, on venait pourtant la consulter comme une Aînée, non pas tant parce que la moyenne d’âge de l’époque lui aurait permis de revendiquer ce titre qu’à cause de son discours soudainement devenu celui d’une « vieille âme ». Je me souviens que son enseignement passait essentiellement par des réponses aux questions qu’on lui posait. Elle prenait rarement l’initiative d’aller au devant de ces questions mais se comportait plutôt comme un livre dont on consulte les pages à volonté. 

 

Tout comme le Maître et Myriam de Magdala, elle ne manquait pas une occasion pour tenter de combler le gouffre que l’on ne peut s’empêcher de percevoir entre le corps et l’esprit. 

 

Le noyau de l’enseignement qu’elle véhiculait avait donc pour base l’annihilation du sentiment de dualité et, par conséquent, de séparativité. Pour elle, le problème ne résidait ni dans la polarisation du corps, ni dans celle de l’esprit mais dans l’idée que l’âme se faisait de la notion de polarité. 

 

Elle traduisait ainsi la Parole de son fils pour qui, plus et moins, jour et nuit, homme et femme ne s’opposaient pas mais se multipliaient en se complétant. Elle plaçait par conséquent la racine de la souffrance au niveau de l’âme qui, au lieu de jouer le rôle de trait d’union entre le corps et l’esprit, établissait une dissociation radicale entre ces deux principes

 

- « Ainsi, l’ai-je entendu dire au grand étonnement de ceux qui l’écoutaient, ce n’est pas le corps qui est à dépasser, c’est l’âme dans les couches successives de ses aveuglements et de ses habitudes figées … car les racines d’un arbre sont en tous points analogues à ses branches. Le tronc, l’âme, est semblable à un axe d’ascension; ne voyez pas en lui l’expression majeure de l’arbre; il n’est ni un commencement ni un aboutissement, juste un intermédiaire par lequel le Ciel et la Terre s’épousent… celui dont on finit par faire un feu. » 

 

 Les messages Esséniens – Daniel Meurois-Givaudan  – les  enseignements premier du Christ.  

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...