Paix et fraternité avec M.Mathieu

 

Vous, êtres humains, parlez souvent de paix, de fraternité, vous parlez même d’Amour, mais que veulent dire pour vous les mots paix et fraternité si vous n’y ajoutez pas l’Amour, c’est-à-dire la conscience de ce que peut représenter l’Amour pour vous et pour vos frères humains ?

Le sens des mots

PAIX
Il faut que vous compreniez le sens profond des mots, il faut que vous appreniez à trouver le sens profond des mots et à les comprendre pour bien les utiliser.

Nous allons parler du mot « paix ». Les êtres humains réclament la paix ! Alors nous allons vous dire ceci : essayez d’abord de faire la paix en vous-mêmes, ce sera beaucoup plus efficace et important que de manifester en demandant la paix !

Bien sûr, il n’est pas toujours inutile de manifester vos souhaits ! Mais que veut dire le mot « paix » pour l’un ou pour l’autre ? Chacun met sur ce mot ce dont il a envie en fonction de sa connaissance et de son évolution.

Si vous arrivez à faire la paix en votre cœur, si vous arrivez à comprendre ce que signifie réellement ce mot, vous serez dans le respect de vous-même, dans le respect de l’autre, et vous serez également dans l’Amour pour vous-même et pour les autres.

Votre monde va changer

Votre monde, nous l’avons dit maintes et maintes fois, va changer, les êtres humains vont changer, la vie sur la planète Terre va changer ; cela peut se faire d’une façon très rapide en fonction du vouloir des êtres humains à changer, parce que nous ne pouvons pas faire ce travail à leur place.

Il faut que vous vous investissiez davantage ! Il faut que vous ayez conscience du pouvoir et de la mission dont chacun de vous est investi, et cette mission est d’ancrer l’Amour et la Lumière dans la matière. Vous êtes, d’une certaine manière, le prolongement de la Source, Sa finalité dans la matière.

À partir du moment où vous avez conscience du travail d’Amour et de Lumière que vous pouvez accomplir, tout change en vous, tout s’apaise, et vous ne voyez plus du tout votre monde de la même façon que la veille ou l’avant-veille.

C’est pour cette raison que nous vous parlons de paix et de fraternité ! À partir du moment où vous vous engagez réellement à avoir conscience de ce que représente la paix, surtout à l’intérieur de vous-mêmes, vous mettez en marche un processus de transformation, et vous pouvez à ce moment-là accéder à toutes les énergies merveilleuses que vous recevez, que vous intégrez parfois d’une façon peut-être brusque si vous n’êtes pas préparés à les accueillir. Elles sont intégrées d’une façon beaucoup plus douce par ceux qui ont préparé le terrain.

À l’époque actuelle, vous avez toutes les possibilités d’avancer, entre autres grâce à l’enseignement que nous donnons à certains canaux ; nous disons bien « certains » canaux, car pour recevoir un enseignement spirituel, il faut non seulement que le canal soit en harmonie avec ceux qui l’enseignent, mais il faut qu’il soit également en harmonie avec lui-même afin qu’il n’y ait pas d’interférences entre ceux qui donnent les messages et celui qui doit les restituer.

Votre monde est en marche

Votre monde est en marche, que ce soit au niveau de l’humain, de la transformation profonde de votre Mère la Terre ou de celle de toutes vies. Si vous souhaitez réellement aborder sur un autre rivage, si vous souhaitez réellement passer le pont vers ce devenir tellement espéré, tellement souhaité, essayez de vous aimer, tout simplement ! Essayez de réaliser la paix et la sérénité en vous, car si elles ne sont pas en vous, l’Amour ne pourra pas y demeurer. L’Amour sera bien évidemment en vous comme il est en chacun d’entre vous, mais il ne se manifestera pas, donc vous ne pourrez ni vous l’offrir à vous-même, ni l’offrir à tous ceux qui en ont besoin.

Si vous n’êtes pas dans la paix intérieure en raison de certaines culpabilités, de certaines incompréhensions de la vie ou de vos expériences de vie, vous n’êtes pas efficaces pour vous-mêmes et pour le grand changement.

Ce grand changement a été annoncé à notre canal et à d’autres canaux. Il est à votre porte, et il suffit de l’éveil d’une petite partie de l’humanité pour que le basculement puisse s’accomplir. Donc soyez les artisans de la transformation profonde du monde, soyez les artisans de votre devenir, et si vous avez conscience de vouloir aller de l’avant, de vouloir intégrer les nouvelles énergies qui vous sont offertes, de vouloir intégrer la nouvelle connaissance que nous allons vous offrir de plus en plus au travers de canaux comme le nôtre, il faut que vous œuvriez dans la conscience que vous êtes utiles au Plan, que tout être humain est utile au Plan, qu’aucun être humain n’est rejeté.

Tout être humain a sa mission à accomplir, tout être humain a sa place sur ce monde ! S’il n’avait pas sa place, que ferait-il sur la Terre ? Quel qu’il soit, malheureux ou heureux, en parfaite santé, en petite ou grosse dysharmonie, tout être humain a sa place ! Les êtres humains peuvent se faire travailler les uns les autres ; ils sont des miroirs les uns pour les autres. Les êtres humains peuvent solliciter leurs voisins, ils peuvent solliciter les autres pour qu’ils puissent s’investir dans le vrai Don, le Don de l’Amour.

Les êtres humains sont également maîtres et élèves ; ils ont beaucoup à apprendre les uns des autres, de leurs comportements, de leurs sentiments et de leur Amour.

Le basculement se fera probablement extrêmement rapidement

Lorsqu’il y aura une certaine majorité d’êtres humains suffisamment réveillés, le basculement se fera probablement d’une façon extrêmement rapide. Nous disons « probablement » parce qu’il y a d’autres impératifs dont nous ne parlerons pas.

Nous vous avons déjà dit qu’il y avait plusieurs possibilités pour cette grande transformation, ce basculement dans la cinquième dimension. Plusieurs possibilités s’offrent à l’humanité, mais pour l’instant, même si les humains s’ouvrent, même s’ils avancent à grand pas, même si la solidarité commence à se manifester entre les hommes, des forces involutives empêchent encore les êtres de s’épanouir ; ceux-ci sont des êtres fragiles, facilement manipulables, qui n’arrivent pas à penser par eux-mêmes, qui n’arrivent pas à comprendre ce que peut représenter l’Amour.

Nous vous demandons ceci : lorsque vous vous trouvez en face de vos collègues, de votre famille, de vos amis, leur sourire, leur dire un mot gentil peut faire changer beaucoup de choses. Le sourire, le mot gentil ou l’Amour, (car l’Amour va automatiquement vers l’autre), peuvent faire accélérer le processus de transformation profonde de votre monde.

LA PAIX

La Paix du monde s’installera…

La Paix du monde s’installera petit à petit parce que c’est prévu, non par les hommes mais par le Plan qui doit être vécu par la planète et toutes vies sur elle et à l’intérieur d’elle. Les hommes suivront ce Plan, mais ils pourront le vivre avec bonheur ou avec souffrance, en fonction de leur comportement par rapport à certains événements.

Cette nouvelle année terrestre, qui pour nous ne représente absolument rien, verra beaucoup de changements, essentiellement chez les êtres humains, mais pas que chez eux. Elle verra également des changements évolutifs dans le règne animal ; vous pourrez constater que les animaux deviennent de plus en plus sensitifs, que certains ont les capacités de médiumnité, notamment les chats, mais bien évidemment pas que les chats.

Vous, êtres humains, pourrez aussi constater que la télépathie, et notamment avec les animaux, se développe. Cependant nous vous mettons en garde : comme toutes les facultés de l’esprit vont commencer à se développer, essayez de penser juste, de penser avec beaucoup de sérénité, beaucoup de joie, de respect et d’Amour.

Si vous n’avez pas ces formes pensées d’Amour, ceux qui vous entourent pourront le percevoir. Ils ne percevront pas l’intégralité de vos pensées, mais ils ressentiront l’énergie émise par vos pensées, et cela pourra créer des dualités.

Votre monde n’ira plus vers la dualité permanente, vers les conflits permanents, parce que ce ne sont pas les humains qui le souhaitent, mais ceux qui dominent le monde. Certains les appellent les « marionnettistes » et nous pourrions également les appeler ainsi. Ce sont des êtres qui n’appartiennent pas à votre monde, qui n’ont pas encore subi l’ouverture de conscience, qui n’ont pas encore soulevé les voiles sur ce que peuvent réellement représenter l’Amour, la fraternité et le respect.

Tout cela, va se terminer ; nous ne disons pas que cela va se terminer cette année car il y aura encore quelques difficultés ; il vous reste les derniers mètres à parcourir avant que le monde puisse réellement changer.

Il arrivera un moment, pas si éloigné que cela, où vous n’entendrez plus parler de guerres, de conflits, parce que les êtres humains les refuseront ; cela ne correspondra plus du tout à ce qu’ils souhaitent.

Les mots guerre, conflit, dualité, tristesse et violence disparaîtront du vocabulaire ; ils seront comme effacés de votre mémoire et de vos écrits comme par un coup de baguette magique.

Soyez certains que cela arrivera ! Quel est l’être humain qui souhaite réellement vivre en permanence dans la destruction, les conflits et les guerres ?

Depuis des millénaires, la planète Terre a connu beaucoup de guerres et de conflits. Il y a des cycles, et vous terminez le cycle de guerres et de conflits. Vous avez déjà commencé depuis un petit moment, mais vous ne vous en rendez pas compte ! Vous allez vers un monde d’une plus grande douceur, de respect et de fraternité, un monde où les êtres humains seront frères, un monde qui ne sera pas un monde de profits, mais un monde de partage.

Message reçu des Êtres de Lumière par Monique Mathieu - www.ducielalaterre.org

 

 Vie initiatique

Vie initiatique – Enseignements Éditions Le temps Présent, 2016.

Pour un canal intègre et pur, il n’est pas aisé de parler de lui-même, de raconter ses expériences de vie et ses initiations sans laisser parler sa personnalité ou son ego. C’est pour cette raison qu’une grande partie de ce recueil a été canalisée. Car en plus des expériences et des initiations vécues par Monique, vous trouverez dans ces écrits de magnifiques enseignements. Chaque expérience de sa vie étant un apprentissage sur son chemin spirituel (comme sur le nôtre).

Un canal est un être humain, et comme tout être humain il est soumis aux aléas de la vie, aux énergies qui le pénètrent en permanence, et comme sa sensibilité est très grande il lui faut souvent faire plus d’efforts que d’autres pour ne pas se laisser envahir par des émotions ou des énergies inférieures afin de maintenir en lui une fréquence vibratoire élevée. C’est justement cette fréquence vibratoire élevée qui lui permet de capter les messages ou les enseignements qui lui sont communiqués par des êtres de plans de Lumière élevés, car si cette fréquence n’est pas suffisamment élevée, il peut capter des messages en provenance de l’astral.

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net

conférenceConférence-canalisation en Isère

Conférence-canalisation par Monique Mathieu.
sur le thème : Monde en changement ou … changement de monde ?
Moirans (Isère) le vendredi 2 juin 2017 à 20h00.
Informations et inscriptions : cliquer ICI.

 

Une grande initiation à l’Astral

 

L’éther de la Terre s’ouvre vers l’astral – tout comme vous avez un corps éthérique et un corps émotionnel ou astral. La frontière est perméable. Lorsque vous mettez de l’huile sur l’eau, chaque élément conserve son état distinct, mais il subsiste tout de même une zone perméable où ils s’interpénètrent. Il en est de même pour l’éther entourant la Terre et chaque être humain, et pour le plan astral.

 L’astral est constitué de trois niveaux appelés inférieur, intermédiaire et supérieur. Ces niveaux de densité différente vont du plus dense au moins dense. Lorsque vous vous projetez vers un autre lieu ou dans une autre dimension, vous vous élevez dans l’éther, vous pénétrez dans le plan astral, et une fois parvenu dans l’astral supérieur vous arrivez devant les portes multidimensionnelles débouchant sur d’autres réalités. Il vous faut donc d’abord franchir l’astral inférieur et l’astral intermédiaire. Jusqu’à maintenant, nous ne vous avions point entretenu de cela. Toutefois, nous avons insisté pour que vous mainteniez votre état d’être à la fréquence pure de l’Amour en vous précisant que vous ne parviendrez pas à vous projeter sans vibrer d’abord à cette fréquence.

chez francesca

Dans le processus de la projection, une certaine résistance se crée déjà sur le plan de l’éther qui a tendance à vous maintenir en mode visualisation. Le passage dans l’astral inférieur comporte aussi ses défis relativement à l’alignement sur la fréquence juste, car parfois l’ego peut jouer des tours. Bien sûr, l’intérêt est d’atteindre l’astral supérieur et l’accès qu’il offre aux portes multidimensionnelles afin de vous propulser dans la direction souhaitée – si vous avez la maîtrise nécessaire du véhicule. Votre âme peut aussi bien sûr vous guider dans le trajet. Mais si vous avez peur, il vaut mieux vous retirer, car la peur est la nourriture du bas astral.

Image(32) : Des centaines de moines furent tués et massacrés ici parce qu’ils éclairaient de leur amour le monde. Depuis, ils circulent dans les différentes sphères de l’astral pour l’illuminer. Ils aident ainsi les humains qui gravitent dans le bas astral et qui cherchent à projeter leur colère vers les autres, consciemment ou non, en étant dans des états de contraction. Le moment est venu pour les moines de poursuivre leur voyage dans le grand cycle des différents cieux. D’autres sont appelés à prendre la relève dans le contexte du monde nouveau en émergence. Pour ce faire, il faut maintenant des Etres d’Amour et de conscience qui ne soient plus dans une voie monastique mais sur la voie du maître, des Etres comme vous.

Dans les humanités précédentes, du temps de l’Atlantide et de la Lémurie, les humains étaient régulièrement au contact avec leurs frères des étoiles. Il faut être incroyablement orgueilleux pour refuser de croire que la seule vie consciente et intelligente dans l’univers tout entier existe uniquement sur cette Terre. Les inspirations, les idées et les pensées qu’un humain peut avoir, pourquoi croyez-vous qu’elles ont leur origine uniquement en lui ? Vous avez déjà peut-être pu constater, lorsqu’n humain découvre ou invente quelque chose, que simultanément, ailleurs sur Terre, d’autres humains font la même découverte sans qu’ils se soient contactés, du moins consciemment. Serait-ce qu’ils sont en communication vibratoire inconsciente ou parfois consciente, ou serait-ce qu’ils captent des connaissances qui sont accessibles autour d’eux ? Ou bien serait-ce qu’ils se sont inspirés de ce qui leur est transmis par une autre forme de vie ? Tout est possible….

Celui qui s’attribue la paternité d’une idée, d’une découverte ou d’une invention est vulnérable, bien qu’il puisse se sentir puissant, puisque malgré ce qu’il a découvert, il est ignorant de la Source même de sa découverte, ce qui en limite la portée. Alors que celui qui n’a encore rien découvert, mais qui est ouvert à accueillir toutes les inspirations et les idées, et qui sait qu’il en est simplement le cocréateur, alors celui-là sait qu’il est illimité.  

Notre univers compte douze dimensions. Quatre autres dimensions sont associées au passage vers les autres univers. De fait, l’univers se reproduit comme chacune de nos cellules. Il se régénère et se génère lui-même également. En ce moment, il y a quatre univers. Complexe pour l’esprit humain. Mais si l’univers est infini, comment peut-il en effet y avoir quatre univers ?

Entre ces quatre univers, il y a quatre dimensions qui agissent comme autant de traits d’union, ce qui fait donc un total de seize dimensions pour ces quatre univers. De plus, chaque univers est constitué de multiples réalités et comporte aussi ses dimensions propres ; notre univers a douze dimensions. Chaque dimension se décline en une multitude de réalités et aussi de plans de conscience. Par exemple, vous vivez en ce moment sur la Terre. Celle-ci est associée à la troisième dimension. Et pourtant, elle accueille des formes de vie qui peuvent vibrer simultanément dans les troisième, quatrième et  cinquième dimensions et plus encore.

dans l'astral

Il y a aussi plusieurs plans de conscience dans la troisième dimension. Par exemple, il y a la conscience propre aux esprits de la nature, des formes de vie invisibles auxquelles les hommes ont attribué à travers les âges différents noms : gnomes, fées, elfes, faunes, une multitude de noms selon les contrées. Certains d’entre vous, comme Déva Shakti (Josée Clouâtre) ont développé l’l’aptitude à les voir, à discerner les présences éthériques et leurs structures. D’autres personnes peuvent sentir leur présence ou bien les entendre, et d’autres encore nient carrément leur existence. Il y a aussi les dévas associés à la conscience des différentes formes de vie, par exemple les dévas de la nature végétale. Il en existe une multitude. Ainsi, il y a les dévas des arbres et, parmi eux, le déva des chênes. Il y a les dévas des arbres fruitiers et les différentes espèces de plantes (un lien http://quetedesoi.unblog.fr/ ). Et puis, il y a le déva du vent. Il y a enfin un déva pour chaque espèce animale. Donc, ce sont des méga-consciences associées à des formes de vie qui ne s’expriment pas comme les humains ; leur conscience est collective plutôt qu’individuelle. La conscience des humains est aussi de nature collective, mais elle a bien sûr aussi un aspect individualisé.

Ainsi, ces esprits de la nature invisibles agissent dans la troisième dimension, mais sur un autre plan de conscience. L’éther est aussi accessible à partir de la troisième dimension, tout comme à partir d’autres dimensions, tel le plan astral. Vous vivez donc dans une structure matricielle d’une complexité quasi infinie. Vous-même avez un corps physique qui est associé à la troisième dimension, mais qu’en est-il de votre Esprit ? Votre Esprit se manifeste à vous dans votre troisième dimension. Il vous transmet des pensées, des idées, des éclairages, des orientations, des guidances. Et lorsque vous vous ouvrez à la quatrième dimension pour accueillir les perceptions et les visions des structures subtiles autour de vous, votre Esprit est également là.

La cinquième dimension en est une de sensations associées à l’amour. L’amour n’est point l’affectivité, mais celle-ci vous guide vers l’amour. Nous ne voulons pas vous décevoir, mais presque toutes vos relations sont des relations affectives et non pas amoureuses. Mais elles vous guident peu à peu vers l’amour inconditionnel. Et lorsque pour vous l’amour devient toute l’énergie créatrice libérée en vous, alors vous vivez le véritable amour.

Vivre de façon continuelle dans la cinquième dimension signifie que vous sentez en permanence l’amour divin, le mouvement créateur de la lumière, et que votre regard est rempli de compassion, c’est à dire que vous reconnaissez la lumière en toute forme de vie, en toute personne, sans avoir la moindre attente.  

livre chez francescaRegardez les étoiles. Ces points lumineux que vous voyez dans le ciel ne sont pas uniquement des étoles. Vous verrez de plus en plus souvent des points de lumière composants des structures énergétiques fabriquées par ces Etres des étoiles qui les ont déployées autour de la matrice terrestre et à l’intérieur de celle-ci afin de communiquer avec vous. Il suffit de se mettre en phase avec ces fréquences, qui constituent une forme de langage. D’ailleurs, les scientifiques de vos forces armées sont parfaitement au courant de la présence des frères des étoiles dans l’atmosphère terrestre et au-delà, et cela depuis au moins 60 ans…  Les facultés de communication subtiles d’un humain sont variées. Tant de gens croient encore qu’il s’agit d’une forme d’animisme, de spiritisme, que tout cela est un leurre. Dommage !

Pierre LESSARD et Josée CLOUATRE – Extrait « Voyage initiatique au désert de Gobi ». SANCTUS HERMANUS http://francesca1.unblog.fr aux éditions Ariane

S’Unir au RAYON VIOLET : les pièces du puzzle avec Sanctus Hermanus

 

Comme déjà dit dans un autre article, votre vie est comme une multitude de pièces d’un gigantesque puzzle. Vous êtes tous présents avec vos puzzles. Avez-vous rassemblé toutes vos pièces ?

En soi, cette métaphore du puzzle permet de véritables compréhensions, dont celle des multiples réalités. La Terre du rayon violet est celle des réalités multiples. Le rayon violet vous entraîne vers les mille et une cités de lumière de l’univers. Il vous invite à unifier la Terre et le Ciel en vous. Or, quelle est la relation entre le rayon violet, les cités des différentes réalités et votre puzzle ? 

 Rayon violet chez Francesca

En fait, les pièces de votre puzzle existent dans plusieurs réalités. Cela signifie que les pièces du puzzle ne sont pas toutes rassemblées dans la réalité bien circonscrite et bien limitée du quotidien. Non seulement elles ne sont pas encore juxtaposées pour que vous ayez la vision globale de votre Etre et de votre univers, mais elles ne sont pas toutes présentes. C’est ce que nous voulons dire par la notion qu’il vous manque encore des pièces. C’est pourquoi plusieurs perçoivent une distorsion dans leur vie et leur réalité. Il n’y a pas de tort ou de tare en cela. Toutefois, s’ils définissent leur univers en fonction de ce qu’ils ont structuré avec leurs pièces, ignorant le fait que de nombreuses pièces sont manquantes, bien sûr, leur vision est réduite de même que leur capacité à saisir le sens réel de leur existence. 

Les pièces du grand puzzle sont réparties dans plusieurs réalités. Il vous faut donc savoir que lorsque vous vous limitez à  la troisième dimension, votre perception de la réalité devient alors illusoire. Lorsque vous reconnaissez alors qu’elle n’est qu’une facette parmi d’autres et que la réalité qui importe est celle dans laquelle vous vivez à un moment ou l’autre, conscient néanmoins qu’à chaque instant tous les espaces et toutes les réalités sont unifiés en vous. Ainsi, votre passé et votre avenir, quels qu’ils soient, sont tous réunis dans l’instant présent. Vivre prend alors une toute autre perspective.

Devant l’existence de multiples réalités, il devient naturel de s’ouvrir à la notion de multiple présence. Tout cela est fort simple. Vous avez imaginé la cité intraterrestre du Gobi quand nous nous sommes entretenus en début de journée. Cette cité existe, nous vous l’avons confirmé. Il y a une entrée sur le plan tridimensionnel et celle-ci se ramifie dans plusieurs dimensions. Vous pouvez délaisser temporairement la réalité physique du moment auquel vous êtes et voyager dans la réalité de cette cité. Or, puisqu’elle existe en de multiples dimensions, cette cité existe aussi à plusieurs niveaux de réalité. Imaginons que vous visitez une dimension. Dans une des réalités de cette dimension, vous êtes présent dans un magnifique jardin de la grande cité de cristal. Les roses y sont gigantesques. Pour un instant, vous êtes dans cette réalité. La multiple présence consisterait, par exemple à marcher ici dans le désert, tout ne respirant le parfum de ces roses. Compliqué, pensez-vous ? Pour le mental uniquement.

la rose

Reprenons l’exemple sous un angle différent. Imaginons qu’il y ait un ami que vous aimez beaucoup. Vous vous êtes souvent approché de lui et avez capté son parfum, son essence substantielle. Puis aujourd’hui vous marchez seul dans cette magnifique steppe. Soudain, la pensée de cet ami vient vers vous. Vous est-il possible d’imaginer que l’odeur de son parfum puisse circuler en vous ? Mais bien sûr. Son parfum, il existe ne vous parce que vous avez visité sa réalité, du moins l’une de ses réalités. Vous n’avez pas eu à faire l’effort, ni eu besoin d’un quelconque instrument pour enregistrer en vous la formule bio-cellulaire et génétique de son parfum. Vous n’avez eu qu’à vous réjouir de l’accueillir pour voir son code s’inscrire en vous. Pouvez-vous imaginer la multitude de codifications différentes qu’un humain peut enregistrer ? Eh bien, décuplez cette imagination !

Donc, vous marchez dans la steppe et vous avez la faculté de sentir son parfum, tout comme si votre ami était là, tout près. La personne n’est pas près de vous, mais son parfum est codifié, ainsi que plusieurs de ses émanations. Alors, vous avez la possibilité d’être présent à cet ami cher ou à son parfum, selon votre choix. Mais conservez tout de même une partie de votre présence ici dans la steppe, sinon vous allez trébucher !

Il faut renoncez au désir d’enregistrer intellectuellement les informations perçues ou de les capturer en nous. Le code que nous avons inscrit doit l’être dans nos cellules. Ce que nous devons graver en nous, c’est la codification génétique de son parfum, ou encore ses coordonnées sur le plan cosmique ; c’est à dire l’endroit précis où ce parfum unique est généré par votre ami. C’est ainsi que pendent notre sommeil, notre esprit visite des Etres, et divers lieux que nous enregistrons en tant qu’adresses associées. Lorsque nous nous projetons, il peut nous arriver d’avoir une vision ou la sensation d’une présence. Il est alors possible que vous ayez capté une adresse dans votre projection, mais que pour différentes raison vos ne voyiez pas d’image – que vous ne sentiez pas son parfum. Vous avez seulement capté l’adresse, amis l’image, le parfum, la perception ou la sensation s’y rattachant vont se manifester à un autre moment.  C’est important car vous êtes et vous faites davantage que ce que vous êtes porté à croire dans votre réalité actuelle.

En soi, vous existez ailleurs qu’ici en ce moment, et vous en serez de plus en plus conscient. A chaque personne correspondent donc des pièces uniques du puzzle. Et ce qu’il y a de merveilleux, c’est que malgré tout ce qui les différencie, ces pièces ont tout de même de nombreuses similarités. En d’autres termes, les messages que vous recevez et les expériences que vous accumulez, bref tout ce que vous percevez et faites pour vous ressourcer,  est différent et sans équivalent exact chez les autres personnes. Vous ne les découvrez pas au même moment et si vous avez des pièces semblables à celles des autres, elles ne s’agencent pas nécessairement entre elles. En d’autres termes, vous pouvez stimuler les gens en leur faisant part de vos expériences, mais chacun vit les siennes à sa manière. Cela nous ramène aux visions différentes que chacun peut avoir de la cité de cristal.

La peur d’être submergé crée souvent chez les humains une barrière, une limitation. Ils adoptent alors une attitude réservée et distante face aux énergies qu’ils rencontrent. Soyez assuré que lorsque votre fréquence est élevée, conférant ainsi une cohésion à votre propre énergie, vous pouvez vous nourrir sans crainte des particules de lumière. Il n’y a pas de crainte non plus à avoir devant les humains que vous rencontrez, peu importe leurs expressions. Ils peuvent même être la source d’une lumière qui sera pour vous une nourriture, car c’est le propre des chakras de produire une lumière nourrissante.

Souvent les humains craignent de se sentir envahis par les autres, ou que leur énergie soit vampirisée. Bien sûr, il appartient à chaque individu de maintenir l’intégrité de sa structure de telle sorte qu’il ne soit pas envahi, et qu’à l’inverse il puisse accueillir la beauté et la lumière des autres. Vous savez bien que même si par moments des ombres peuvent voiler votre lumière intérieure, vous demeurez tout de même des êtres fondamentalement lumineux et merveilleux. Certes, vous vous jugez parfois durement, et il vous arrive de vous culpabiliser. Cessez tout cela. Vous êtes à la fois le soleil et le ciel illuminé. Et si parfois un nuage passe, cela ne fait pas de vous un être inférieur, mauvais ou ombrageux. Il en est de même pour autrui. N’ayez pas peur de ceux qui traversent des nuages sombres, vous avez les vôtres, ils ont les leurs.

ST GERMAIN

 NOTE : L’œuvre du Rayon Violet

Maître Saint-Germain collabore à guider l’humanité dans son actuel mouvement d’éveil sous de multiples formes. Une de ces formes est l’œuvre du Rayon Violet. Celle-ci est une voie d’évolution spirituelle créée et inspirée par les Energies de Maître Saint Germain pour offrir leur guidance, leurs éclairages, leurs enseignements aux humains vers leur maîtrise et leur implication dans la création d’un Nouveau Monde. L’Oeuvre se veut une voie d’inspiration à la recherche et à la découverte des connaissances et des pouvoirs universels en soi et en chacune des formes de vie. L’œuvre exprime une voie spirituelle vers la réalisation du maître, nullement religieuse ni sectaire ou dogmatique.

« Maître et Disciple de soi-même » : une voie spirituelle par l’apprentissage. Les enseignements favorisent et stimulent la présence aux sensations intérieures qui révèlent le maître intérieur, l’expression de l’Ame. Plutôt que de formuler et de transmettre un ensemble de connaissances les enseignements stimulent chacun à utiliser ses propres expériences de vie et sa propre énergie créatrice pour laisser émerger les connaissances et se déployer. En chacun de nous, il y a un maître, le « JE SUIS VERITABLE », qui inspire le disciple. Ainsi, l’œuvre du Rayon Violet peut être traduite comme une voie vers l’autonomie par l’expression du maître intérieur et la manifestation avec conviction de sa nature universelle et de son mandat d’incarnation. En s’unissant à lui-même, l’Etre retrouve la paix, la sensation d’union à la vie sous toutes ses formes, une réelle collaboration à la paix de l’humanité, et la capacité de se projeter dans l’Univers.

Dans l’œuvre du Rayon Violet, tous sont guidés, amenés à dé laisser leurs programmes, à transcender leurs peurs et à se laisser porter par leurs élans de création, d’amour et de réunification. Ils sont amenés à redécouvrir comment l’énergie en eux permet l’harmonie, l’équilibre et la liberté sur la Terre comme dans les autres dimensions. Pour plus d’informations sur les cours et les voyages initiatiques, voir : www.rayonviolet.com

Pierre LESSARD et Josée CLOUATRE – « Voyage initiatique au désert de Gobi ». SANCTUS HERMANUS http://francesca1.unblog.fr/2016/08/19/en-presence-de-sanctus-hermanus/

S’ouvrir aux multiples réalités

 

A cette étape de l’évolution de l’humanité actuelle, il est essentiel de vous ouvrir aux multiples autres réalités qui existent. Le fait que la majorité des gens se soient concentrés sur une seule réalité a créé un frein à la création de l’homme nouveau. Une seule réalité réduite signifie pour l’humain une sensation d’emprisonnement. Et chacun, même s’il ne peut la définir en ces termes, porte en lui cette sensation de limitation qui s’oppose à la sensation de l’infini universel que chacune de ses fibres reconnaît. En fait, c’est tout comme si un Etre était dans une prison et que des images, des fragrances et des musiques de l’extérieur lui étaient continuellement présentées. Sa réalité serait alors sa prison. Mais, bien sûr, tout ce qu’il reçoit de l’extérieur lui permettrait d’être en relation avec d’autres réalités, à moins qu’il ne ferme ses yeux et ses oreilles, qu’il ne fasse abstraction de tous ses sens et se concentre sur sa prison. Cela serait bouleversant, si réducteur pour lui, puisque tous ses sens intérieurs et extérieurs ont la faculté de le mettre en relation avec toutes les réalités, et même de faire en sorte que cette faculté plus subtile s’éveille pour qu’il sorte de sa prison. Eh bien, il en est ainsi pour beaucoup de gens en ce monde. La réalité qu’ils voient et touchent chaque jour est leur seule réalité. Ils font ainsi abstraction de tout ce qu’ils reçoivent des autres réalités. Ils s’enferment dans leur étroite réalité, tout en éprouvant au fond d’eux une sensation de contraction, d’oppression parce que leurs cellules captent tout de même l’immensité, l’infinité et la joie des autres réalités.

 

 francesca création

Ici, vous voyez le désert, les montagnes et le ciel, mais il y a aussi une énergie vaste et puissante. Des êtres Lumineux comme vous ont bien sûr la possibilité de se nourrir de cette masse d’énergie afin de s’éveiller. Puis, en ressentant la puissance émerger de tout ce qui vous entoure, vous pouvez constater l’existence d’une multitude de vastes espaces s’offrant à vous pur y évoluer. Mais en plus de vous y ressourcer, vous, Etres conscients, avez délibérément choisi comme rôle de vous imprégner de cette masse d’énergie pour ensuite la diffuser sur toute la Terre. Si certains le feront en transmettant des enseignements, la majorité d’entre vous le feront par leur vibration, leur regard, la puissance et la beauté de la vie transmise naturellement. Nous vous proposons de le faire tous ensemble en ouvrant de grands portails dans cette masse d’énergie afin qu’elle rayonne partout sur la Terre. En soi, cette masse constitue une autre réalité. Plusieurs humains nient cette réalité, alors que d’autres en doutent. Et, bien sûr, ce n’est point parce que vous ne la captez pas qu’elle n’existe pas.

Plusieurs d’entre vous, sont peinés de ne pas ressentir les vibrations particulières à chaque lieu visité. Ne soyez pas attristés ou en colère. Sachez tout simplement que les sens se referment ans un cadre où de nombreuses vies successives sont vécues dans une structure humaine qui refuse toute autre réalité que celle perçue par les cinq sens. Même votre vie actuelle a débuté dans un environnement d’humains qui sont si investis dans leur réalité qu’il ne leur vient même pas à l’idée que d’autres réalités puissent exister. De plus, le paradigme dominant actuel exige des humains qu’ils abordent la vie à partir du mental et de connaissances intellectuelles, en particulier celles fournies par les scientifiques. Pourtant, si ces derniers n’avaient pas eux-mêmes une certaine sensibilité et intuition, comment auraient-ils pu découvrir les informations qu’ils avancent ? On parle ici davantage de chercheurs ayant choisi d’ouvrir leurs sens afin d’aller au-delà du connu. Sans quoi, comment la science pourrait-elle progresser ? Quel paradoxe tout de même ; les humains sont amenés à regarder et à analyser leur monde à partir de ce qui est connu et de ce qui leur est affirmé comme étant scientifiquement démontré.

Tout comme si l’on vous disait : « Il y a certains chercheurs qui ont des facultés pour découvrir les secrets de l’univers, mais vous devez faire en sorte de vivre seulement avec ce qui est déjà connu et prouvé« . C’est éprouvant. Alors, ne soyez pas peinés ou en colère parce que vous ne ressentez pas ce que d’autres disent sentir. Détendez-vous, respirez la vie, ouvrez votre cœur. Plus le cœur s’ouvre à votre nature, à votre essence, à votre beauté et à celle qui vous entoure, plus vous vous émerveillez sans avoir à prouver quoi que ce soit, ni à tenter d’analyser l’invisible. Plus vous existez et plus vos sens s’ouvrent à nouveau.

Cette masse d’énergie est composée de plusieurs types de particules. Chaque type est libéré et absorbé en fonction d’un rythme déterminé par le niveau d’éveil de conscience de l’humanité. De plus, depuis quelques années, des particules en provenance du cosmos entrent dans votre atmosphère. Ces différentes particules ont des effets complémentaires. En ce moment, les rayons ultraviolets affluent massivement dans votre atmosphère, entraînant avec eux des particules cristallines qui stimulent les particules déjà présentes dans les champs énergétiques des deux couronnes de la Terre. Pour  que ce soit plus clair, imaginez au niveau des couronnes, une masse d’énergie, une sorte de nuage de couleur relativement dense, quoique subtile. Ces nuages de couleur sont composés d’un ensemble de particules de fréquences variées, chacune ayant un effet particulier sur la vie terrestre. Par exemple, ces particules influencent la structure génétique de la flore, de la faune et des humains. Elles affectent aussi la fréquence des espaces intérieurs ou intraterrestres de la Terre. Ainsi, le champ énergétique des couronnes, transformé par les rayons cosmiques, influence la fréquence vibratoire des espaces intraterrestres, qui libère alors d’autres types de particules. C’est un processus par étapes, cumulatif et coordonné.

FRANCESCA BLOG

Les humains conscients ressentent l’appel à accueillir ces nouvelles particules et à étudier leur fonction. D’ailleurs, nous vous guidons souvent à ce sujet. En vous invitant à Gobi pour vous affranchir de certaines limites et vous ouvrir à une nouvelle réalité, c’était aussi dans le but de vous inciter subtilement à vous nourrir de ces particules. C’était également pour vous sensibiliser à ouvrir des accès vers ces autres réalités, ce qui favorisera l’éveil collectif par la diffusion de ces particules. Ainsi, il est essentiel que, tout en vivant dans la réalité terrestre tridimensionnelle, vous choisissiez de vous ouvrir à d’autres réalités. Déjà, nous vous avons proposé d’emprunter la porte vibratoire de la Shambala   éthérique afin d’y visiter la grande cité cristalline ne passant par les couloirs des Tables d’Or. Quelle réalité nuancée ! Et puis, nous vous avons guidés et amenés à pénétrer dans la Terre pour y entrer en communication avec le cristal de lumière de la Shambala intratererrestre ce faisant, vous avez aussi la possibilité de découvrir des cités intraterrestres se trouvant en d’autres dimensions. Durant la dernière nuit, nous vous avons proposé de devenir le vent et de demander à votre esprit de vous guider dans la quatrième dimension. Cette dimension offre plusieurs réalités, comme la réalité terrestre tridimensionnelle. Chaque dimension comporte plusieurs réalités. Il s’agit là d’un hologramme extraordinaire, puisque tout est constitué de façon matricielle. En fait, c’est plus simple qu’il n’y paraît.

Amalgamée à la troisième dimension, il y a aussi la réalité des esprits de la nature que les hommes ont souvent représentés dans des contes pour enfants. En soi, il y a une superposition de réalités avec la troisième dimension, comme la présence des Dévas, ou comme le vent. Le vent n’est pas simplement de l’air qui se déplace. Le vent vibre et existe dans un autre type de réalité. Il possède une forme de vie et de conscience. Le vent est aussi vivant que la fleur, la rivière ou la lumière. Il existe donc des réalités tangibles dans la troisième dimension, mais d’origine de la quatrième. 

Vous pouvez aussi vivre dans la troisième dimension tout en existant dans la quatrième, ce qui fait en sorte que votre réalité s’élargit, les structures sous-jacentes aux différentes réalités se trouvent dans la quatrième dimension. Ainsi, la structure génétique des cellules physiques, la photoluminescence des cellules des corps subtils, le champ magnétique de l’humain et les couloirs énergétiques de la Terre, tout cela devient alors perceptible selon un autre spectre de perception propre à la quatrième dimension. Lorsqu’un humain accède à la quatrième dimension tout en demeurant ancré dans la troisième, il devient conscient de toutes ces choses. Ses facultés sont bien sûr suscitées, soit une faculté extérieure comme son regard ; il voit la structure du champ magnétique souvent nommé aura. Il voit aussi les structures énergétiques des gènes et les particules en mouvement. Il peut les ressentir et les percevoir. A partir du moment où  vous prenez contact avec les dimensions subtiles de la vie et que vous ne cherchez pas à les faire correspondre à un cadre rationnel trop étroit, à intellectualiser ce qui se présente à vous, tout peut s’ouvrir.

Lorsque vous vivez une expérience, lorsque vous captez, percevez, ressentez quelque chose, nous vous recommandons  de ne pas tirer de conclusions trop hâtives. Ne cherchez pas à tout comprendre immédiatement pour faire cadrer l’expérience dans vos schèmes connus. Permettez-vous d’accueillir le message qui peut vous servir à l’instant même, mais ne cherchez pas de façon compulsive à tout analyser et à vouloir tout comprendre sur le champ. Imaginez votre vie comme une multitude de pièces d’un gigantesque puzzle. Ainsi, une expérience de vie est une pièce et chaque pièce vous livre un message.  

Nous vous proposons qu’à chaque jour vous soyez tout simplement ouverts aux autres réalités qui se présenteront à vous. En raison de l’accompagnement que nous vous offrons et du développement accéléré de l’acuité de vos sens intérieurs et extérieurs, il est probable que des images se présenteront en votre conscience ou droit devant vous. Qu’est-ce que cela signifie ? Attendez-vous à voir par exemple, des structures lumineuses et à faire l’expérience d’éveils spontanés. Nous vous accompagnerons pas à pas afin que cette quatrième dimension et les autres vous soient de plus en plus perceptibles. Mais il faut aussi bien sûr que vous souhaitiez ressentir ces autres réalités.

(Merci de respecter mon travail de saisie en citant ce lien http://francesca1.unblog.fr

Extrait du livre « Au-delà des Frontières Dimensionnelles » – HISTOIRE SACREE – Tome II  de Pierre LESSARD et Josée CLOUATRE – « Voyage initiatique au désert de Gobi ». SANCTUS HERMANUS   – Editions Ariane

Devenir des Etres de Cristal comme nos Frères du Peuple d’O

 

Nous vous avons proposé dans un rituel d’épuration, de véritablement et concrètement accentuer la désidentification au véhicule corporel. 

Blog de Francesca

Vous vivez tous dans une demeure. Cette demeure, vous l’avez équilibrée, harmonisée, enjolivée, éclairée. Elle est pour vous un lieu de vie, peut-être aussi un lieu de création et de ressourcement, un lieu d’expansion. Cette demeure physique est un abri. Elle fait en sorte que le vent, le sable, l’eau et la glace ne puissent accélérer la dégénérescence naturelle de votre corps. Plusieurs d’entre vous utilisent aussi un véhicule terrestre motorisé. Celui-ci facilite les déplacements du corps physique entre deux lieux. Aucun d’entre vous ne s’identifie à sa demeure ou à son véhicule motorisé. Pourtant, vous les appréciez. Vous les avez choisis, et vous avez peut-être même construit, enjolivé, éclairé et décoré votre demeure. Vous l’avez rendu chaleureuse, à votre image. Cette demeure et ce véhicule vous sont utiles. Alors, nous vous proposons de les aimer, d’être conscients de leur présence, de leur fonction, de leur rôle, de leur utilité, de leur rendre grâce, d’être vibrants de gratitude pour votre demeure et votre véhicule motorisé. Aimez-les. Reconnaissez-les dans ce qu’ils sont, dans la nature, dans leur rôle. Ils sont constitués d’éléments de la terre vibrante, nourricière. Toutefois, vous n’êtres point votre demeure, quel que soit l’amour que vous éprouvez pour elle. Ne cherchez pas à la posséder, puisque ce faisant vous réduisez et limitez à nouveau la réalité, car il est impossible de posséder la matière. La matière est en mouvement, la matière s’appartient à elle-même. Elle est telle l’énergie de l’univers. Utilisez-la, utilisez le véhicule, mais ne vous identifiez pas à l’un ou à l’autre. 

Il en est de même pour votre corps physique, ainsi que pour vos corps subtils, émotionnel et mental. Aimez-les ! Soyez vibrants de gratitude envers eux. Vous pouvez les orner, les colorer, les teinter de votre atmosphère. Ils vous sont fort utiles. Ils sont vivants. Le corps est composé de cellules vivantes, dont chacune vous permet d’être en relation avec l’univers tout entier et vous livre quotidiennement des messages quant à votre parcours de vie. Elles vous livrent aussi des messages lorsque, inconsciemment, vous les altérez ou accentuerez leur dégénérescence. Aimez votre corps physique, aimez votre corps émotionnel, aimes votre corps mental. Votre cops émotionnel, véhicule des sensations et aussi bien sûr des émotions. Votre corps mental, véhicule des connaissances, des idées, des inspirations. Cette structure n’est-elle pas magnifique ?

Votre Ame, votre Esprit utilisent vos corps. Rendez-leur grâce. Faites-en des amis, des complices. Et comme pour les amis et des complices, écoutez-les ! Votre ami, par respect, par amour, ne l’écoutez-vous pas ? il vous éclaire, il vous rappelle certains aspects, certains engagements peut-être. Mais vous n’êtes pas votre ami, physiquement ; vous êtes votre ami dans le Tout. Bien sûr que vous êtes dans le Tout, et dans cette réalité terrestre vous êtes bien plus que votre corps physique.

Certes, dans une perspective universelle philosophique, nous pourrions vous dire tout à fait l’opposé, c’est-à-dire de vous identifier à tout ce qui existe. Vous voulez vous identifier à votre corps ? Alors, faites-le. Toutefois, si vous vous identifiez à votre corps, identifiez-vous aussi au corps de votre voisin et puis, à vos vêtements et aux siens, puisqu’ils possèdent la même nature universelle. Ils sont essentiellement faits d’énergie. Cependant, en fin de compte, vous êtes venus créer un nouveau monde peuplé d’Etres de cristal. Vous avez donc tout avantage à devenir des Etres de cristal. Sachez aimer votre corps, et ce, en le reconnaissant comme étant uni à tout ce qui est, et uni à l’Ame et à l’Esprit, et non pas comme la seule expression de qui vous êtes.

Le peuple d’O a graduellement évolué vers la lumière, mais a aussi capté des vibrations du monde précédent. Ces Etres ont rencontré des entraves, des pièges et ils se sont protégés. Peu à peu, les hommes ont créé des identités, des personnages constitués avec un ego et son orgueil, une véritable image. Avec ces attributs, ces caractères, il faut un vent bien chargé de sable pour dissoudre ces personnages. Leur cuirasse semble bien résistante, mais vous avez pu constater que le sable peut même éroder la pierre ou la nettoyer de ses impuretés.

Alors, chères Ames, aujourd’hui vous avez choisi d’accentuer la désidentification. Vous êtes Dieu, vous êtes le Tout. N’ayez point peur de vous perdre dans le Tout, car vos sensations, celles de l’humain, font en sorte que vous existez sur cette Terre. Vos corps s’agitent, votre personnage aussi lorsque le vent souffle le sable et les transcende. Alors, faut-il calmer le vent maintenant ou bien augmenter sa force ?

francesca blog

Le moment est venu pour vous, en vous désidentifiant, de réaliser qu’il existe plusieurs réalités. Lorsque l’humain s’est identifié à son corps physique et à ses corps émotionnel et mental, il a construit une réalité limitée. Il vous appartient maintenant de réaliser que plusieurs réalités coexistent… Les facultés des humains se sont atrophiées avec la réalité qui s’est contractée. Maintenant que vous vous éveillez à d’autres réalités, vos facultés se révèlent à nouveau. La vie existe sur Terre différemment que dans votre réalité. Plusieurs humains incarnés dans la matière vivent très différemment de vous, et plusieurs formes de vie invisibles vous accompagnent aussi, comme les Dévas. Ne résistez plus. Il y a de multiples dimensions, et la vie se manifeste en chacune d’elles. Lorsque vous regardez ces dunes de sable autour de vous, que voyez-vous ? Vous voyez la terre fluide et vous voyez des formes qui vous rappellent le mouvement, la fluidité, des courbes. Lorsque vous observez l’ensemble de ces dunes, vous constatez qu’il y a une structure, un mouvement ondulatoire. De telles structures existent partout dans ce monde. Il y a une rigueur, pourtant il n’y a point de rigidité. Nous vous invitons à être rigoureux et souples, comme ces dunes ; intenses, puissants, affirmés, comme le vent ; fluides comme le sable qui s’infiltre partout, tout comme l’eau. N’en doutez-point, vous le constaterez dans vos sacs et vos vêtements plus tard. Soyez fluides, ondulatoires, souples, et détendez-vous. Votre corps mental et vos pensées sont-ils souples ou rigides ? ou bien les deux ? L’imagination n’est-elle point la souplesse dans le regard vers l’invisible ?

A la fin de ce jour, lorsque vous serez bien allongés dans votre abri, fermez vos yeux et devenez le vent. Abandonnez-vous totalement à la sensation du vent et ressentez la souplesse, ressentez le mouvement ondulatoire. Et demandez à votre Esprit de vous projeter dans la quatrième dimension.

Voyage initiatique au désert de Gobi ». SANCTUS HERMANUS – sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr (Merci de respecter son travail de saisie en citant ce lien) – Editions Ariane

 

Entrer dans l’acceptation totale

acceptation

Quel que soit l’événement qui survient à vous-mêmes ou à autrui, il faut l’accepter comme un élément indispensable au cheminement initiatique de la vie. 

Puisqu’il survient c’est qu’il doit, sauf exception, survenir pour que vous puissiez comprendre, intégrer, un élément que vous n’avez pas pu comprendre ou intégrer autrement, en sachant que vous n’êtes pas encore conscient des décisions qui sont prises sur les plans plus élevés, ni conscients des causes réelles de ces événements (éléments d’évolution, aspects karmiques). Il s’agit de faire en sorte de comprendre et intégrer le plus rapidement possible, le plus consciemment possible, cet événement pour que les conséquences cessent si cet événement est désagréable ou douloureux. 

La vie matérielle n’est qu’une composante de la vie, elle représente un des champs d’expérimentation qui permet l’évolution. Mais attention, accepter, oui, mais aussi tendre à améliorer d’où volonté et action. La nonchalance, le laisser faire, le fatalisme sont des aspects statiques donc non évolutifs. Il faut les remplacer par la prise en charge de sa propre existence, ce qui implique le dynamisme. 

Il faut cependant moduler cette définition générale.

Etant donné les conditions souvent désordonnées de vie actuellement dans vos sociétés, il arrive que vous ayez à pâtir d’événements qui ne sont pas forcément liés à votre évolution, mais simplement liés aux conditions de votre incarnation, conditions cependant acceptées lorsque vous avez préparé votre incarnation. Il peut arriver également que des circonstances non prévues se déroulent suite aux différents libre-arbitres qui s’expriment, et qui peuvent induire des difficultés non nécessaires et non prévues pour votre évolution. Là aussi ce sont des risques que vous avez acceptés lorsque vous avez préparé votre future incarnation. 

Ainsi lorsque vous avez à vivre des événements qui ne sont pas directement liés à votre programme de développement, l’équilibre Universel en tient compte en accélérant votre évolution à travers ces événements, ou en résorbant une partie de votre karma. Rien n’est jamais injuste dans l’Univers, les équilibres se rétablissent en permanence, mais souvent sur des valeurs qui ne sont pas perceptibles à vos consciences incarnées. Ayez donc confiance en la Vie, et acceptez même ce que vous ne pouvez cerner. 

D’autre part il convient de relativiser cette notion d’Acceptation, car il est des circonstances où les êtres doivent apprendre à réagir pour intégrer des vibrations de force, de courage, etc. Là il ne s’agit pas d’accepter l’inacceptable, mais au contraire de se dresser contre lui, pour apprendre à réagir contre sa propre faiblesse. Comment faire la différence, me direz-vous? Par votre connaissance spirituelle des Lois, si vous les connaissez, par votre intuition, si celle-ci est développée, et si vous l’écoutez, par l’expérience de l’erreur sinon. 

Rien ne va dans un seul sens dans l’explication de la Vie. Rien n’est à prendre au premier degré. Il s’agit justement de comprendre les choses avec Intelligence, de relativiser les enseignements que vous recevez, car ils sont automatiquement tronqués par vos filtres mentaux, réduits par vos facultés psychologiques, et amoindris par leurs passages dans votre langage humain. 

Cependant, ne faut-il pas avancer?

MESSAGES DE LA CONFEDERATION INTERGALACTIQUE

Sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/       

 

L’intégration du moi limité dans le soi illimité

Nous sommes à la fois manifestation physique et Essence universelle ; or nous avons oublié notre source.

A mesure de l’éloignement de son identité divine, l’humanité s’est installée dans le doute, la perte de confiance. Le voile s’est graduellement épaissi, et de moins en moins guidée par la sagesse de l’être profond, l’ego trompeur s’est construit avec ses certitudes et son système de croyances. L’ego manipule parfois à notre insu les outils spirituels, énergétiques ou corporels que nous sommes amenés à utiliser. Cela a pour conséquence de générer beaucoup d’illusions et la conviction de l’inutilité de reconnaître nos peurs, la blessure qui nous habite, d’en comprendre le sens…

le soi

Il est vrai qu’il peut être tentant de se tourner vers une recherche spirituelle en évitant soigneusement la confrontation avec nos ombres. Lesquelles finissent pourtant par nous rattraper à un moment ou à un autre de notre vie ! Les enseignements d’éveil font de l’instant présent la clé d’accès à l’ouverture de conscience. Il semblerait qu’il y ait parfois une distorsion de compréhension de cette réalité. En effet, ne pas s’identifier à nos pensées, nos émotions et vivre le moment présent ne signifie pas nier, rejeter ou fuir ces aspects de nous. Guérir les divisions intérieures impliquent d’intégrer l’expérience humaine dans la conscience de notre dimension lumineuse et d’unir les forces de l’horizontalité à celles de la verticalité. Cela implique notre responsabilité envers nous même et envers la vie d’une manière toute différente. Ainsi toutes nos blessures constituent le compost de ce qui devient notre force de vie.

Notre peur la plus intense est très souvent associée à ce que nous avons d’essentiel à réaliser dans notre incarnation présente. A chaque fois que nous appréhendons un événement de la vie, une rencontre de manière difficile, il est en fait question d’une étape initiatique qui s’offre à nous, soit une opportunité de libération, de dissolution de quelque chose qui restreint notre élan de vie. Il est par conséquent de la plus grande importance de vivre nos expériences en toute conscience… Et pour cela nous devons réinvestir ce « territoire sacré », à savoir le présent de notre être dans ce corps. C’est de ce lieu, le corps, la conscience, la sensation dans l’instant présent que nous pouvons accueillir une réaction, une émotion, un sentiment douloureux, prendre conscience d’une programmation qui nous limite. Une réaction, c’est la manifestation d’une mémoire émotionnelle, donc d’une blessure…

Naître à soi-même, car c’est bien de cela dont il est question, c’est s’accompagner dans un processus de reconnaissance de soi à tous les niveaux de l’être, incluant la sphère psychologique. Nous sommes créateurs de nos états intérieurs et non pas victimes. Il importe d’observer ce que nous avons mis en place pour masquer ce désarroi d’être éloigné de notre nature essentielle. La quête intérieure prend tout son sens quand elle inclut la question de la souffrance. Les pensées compulsives, les sentiments de mal-être, les sensations d’anxiété qui nous habitent, mais aussi les pulsions réactives (colères, émotions) ont leur source dans les peurs et les blessures que nous n’avons pas encore réussis à rencontrer, à accueillir, à embrasser. A partir d’une expérience douloureuse, il y a tout un programme qui se met en place de sabotage, d’abnégation, de sous-évaluation, de non-amour de soi… Même si notre ego tente de nous persuader que nous sommes le plus intelligent, le plus beau, le plus performant. Et surtout s’il tente de nous en persuader, c’est pour cacher quelle détresse ?
Quelles sont ces circonstances de vie où nous refusons de lâcher prise ?

L’activation d’une blessure, le refus de mouvement, la rétraction de l’énergie.

La conscience de soi nourrit la confiance en soi. Il nous appartient de démystifier la souffrance pour libérer, accueillir et faire grandir cette confiance, la sentir encore plus palpable en soi. Le non-amour de soi, le manque de valeur et d’estime font que nous nous sentons de plus en plus abandonné par la vie. De ce fait nous cherchons davantage de sécurité, de reconnaissance, de pouvoir. Ce qui conduit inévitablement à se blesser encore davantage. Notre humanité a banalisé l’état de victime et le «consensus social » en joue à notre dépend en actionnant tous les leviers de la peur. Aussi longtemps que nous nous positionnons comme victime de l’autre, de la vie, nous ne pouvons bénéficier du potentiel d’énergie et de conscience à notre disposition. A partir du moment où nous avons créé le petit moi et toutes ces identifications, nous ne vivons plus à partir de notre conscience profonde. Nous fonctionnons à partir d’une conscience de surface qui est une adaptation à notre conditionnement, à notre éducation et toutes les peurs, les appréhensions, les jugements que ceux-ci véhiculent. Ce sont alors nos pensées qui nous disent qui nous sommes, qui nous croyons devoir devenir. Elles élaborent des scénarios sur les autres, sur le monde, souvent fort différents de la réalité. L’être s’est confondu avec le personnage, occultant sa véritable essence… !

plaisir des yeux

Le chemin d’éveil passe, de façon incontournable, par la découverte permanente de ce qui empêche d’Être. La somme des attachements, des attentes, des désirs, des besoins amoindrissent considérablement le sentiment d’Être et de vivre à partir d’une conscience profonde. Un certain nombre d’individus peuvent néanmoins sembler manifester une grande confiance en eux à laquelle s’ajoute force de conviction et charisme mais dont les fondements se trouvent encore dans un système de croyances. Si, de la perspective de l’Être, la peur ne fait que servir l’illusion, sur le plan de la manifestation physique elle n’en constitue pas moins une réelle entrave, générant beaucoup de souffrance. Mes peurs, mes pensées, ne sont certes pas qui Je Suis ; elles sont pourtant mes créations et il m’appartient de les réintégrer, de les transmuter à la lumière de cet espace de conscience plus vaste et inclusif. Nous ne pouvons retrancher une partie de ce qui nous constitue. La lumière doit faire corps avec la densité. S’éveiller à qui nous sommes, c’est l’expérience d’une profonde réunification en soi. C’est à partir d’une conscience ancrée dans le moment présent que nous apprenons à apprivoiser ce qui nous fait peur. Il n’existe pas de technique ou de méthode miraculeuse. La seule pratique à laquelle se conformer est celle qui nous éveille à une aptitude à revenir au présent, encore et encore… ! C’est une sorte de gymnastique spirituelle qui demande entraînement et persévérance, le mental humain étant très mal adapté au moment présent. C’est faire le choix de cultiver cet art d’exercer sa conscience dans l’ici et maintenant afin d’intégrer sur un plan supérieur les pensées, les émotions et les sensations qui véhiculent les peurs, les attentes, et les frustrations. En d’autres mots : l’intégration du moi limité dans le soi illimité.

Excepté, en situation de danger immédiat, la peur – petite ou grande – n’a ni fondement, ni réalité objective dans l’instant présent. Il s’agit le plus souvent d’une projection dans le futur en référence à un conditionnement passé tout en « zappant » le présent. Or, si une difficulté surgit dans le moment présent, il y a de grandes probabilités d’y trouver une résolution. Il n’y a cependant aucun pouvoir d’intervention au regard d’un événement passé si ce n’est que rajouter de la culpabilité ou renforcer le sentiment d’être victime. Et c’est la même chose quant aux peurs que nous projetons dans le futur. Elles procurent un sentiment d’impuissance et pompent nos ressources énergétiques. Lorsque nous luttons contre une peur ou tentons de la nier, elle prend tout l’espace, générant de plus en plus de stress, d’anxiété, d’angoisse. Si nous l’observons à partir d’un espace plus profond et de la sensation du corps dans l’instant présent, son intensité, son impact s’amenuise. La charge émotionnelle qu’elle contient se dissout peu à peu libérant une grande quantité d’énergie jusque là prise au piège de cet état de fixation. La peur peut pourtant se représenter une fois, dix fois… Ce sera alors autant d’opportunités de l’apprivoiser et d’affiner cette aptitude à être de mieux en mieux lesté dans le moment présent, dans le Soi.

En terme métaphorique, la gymnastique spirituelle évoquée plus haut, va permettre de « muscler » la conscience-témoin afin que celle-ci prenne de plus en plus de place. Il est question d’une acuité sensorielle qui donne à voir, à sentir avec clarté les dynamiques dans lesquelles nous sommes à tous moments et les voir à partir d’une certaine distance ; avec empathie et bienveillance. La « Présence » convoque « l’ouverture » ; une ouverture totale envers toute expérience que nous rencontrons !

Puissions-nous cultiver une joyeuse vigilance au quotidien et faire le choix résolu de se resituer dans un ordre intérieur, dans une intégrité à tous niveaux, dans la clarté et le discernement… En sachant refuser la compromission, la manipulation et toute forme d’illusion, même si celle-ci est porteuse de belles promesses, comme la sécurité, par exemple. Nous sommes créateurs de notre propre vie mais notre engagement envers nous-mêmes ainsi que notre persévérance à oser nous hisser au-delà des conditionnements et des habitudes mentales sont souvent bien défaillants. En chacun sommeille un être libre de tout jugement, de toute pulsion réactive et doté d’une grande capacité à ressentir, à s’émerveiller, à aimer, à compatir !.. Un être capable de se tenir là, dans le moment présent, et d’embrasser tout ce qu’il contient : une peur, une émotion ; sans tentative de fuite, de déni. Sans complaisance et sans compromis non plus. L’époque nous engage à inviter une conscience plus profonde à façonner notre humanité. 

Article écrit par Sylvia Garance paru dans la revue le 3e millénaire

MESSAGE DU MAITRE SAINT GERMAIN AUX VOYAGEURS DE GOBI

 

Nous vous avons conviés à un périple initiatique qui sera pour plusieurs une redécouverte. En effet, puisque la faculté de se propulser dans l’univers et un attribut naturel de l’humain, plusieurs d’entre vous découvriront qu’ils ont déjà fait ce périple, même si cela n’est pas encore conscient.

francesca blogs0

D’entrée de jeu, nous vous invitons à éviter tout effort mental, tout effort physique et toute attente concernant des sorties potentielles du corps. Il sera toutefois important que vous délaissiez maints poids et croyances qui créent vos propres limites. Il est aussi important de réaliser que ces limites sont les vôtres et non pas celles de la vie sur la Terre ou dans le cosmos. En prenant conscience de cela, vous cesserez d’argumenter que ces limites sont réelles et pourrez alors les franchir plus aisément. D’ailleurs, c’est ce que vous faites chaque nuit, même si plusieurs s’obstinent à rendre réelles ces limites le jour venu.

D’ici le départ pour Gobi, consacrez chaque jour un moment d’intimité avec vous-mêmes. Accueillez aussi en votre cœur l’accompagnement qui vous est offert.

L’état de paix est essentiel pour voyager sans contraintes et sans bagages, car même si vous avez la faculté de circuler entre les mondes avec de leurs bagages, ceux-ci influencent les espaces dans lesquels vous circulez et ce que vous en récolterez. Autrement dit, vous avez tout avantage à être en paix. Vous pouvez bien sûr choisir d’utiliser les trois prochaines années pour faire la paix avec vous-même et avec la vie autour de vous, comme vous pouvez utiliser les trois prochaines secondes pour la choisir, l’affirmer et la vivre.

De par votre nature, vous êtes tous des êtres multidimensionnels. Vous êtes chacun une Ame, l’expression de l’Ame universelle, l’expression de la Lumière en mouvement et l’expression de l’amour. Votre Ame est le souffle de l’énergie universelle que souvent vous avez nommée DIEU. Vous êtes le souffle de Dieu, de l’énergie universelle. Vous êtes aussi un Esprit. Il est le mandataire, le représentant de l’Esprit universel ou de l’Esprit saint définissant l’orientation suivie par le mouvement de la conscience. L’Esprit saint et la pure connaissance existent en tout. Et s’ils existent en tout, ils existent bien sûr aussi en vous. Ainsi, vous êtes Ame et Esprit, pure lumière et pure connaissance manifestée sur un des plans de conscience de la troisième dimension et cet univers parmi les univers.

Par votre nature, vous êtes au-delà de l’humain. Par contre, vous demeurez libre de vous y identifier, mais sachez que cela est associé à la création de frontières autour de vous. C’est encore plus vrai en ce qui concerne l’identification au corps de chair. Ces frontières, tant et aussi longtemps que vous avez la conscience et la sensation qu’elles définissent une réalité parmi bien d’autres, ne causent pas de difficultés particulières. C’est tout comme si nous vous disions qu’autour de votre demeure vous avez construit une barrière. Il n’y a pas de souci réel à créer une barrière tant et aussi longtemps que celle-ci définit une réalité, soit celle qui est associée à la vie autour de cette demeure. Si toutefois, vous demeurez cloîtré dans vote demeure, entouré de cette barrière, là vous êtes en difficulté. De même, il n’y a pas de problème au fait d’avoir des frontières nationales tant que celles-ci ont pour but d’identifier par exemple certaines cultures et que vous pouvez à loisir les traverser. Il y a un souci dès l’instant où vous êtes prisonnier de celles-ci.

Il en est de même pour vous. En tant qu’Ame et Esprit, votre corps est une frontière été vos valeurs peuvent en constituer d’autres. Tout cela définit des réalités les unes dans les autres. Ce qui importe, c’est que vous sachiez emprunter les portes dans ces barrières pour éviter qu’elles deviennent vos prisons. Bien sûr, une multitude d’humains sont emprisonnés dans leurs frontières et sont convaincus des limites qu’ils ont créées dans leur représentation du monde et leur vision de l’univers.

Nous vous convions à un voyage interdimensionnel. Cela signifie donc que vous devez être disposés à ouvrir des portes.

        Canalisation de Pierre Lessard sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr

Comprendre le Langage de Notre Corps par la méditation

 Tu ne vis pas le corps. C’est une grande illusion, une grande tromperie. Comprendre les autres, c’est la connaissance. Se comprendre soi-même, c’est la libération. 

Cette méditation a une étendue infinie et apporte à celui qui la pratique la connaissance des plans supérieurs. Elle débouche sur la connaissance spirituelle et initiatique. Elle aura un effet prodigieux sur l’individu, le faisant prendre conscience des plans supérieurs et des niveaux les plus élevés que peuvent atteindre la conscience. 

Le langage de notre corps : A travers les malaises physiques que nous pouvons ressentir, nous prendrons conscience des tensions de notre corps. Nous les laisserons s’exprimer. Calmement, nous ressentirons les manifestations douloureuses de notre corps. A travers les images qui apparaîtront, nous découvrirons le lange de notre corps et comprendrons les causes psychiques qui provoquent les tensions. 

meditation_langage_de_l_ame

MEDITATION sur NOS SIX SENS 

En devenant épiderme, odorat, goût, vue, ouïe, intuition nous percevrons leur utilité, leur nécessité et leur fonction : 

-       L’odorat, à travers lequel nous avons la perception des odeurs, qui nous permet de connaître les différents aliments que nous ingurgitons, qui nous avertit des dangers, qui contribue à nous faire aimer les plaisirs de la vie 

-       Le goût, qui nous met en appétit, permettant aux fonctions digestives de s’activer et d’assimiler les organismes vitaux nécessaires au corps physique. 

-       La vue, qui nous permet de nous déplacer sans hésitation et d’évaluer les distances, nous guidant dans nos déplacements terrestres, et qui nous renseigne sur les formes et les couleurs du monde qui nous entoure, provoquant des impressions qui contribuent à nous faire une image des êtres et des choses, comparer, évaluer, développer notre imagination, créer, innover, inventer et nous permet de jouir de la beauté de la Terre. 

-       L’ouïe, à travers laquelle nous percevons les vibrations des différents sons, qui nous permet de communiquer par la parole, de ressentir les différentes intonations et de percevoir les sentiments de ceux qui les expriment et qui nous fait également participer à l’harmonie des sons. 

-       L’épiderme, qui nous transmet les sensations des différentes structures, leur température et nous averti des dangers que court notre corps physique. 

-       Leur relation avec les différents chakras, avec les différentes fonctions terrestres. 

-       La frustration que créerait l’absence de l’un ou de l’autre. 

-       La coordination de tous nos sens entre eux ; 

-       La fusion de ceux-ci, permettant le développement de notre sixième sens. 

MEDITATION sur NOS CHAKRAS 

Nous fixons notre attention respectivement sur chacun des chakras, en commençant par celui de la racine et en terminant par celui de la couronne. Nous découpons ainsi les trois zones du corps humains en six parties distinctes. Nous pouvons en visualiser les couleurs correspondantes. Nous ressentons : 

-       leur énergie distincte

-       leur fonction respective, laissant venir à nous les émotions, les sensations, les images qui y sont associées.

-       leur interaction : l’activation passant de l’un à l’autre. 

Arrivés au chakra de la couronne, nous laissons l’Energie universelle, associée à la couleur blanche, nous pénétrer et les parcourir de haut en bas. 

MEDITATION sur LES COULEURS 

Nous nous concentrons sur chaque couleur séparément en commençant par le rouge. nous ressentons l’énergie rouge nous entourer, nous envelopper, nous pénétrer et nous laissons venir à nous les images, formes, émotions et sensations que cette couleur réveille dans notre subconscient. 

Nous procédons de même pour chaque couleur de l’arc en ciel et terminons par la lumière, la couleur blanche. 

Nous pouvons également laisser venir à nous une couleur spécifique, entrer en elle, la ressentir et la laisser s’exprimer jusqu’à ce que nous nous sentions bien, détendus, sans image au sein de cette couleur. 

MEDITATION sur LE MOI 

Si nous prenons notre Moi comme sujet de méditation, nous rencontrons facilement des obstacles dus à la relation directe que nous avons entre notre ego et notre corps astral. En ce qui nous concerne, nous sommes encore remplis d’émotions. 

Dans un premier temps, prenons comme sujet le Moi d’une autre personne. Concentrons-nous sur la notion de Moi. Qu’est-il en réalité ? Percevons ses impulsions à peine conscientes, ses aspirations et ses souvenirs. Nous prendrons conscience qu’il est peu en rapport avec le présent, mais toujours à cheval entre le passé et le futur. 

Les documents du passés sont les références de sont présent et le futur est la projection de son ego dans ses aspirations. Les prévisions sont des projections dans un avenir qui n’existe pas, pas plus que le passé, et que tant d’influences peuvent modifier entre temps. L’être vit la plupart du temps dans une illusion d’être, car IL EST rarement et difficilement dans le présent, conscient de tous ses actes, en harmonie avec lui-même et maître de diriger son action, ses émotions et son mental. 

Nous appliquerons à nous-mêmes les résultats obtenus. 

Nous pouvons méditer ainsi à l’infini, sur le MENTAL, sur le MONDE, sur des CITATIONS, sur la SPIRITUALITE, sur la FINALITES DES CHOSES, etc….

 

Francesca du forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

vous y trouverez de nombreuses méthodes d’apprentissage très simples ! 

LA PRATIQUE DU VOYAGE DANS NOTRE CORPS (1)

 

Ce n’est pas nous qui sommes dans l’espace, mais l’espace qui est en nous…

Vous pouvez commencer par prendre comme sujet de méditation les pieds, les jambes et leur relation avec la base du tronc. Vous trouverez le développement de cette méditation ICI : http://francesca1.unblog.fr/2016/05/07/la-pratique-du-voyage-dans-notre-corps-2/

Pour l’heure, je vous suggère de laisser de côté les pieds, les jambes et les bras, les mains pour ne prendre comme objectif que le tronc et la tête où se situent les chakras et, employer ces différents niveaux, de bas et de haut, divisant cette partie de vous-mêmes en trois zones : le bas, le milieu et le haut, et de la pratiquer de façon passive ou active. En explorant ces trois niveaux de votre corps, vous procédez à une véritable ascension intérieure. Vous partez de la Terre pour aller vers le Ciel. Ayant atteint le sommet, vous en redescendrez enrichi d’une vision intérieure nouvelle et déjà un nouvel état de conscience s’éveillera.

méditation 2

LE BAS : LA PARTIE INFERIEURE DU TRONC

Dans cette partie de notre corps, nous avons, physiquement, les organes d’assimilation, d’excrétion et de reproduction. Psychologiquement, ce sont les intestins, l’anus, la vessie, les canaux d’évacuation ; pour la femme : les ovaires, la matrice, le vagin, les organes externes : pour l’homme, la prostate, les testicules et le pénis.

Selon l’ésotérisme oriental, cette zone correspond aux deux premiers chakras, centres de nos deux premiers corps subtils : le corps éthérique et le corps astral.

L’énergie vitale stockée dans ces deux centres est distribuée à ces deux niveaux et permet le bon fonctionnement du corps physique et est associée aux perceptions qui les concernant. Elle conditionne nos comportements, notre action et notre réactivité manifestés. On peut faire immédiatement le parallèle entre la physiologie et l’ésotérisme. Le bas de notre corps est le siège de notre animalité, de notre caractère primitif, de notre activité et de notre émotivité. Il est le lien à la terre, la conception, la reproduction, la matérialisation, dont l’origine est le TERRE et notre retour à la TERRE par l’excrétion et l’évacuation. L’association entre les deux chakras est évidente ; qu’une chose nous « gonfle » et nous voilà ballonnés, que nous soyons émus ou impressionnés et voilà que nous sommes forcés d’évacuer, que nous soyons amoureux (émotion) et voilà que nous éprouvons le besoin de copuler.

Nous voyons immédiatement le développement que peut prendre une méditation sur ce sujet et la richesse de nos prises de conscience de :

-Notre relation avec la Terre, mère et nourrice de notre existence, origine de la vie dans cette réalité, matérialisatrice de notre corps physique nous permettant l’activité, réception de nos déchets, accueillant nos excrétions, notre enveloppe physique à la mort de ce corps, l’alpha et l’oméga de cette réalité.

-Avec la Nature qui produit tout ce qui nous est nécessaire pour le fonctionnement de nos corps matériel, éthérique et astral, qui fournit l’alimentation de l’individu et l’entretien de l’instinct.

-Avec tous les êtres qui la peuplent : les animaux, les insectes, les poissons, les êtres humains. Nous découvrons ce qu’est la vie, par quel processus la conscience agit sur la matière, le développement de ses structures, la transformation des produits de la nature. Nous voyons le processus de développement du fœtus dans la matrice, de l’enfant sur la terre, de la graine dans la terre, du germe qui grandira en énergie vitale et astrale. Nous percevons la présence de l’Energie universelle se manifestant pour organiser le chaos organique. Nous prenons conscience du lien qui unit l’émotion à l’action, le désir à la manifestation, les sensations aux réactions et de notre communion avec tous les aspects de cette réalité. Nous prenons connaissance du sens de la vie. Nous découvrons l’origine de nos racines lointaines, celles de l’amour, de l’amitié, de la sympathie, bases de l’union, des échanges, de l’intérêt personnel, de l’égoïsme, de la cupidité et du pouvoir, la dimension de nos besoins, de nos désirs et l’aspiration à être personnel et autonome. Nous ressentons alors à quel point nos sommes dépendants de la nature et interdépendants de tous.

-Des liens unissant la physiologie et l’ésotérisme, de l’interdépendance des deux chakras de base avec les plans : matériel, vital, sentimental, émotionnel.

 animé infini

LE CENTRE : LA PARTIE SUPERIEURE DU TRONC 

Nous continuons notre parcours et prenons pour objet le centre de notre être. Physiologiquement, nous y trouvons les organes de la digestion et de la circulation : l’estomac, le foie, la rate, le  pylore, le cœur, les artères et les vaisseaux, les poumons. Ces organes nous permettent de faire circuler l’énergie et assurent le fonctionnement vital de l’organisme. 

Du point de vue ésotérique, cette zone correspond aux chakras de l’individualité et de l’’échange. Elle correspond au Moi et aux échanges entre celui-ci et les autres Moi. Nous percevons immédiatement la corrélation entre l’ésotérisme et la physiologie. Nous découvrons le lien étroit entre le Moi et les autres. Ne sommes-nous pas moi, parce qu’il y a les autres. 

Nous mettons également en relation notre base avec notre centre et comprenons qu’ils sont interdépendants. Que notre impressionnabilité nous joue des tours et voilà que nous digérons mal, que nous avons le souffle coupé et que notre cœur bat la chamade. 

Cette méditation est également d’une richesse insoupçonnée pour nous apporter une compréhension de notre individualité et peut s’étendre extrêmement moins dans le prolongement des perceptions qu’elle apporte.

Nous commençons par nous concentrer sur la partie la plus basse de la zone centrale, puis nous montons successivement à la partie supérieur et prenons conscience de : 

-La relation entre l’association de la matérialisation et de la sensation permettant la formation de l’Ego, du Moi individuel. La perception, grâce à Nos organes sensoriels, que nous sommes une individualité égale aux autres et cependant différente. 

-La relation entre digérer et être. Nous ressentons que nous devons digérer les différents éléments apportés de l’extérieur afin de permettre à l’être d’être lui, physiquement, psychiquement, affectivement. 

-La construction de ce Moi par rapport aux autres individualités. Le besoin de se distinguer des autres, d’être personnel, de diriger sa vie, d’être maître soi, de dominer les autres, d’exercer le pouvoir, de se dépasser, de se mettre en compétition, d’être le meilleur. 

-La relation entre notre centre, le cœur, et le centre de notre Moi, l’Ego. Ce Je qui domine toute notre existence sur ce plan matériel : JE SUIS, VEUX, FAIS, DECIDE, COMMANDE, EXIGE, OBTIENS, en définitive JE NE ME PREOCCUPE QUE DE MOI ET DE MES BESOINS. JE SUIS LE CENTRE DU MONDE. 

-La liberté personnelle, expression de ce Moi en expansion, manifestation de l’Ego se distinguant des autres. 

-Le fonctionnement du Moi, un système fermé d’échanges énergétiques, une concentration d ‘énergie, une agglomération des cellules maintenues ensemble par le courant énergétique, contrôlées et commandées par son centre, une machine dirigée par la volonté. 

-La volonté du Moi. Pour être, le JE, qui doit acquérir cette volonté qui lui permettra de diriger ses actions, d’affirmer son indépendance, le privant et l’isolant des autres individus. 

-L’isolement du Moi provoqué par l’individualité, la différence de structure physique, mentale, psychique entre ce Moi et les autres organismes vivants. 

-La différence de structure entre ce Moi et les autres organismes. 

-La nécessité de l’échange entre les différents organismes et le Moi, pour qu’il existe en tant qu’individualité personnelle : 

a)     Avec les organismes de la nature, l’air, l’eau, les végétaux, qu’il est nécessaire d’absorber pour se nourrir et exister. 

b)     Avec les autres être vivants : les animaux, les autres individus, qui permettent l’échange affectif, émotionnel, pratique, mental ainsi qu’au psychisme et au mental de fonctionner et au Moi de se différencier des autres Moi. 

c)     Sur le plan physique et pratique, dans nos activités journalières 

d)     Au niveau émotionnel, avec l’échange affectif, sensuel et sexuel. 

e)     Sur le plan social, par l’échange que nous avons les uns avec les autres. 

f)      Sur le plan mental, à travers nos conversations. Nous pouvons nous concentrer alors sur la valeur de l’échange dans les discussions, sur le monologue ou la véritable conversation : 

-       du rythme de l’échange nécessaire à la vie, comme le sont la respiration et la pulsation cardiaque,

-       de la conversation :

a)     de l’équilibre naturel de l’individu, à travers l’interaction des éléments énergétiques et des organes physiques

b)     de l’espèce, à travers l’échange sexuel

c)     du mental et du psychisme, par les contacts humains

  • de la gratitude, vis-à-vis de la nature nourricière, des organismes vivants, des autres Moi et de l’Energie universelle à l’origine de l’organisation des éléments.
  • du Moi et des autres, à travers l’action que nous dirigeons sur les autres. La volonté que nous mettons en action pour les obliger à faire ce que nous voulons, le despotisme, l’autosuffisance, l’utilisation des autres comme faire-valoir. Ce Moi n’empêche-t-il pas les autres d’être eux ? 

Nous arrivons tout naturellement à la troisième zone du corps humain. 

 animé infini

LA TETE, LE SOMMET DE NOTRE PERSONNE 

Continuant notre ascension, nous dirigeons notre attention sur le sommet de notre organisme ; physiologiquement, il est le siège du pharynx et du larynx, avec la bouche, le nez, les yeux, les oreilles : organes de préhension, de dégustation, de déglutition et d’absorption, des dents pour la mastication, des centres nerveux commandant à la fois le système sympathique et parasympathique : les fonctions volontaires et végétatives. 

Sur le plan ésotérique, il correspond au chakra de la gorge, à la réception et l’émission, au mental, au front, à la conscience, à la couronne, à la réception de l’Energie pure. Nous ressentons facilement le parallèle entre les organes sensoriels et la réception-émission, entre le système nerveux et le mental, entre le conscient et le système nerveux volontaire, le subconscient et le système neurovégétatif. Nous percevons que ces fonctions sont indissociables et agissent en interaction les unes avec les autres. Nous remarquons également leur connexion avec le centre, le Moi, et la relation nécessaire à ce Moi ainsi que l’indivisibilité du système tout entier. 

Quand nous faisons une expérience et éprouvons des émotions, nous l’enregistrons dans notre subconscient à travers nos organes sensoriels, l’analysons avec notre conscient et l’exprimons par l’action, le geste, la voix. 

Cette méditation a une étendue infinie et apporte à celui qui la pratique la connaissance des plans supérieurs. Elle débouche sur la connaissance spirituelle et initiatique. Elle aura un effet prodigieux sur l’individu, le faisant prendre conscience des plans supérieurs et des niveaux les plus élevés que peuvent atteindre la conscience. Elle provoquera des changements notables de la conscience et par là même de toute la structure physique, affective, égotique et mentale de l’être. 

A travers ce parcours, nous prenons conscience de : 

-L’intéraction entre la réception et l’assimilation :

a) au niveau physiologique, à travers l’absorption des aliments et des énergies vitales : air, eau, nourriture

b) sur le plan émotionnel, sentimental et sensitif, en ressentant nos émotions, en percevant nos sensations, en recevant des marques d’action

c) au niveau égotique, à travers notre relaiton aux autres, notre façon de donner et recevoir

d) sur le plan mental, avec l’entraînement de l’attention et de la mémorisation. 

-Du fonctionnement des organes de préhension et de mastication, qui nous permettent de capter, de prendre, de mastiquer et d’amener à l’assimilation

a) physiologiquement, par la bouche qui prend et mastique des aliments, le nez qui aspire l’air et l’énergie vitale, vivifiant l’organisme

b) émotionnellement, à travers nos organes sensoriels qui nous permettent de capter les sons et d’en ressentir la beauté, de respirer les odeurs et d’en avoir une sensation, de voir la manifestation physique et d’en éprouver des émotions

c) égotiquement, par la vue qui nous permet de constater la différence de structures entre notre Moi, les différents organismes vivants et les autres Moi

d) mentalement, à travers la vision qui capte les signes et les symboles, nous permettant d’apprendre, de décoder et d’enregistrer ; par les organes sensoriels qui, à travers le corps émotionnel, nous amènent les sensations que nous pouvons analyser. 

-De l’interaction entre l’extériorisation et l’Ego

a) physiologiquement, par la bouche qui expulse la nourriture que nous n’avons pas digérée, le nez qui rejette les déchets de l’air utilisé

b) émotionnellement, à travers le verbe qui exprime nos sentiments, nos émotions, nos sensations, nos besoins et nos désirs ; notre participation relationnelle, ce que nous donnons.

c) égotiquement aussi par la verbalisation qui exprime la volonté personnelle ; à travers l’action volontaire dirigée par le mental.

d) mentalement, par la voix qui extériorise notre discours, voix qui permet l’extériorisation de toutes les sensations perçues par le corps émotionnel et décodées par le mental

e) la fonction du mental, en relation avec tous les plans de l’individu.

f) l’utilisation du langage, à travers nos conversations, le monologue et l’échange

g) l’activité mentale, la formation des idées

h) le brouillage des ondes mentales par les parasites, l’incessante activité biochimique de notre cerveau

i) L’impulsion électrique du cerveau à l’organisme

j) La sollicitation de tous nos centres par l’environnement extérieur.

k) Le fonctionnement du conscient en connexion avec l’inconscient. La perception de l’Intuition, la connexion entre l’Energie pure et la fonction mentale. 

Celui qui aura su atteindre le sommet en reviendra enrichi de perceptions nouvelles. A ce stade, quand nous sommes conscients de notre connexion à l’Energie pure, nous entrons dans la méditation initiatique, celle qui nous permet d’être en permanence en contact avec notre Source, qui nous fait canal de l’Energie. Nous avons la conscience du fonctionnement de notre subconscient, nous entendons notre être intérieur nous donner la direction. Nous expérimentons l’état de conscience éveillée. Nous ressentons notre lien direct avec l’Energie pure.

 

Retrouvez la Seconde partie ICI : http://francesca1.unblog.fr/2016/05/07/la-pratique-du-voyage-dans-notre-corps-2/

 Francesca du forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

Le POUVOIR des PRETRES-SAVANTS de ATLA-RA

 

Les régions habitées par les prédécesseurs de Mayas, au Yucatan (Mexique) et au Guatemala, étaient reliées par un pont de terre à l’île atlante de Poséidia avant que les séismes et les inondations du déluge final de l’Atlantide ne submergent cette dernière. Des civilisations issue de l’Atlantide et possédant une technologie hautement avancée habitaient l’Amérique centrale et l’Egypte longtemps avant la disparition définitive de l’Atlantide. 

Prêtres de poséidia

 

Les colonies et les civilisations d’Amérique centrale, d’Amérique du Sud (Og) et l’Egypte ont émergé de la Loi atlante de l’Un plusieurs millénaires avant la destruction de l’Atlantide ; Ces sociétés comportaient une élite et un groupe très avancé de prêtres-savants appelés les Atla-Ra, passés maîtres dans la science du pouvoir de l’esprit sur la matière. Ils opéraient en physique mentale, en toute connaissance des subtilités de la multidimensionnalité.

Ainsi, tandis que les masses profanes ne possédaient pas ces aptitudes et utilisaient des ponts de terre ainsi que d’autres moyens de transport primitifs pour voyager entre les colonies de l’Atlantide, d’Of, du Yucatan et de l’Egypte, le cercle intérieur constitué des prêtres-savants détenait le pouvoir de bilocation éthérée et de manifestation physique, et ce, non seulement dans le monde physique terrestre, mais aussi sur les plans universel et galactique.

Les Atla-Ra étaient en relation avec les extraterrestres de l’Alliance siropléiadienne et ils furent à la source du calendrier cyclique que vous attribuez aux Mayas. Nous ajouterons qu’à l’époque maya les Siriens, peut-être davantage que les Pléiadiens, communiquaient avec les grands prêtres descendants des Atla-Ra. De plus, même si ce furent en effet des extraterrestres bienveillants qui aidèrent les Mayas à conserver le calendrier, il vaut la peine de noter que les Mayas ont maintenu un contact sporadique avec la civilisation intra-terrestre de la race bleue. (Ces humanoïdes sont des descendants des Lémuriens qui ont choisi de vivre sous terre. Leur peau est bleu-vert en raison du cuivre et du magnésium contenus dans l’eau qu’ils boivent sous terre. Beaucoup plus avancés que les humains de la surface, ils sont d’une fréquence vibratoire différente et ils approchent de la fin de leur cycle. A certaines périodes, ils ont été en interaction avec les Atlantes, les Mayas, les Ayamaras, les Hopis et les Navajos).

De petits groupes de prêtres-savants ont survécu pendant des millénaires après le déluge, conservant la connaissance du calendrier et supervisant la construction des diverses pyramides avec l’aide des extraterrestres mentionnés. Pourtant, ces prêtres-savants mayas ne représentaient pas l’ensemble de leur société.  C’est précisément pourquoi les Mayas sont pour vous une énigme aujourd’hui. Une partie des réalisations qui leur sont attribuées révèle un grand avancement technologique, et cependant leur société dans son ensemble était primitive et se livrait, sous des dictatures informelles, à d’invraisemblables cérémonies donnant lieu à des sacrifices humains et d’autres aberrations. Il est dès lors logique de penser que le calendrier existait avent la société maya.

Il s’ensuit que les prêtres-savant d’Og, du Yucatan, de l’Egypte et d’autres civilisations « oubliées » antérieures ou postérieures, possédaient la science de la physique mentale ainsi qu’une grande connaissance de l’astronomie et des cycles dimensionnels. Seules les adeptes des austères sociétés et traditions initiatiques le savaient, bien qu’il n’en subsiste que très peu de preuves aujourd’hui et que celles qui existent ne soient pas reconnues comme telles et soient encore incomprises. La connaissance et la pratique de la physique mentale, voilà ce qui sépare vos présentes technologies et le savoir de vos scientifiques de  celui des sociétés avancées du passé. L’influence de la pensée précise sur la matière n’est pas encore comprise par l’humanité. C’est une science oubliée.

Les prêtres-savants d’Atla-Ra connaissaient parfaitement l’art de la dématérialisation « physique » et de la re-manifestation, et ce, non seulement en ce qui concernant  le voyage par bilocation, mais aussi la matière physique. C’est d’ailleurs ainsi que furent construites les plus grosses pyramides, ce qui constitue encore un mystère pour vous aujourd’hui. Les Atla-Ra et leurs descendants avaient la capacité de manipuler mentalement la physique tridimensionnelle en faisant passer la matière par des champs antigravitationnels pour qu’elle se dématérialise, se reforme et se manifeste de nouveau en tant que substance dépourvue de densité. Dans certaines circonstances, ils étaient capables de modifier leur réalité et de changer de dimension. 

Ces prêtres-savants employaient la pensée fortement concentrée pour reformer la matière en différents spectres. Ils savaient que la matière existe en ondes spectrales tout comme la lumière et ils pouvaient la transformer en diverses oscillations ondulatoires. De même, ils pouvaient convertir la matière atomique en des états vibratoires d’apesanteur, non seulement pour obtenir une masse à demi coagulée et dépourvue de densité, mais aussi pour influencer par tangente la densité d’une autre matière.

L’important à retenir ici, c’est que ni le peuple olmèque, aztèque ou maya ni la population méso-américaine ou précolombienne n’ont conservé la maîtrise de certains aspects de leur culture. Ce que nous désirons souligner, c’est que les Atla-Ra ont développé le calendrier et que des Mayas ont préservé cette connaissance. Toutefois, comme en Atlantide, les prêtres-savants, bien que respectés, n’étaient ni les gouvernants ni les décideurs du développement de la société.

Pour en revenir à la question sur « les facteurs d’accroissement de la conscience » nous dirons que c’est l’accroissement de la résonance vibratoire qui augmente le « potentiel » de chaque individu pour atteindre un niveau de conscience supérieur. L’ascension est soutenue et définie par l’expansion dimensionnelle de la Terre jusqu’à inclure le monde « cristalin ».

Intervention de Métatron dans LE GRAND RASSEMBLEMENT sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/

La pratique ancestrale chez les Esséniens

 

2ème partie : Cet interview de Daniel Meurois et de Marie-Johanne Croteau-Meurois, réalisé par le magazine Sacré-Planète et publié dans le n°44, qui développe le concept des Thérapies égypto-esséniennes, met en évidence l’origine des Soins Esséniens et Égypto-esséniens et le concept de Vie qui les soutient.
Ce savoir et ces valeurs font partie de l’enseignement que Daniel et Marie-Johanne diffusent en France dans leur concept de « Soins à sensibilité essénienne et égyptienne ».

Bonne lecture
Jean-Paul Thouny

A

SP : Quel était pour les Esséniens – et les Égyptiens qui ont précédé ceux-ci – le rôle de la maladie chez l’être humain ?

Daniel Meurois. : Dans leur Tradition comme dans toutes les grandes Traditions du monde, les thérapeutes ayant une vision globale de la maladie ont toujours perçu celle-ci comme un rendez-vous de l’être avec lui-même. La maladie indique inévitablement un carrefour dans la vie d’une personne, un carrefour qui lui suggère de repenser sa façon d’être, essentiellement son hygiène de vie intérieure. Celle-ci est émotionnelle et mentale. Elle est aussi en rapport avec ses croyances, car ces dernières deviennent vite des conditionnements qui orientent le comportement. En termes modernes, on pourrait dire que la maladie, vue sous cet angle, est perçue comme un clignotant rouge sur le tableau de bord d’un véhicule. Elle est le signe d’un désordre à repérer, dont les racines sont peut-être éloignées du symptôme qui se manifeste, ou apparemment sans rapport avec lui.

Pour en revenir aux Esséniens et aux Égyptiens, je dirais qu’ils accordaient beaucoup d’importance aux masses énergétiques engendrées par les pensées humaines. Ils voyaient, dans ces masses qu’on appelle de nos jours « Forme-Pensées », les germes de la plupart des troubles de santé. Ils avaient remarqué, d’une part que ces masses affaiblissent ou déstructurent l’aura humaine mais que, d’autre part, elles aimantent des organismes toxiques émanant du bas-astral, les « entité-maladies ». Leur première préoccupation était donc de nettoyer l’organisme subtil du malade par toutes sortes de méthodes, puis d’y lever certains barrages énergétiques, avant même de tenter d’y rétablir un courant de vie réparateur.

Des sortes de mantras, puis des pratiques de « reconstruction mentale » par visualisation, étaient ensuite enseignées aux malades capables de se prendre en charge afin qu’ils modifient leur rapport à la vie, et ne retombent pas dans le même problème. De manière générale, passer à travers une maladie, digne de ce nom, était pour ces anciens peuples comme franchir le cap d’une initiation. On était idéalement tenu d’essayer d’en comprendre le sens. Ce qui ne veut pas dire que c’était toujours fait et réussi.

Cette approche préfigurait incontestablement ce que nous appelons aujourd’hui les psychothérapies… hormis le fait que l’existence de l’âme en était le pivot majeur… « détail » qui n’est pas nécessairement le cas de nos jours, loin s’en faut, hélas. L’être est une globalité indivisible, ce qui veut dire que, si on l’ampute de l’une de ses dimensions, on ne résout aucun problème en profondeur.
On ne fait que le déplacer et on lui donne alors un autre nom.

 

SP : Les thérapeutes étaient à l’époque des prêtres car soigner était un acte sacré. Aujourd’hui, les choses ont évidemment changé et on ne conçoit plus que la prêtrise ait nécessairement quelque chose à voir avec les thérapies. À qui s’adressent les formations en soins esséniens que vous donnez, Marie-Johanne, en collaboration avec Daniel ?

Marie-Johanne Croteau-Meurois : Notre formation en soins esséniens ne s’adresse évidemment pas à tous. Nous pensons très honnêtement que tout le monde ne possède, hélas, pas en soi les qualités de base d’un bon thérapeute. Les qualités essentielles que nous recherchons dans notre école de formation sont, entre autres, celles de la réelle compassion – beaucoup de gens ignorent d’ailleurs le véritable sens de ce mot – la volonté sincère d’aider, la capacité d’écoute et d’accueil de la personne malade. À cela, il faut ajouter l’honnêteté, le discernement, une démarche spirituelle évidente et ce qu’on appelle la foi. Enfin, l’idéal est aussi de manifester certains dons particuliers propres à faciliter l’approche de ce type de thérapie comme, par exemple, une sensibilité particulière aux niveaux des mains, de la clairaudience, de la clairvoyance, etc.

Il ne s’agit pas de dire : « Pour soigner, on injecte de la lumière, de la lumière qui est autour, dans les corps subtils… » car, à mon sens, c’est une formulation incohérente dans le cadre de la Tradition essénienne. Elle semble ignorer absolument tout de l’aspect sacré des soins, et est réductrice quant à leur principe de base : celui de la recherche intérieure chez le thérapeute d’une « qualité » de Lumière spécifique. Le but est de canaliser celle-ci et ensuite de l’infuser avec le Cœur et toute la Conscience requise dans le corps du malade… en n’omettant pas de demander l’assistance et l’aide des Présences célestes, des Guides de Lumière.

Il faut préciser que l’acte de soigner est un acte de symbiose totale avec le « Ciel ». Une trinité composée de la Présence divine, du thérapeute et du malade doit se manifester. L’énergie thérapeutique circule donc du Ciel vers le thérapeute, son outil et son canal. Le thérapeute, de par ses mains, transmet ensuite au corps du malade « l’Onde sacrée de Guérison », dont la Lumière retourne ensuite au « Ciel ». Il s’agit d’un mouvement trinitaire et continu de régénération de la circulation de l’Énergie de Guérison et d’Amour des sphères célestes.

SP : Quelle place accordez-vous au sacré dans ces soins ?

MJCM : J’y accorde toute la place car soigner est un acte sacré en lui-même. Pas d’appel à l’aide d’une Présence de Lumière ? Pas de reconnaissance du Sacré ? Alors pas de réelle guérison possible.
C’est aussi clair et simple que cela. Tout résultat positif, en soins esséniens-égyptiens, repose sur la foi du thérapeute et le respect de l’aspect sacré du soin, donc sur une vraie connexion avec l’Onde divine universelle.

Daniel et moi-même n’enseignons pas qu’un ensemble de données à intégrer mentalement. Nous enseignons à désapprendre le mental pour se connecter à la Source et au Cœur de celle-ci en soi ainsi qu’à l’extérieur de soi, afin de laisser s’exprimer le Courant thérapeutique sur le corps malade. Nous essayons de faire sentir à nos étudiants l’existence d’une autre « marche » à gravir, celle qui dépasse le simple niveau du thérapeute et qui mène à celui du thérapeute-guérisseur.

Nous recommandons.par ailleurs de travailler en parallèle avec la médecine officielle de notre société, car aucune médecine ne devrait en exclure une autre. Les thérapies esséniennes résultent d’une communion sacrée et intime de l’âme et du cœur. La sagesse et la maîtrise sont de savoir manier intelligemment l’une et l’autre. Si nos enseignements souhaitent donner tous les outils de cette méthode, ils espèrent par-dessus tout faire toucher son côté mystique en permettant aux mains du thérapeute et à son cœur d’intégrer en eux l’Onde de la Guérison et de multiplier ainsi l’impact d’une simple technique. « L’amour seul ne suffit pas, il lui faut ce Souffle qui s’appelle Vouloir (1). Sans lui vous ne rêvez rien, vous n’accomplissez rien » est-il dit dans « Les Enseignements premiers du Christ » (2).

SP : Le Christ occupe manifestement une place très importante dans ce que vous enseignez. Le considérez-vous comme un thérapeute essénien ?

MJCM : Oui, le Christ occupe effectivement une très grande place dans ce que nous enseignons mais certainement pas parce que nous considérons qu’Il était un thérapeute essénien. Certes, Il avait été formé par « la Grande Fraternité des Frères en Blanc » dès son tout jeune âge au Krmel mais Il avait été aussi initié en Égypte et y avait enseigné dans les temples de thérapies.

Daniel Meurois a donné de multiples témoignages à ce sujet dans ses écrits et séminaires mais pour en un bref rappel, il a dit à peu près ceci : « De retour de son long voyage de 17 ans en Inde et dans les Himalayas, le Maître Jeshua, lors d’une mort initiatique dans la grande pyramide de Chéops, fut investi par la supra-conscience solaire du Christ. Suite à cet événement majeur, Il fut investi par une autre Force au cours d’une seconde initiation, lors de la fameuse cérémonie du Baptême dans le Jourdain. À la supraconscience du Christ s’est ajoutée Celle du Logos de notre Galaxie. Lorsqu’on parle du Christ, on parle donc du Christ-Jésus. On évoque trois puissances en une : la première, celle du Maître de sagesse incarné, la deuxième, celle de l’Être le plus réalisé de notre système solaire, la troisième comme étant issue de la Grande Présence manifestée dans notre Galaxie ».

Marie-Johanne ajoute : « Jai eu la chance d’être un témoin féminin proche du Christ, il y a deux mille ans. Vous faire un portrait de qui « Il » était et de « Ce » qu’Il est toujours,
pour moi, m’est tellement difficile… les mots sont trop petits ou insignifiants… Encore aujourd’hui, je n’arrive pas à décrire ni à exprimer tout ce qui agissait et irradiait « de » et « par » Lui. Non, le Christ n’était pas un thérapeute essénien, Il était le Christ ! C’est par mon propre souvenir des enseignements du Maître Jeshua en personne reçus avec d’autres disciples en petit comité que j’enseigne maintenant. Je le fais donc avec la mémoire vive de mon âme. C’est par ce souvenir de Lui que je colore tous mes enseignements. Je n’oublie pas bien sûr, la source de base de ces soins reçus directement des Elohims (ou Frères des Étoiles) et revivifiés par Daniel ».

SP : Les thérapeutes esséniens étaient-ils plus souvent des hommes ou des femmes ?

Est-ce que les femmes avaient des fonctions spécifiques à l’aide, par exemple, d’huiles et de plantes ?

MJCM : Les Traditions des Églises sont essentiellement patriarcales et ont toujours eu tendance à laisser toute la place aux hommes. Le Maître Jeshua avait au contraire privilégié ou encouragé une tradition matriarcale. Ses premiers disciples étaient incontestablement des femmes, sa mère Myriam, Marie-Madeleine, Marie-Salomé, Marie-Jacobé… Ces femmes disciples s’appliquaient à soigner comme Lui au moins autant que les hommes.

Cela n’empêchait pas certaines d’entre elles de travailler à l’élaboration d’huiles précieuses utilisées en soins, de parfums spécifiques, et d’utiliser des plantes médicinales selon les méthodes ancestrales esséniennes et égyptiennes. Il ne faut cependant pas s’imaginer que tous les disciples du Maître Jeshua avaient tous des dons pour la guérison ou des connaissances dans ce domaine… comme il serait faux de croire qu’ils étaient tous des orateurs capables de rassembler des foules. C’est leur rayonnement qui a opéré l’essentiel de la transmission de sensibilité christique, qu’ils aient été hommes ou femmes, thérapeutes ou non.

SP : Daniel Meurois, y a-t-il eu une évolution des soins entre thérapeutes égyptiens et esséniens ? Est-il exact de dire que les soins esséniens étaient un peu plus éthérés ou peut-être plus dépouillés ?

D. M. : Il y a nécessairement eu une évolution ou plutôt un ensemble d’adaptations. C’est logique et rassurant car tout ce qui est figé, meurt. Chaque peuple, chaque culture a sa propre sensibilité, ses points forts et ses faiblesses. Une même connaissance qui voyage d’une tradition à l’autre se colore donc inévitablement au contact de la terre qui la reçoit. Elle peut s’enrichir dans certains domaines ou se fragiliser dans d’autres, c’est ce qui la rend vivante. Il ne faut pas oublier que la tradition de ces soins était d’abord orale. D’un enseignant à l’autre, de l’Égypte à la Palestine, on y trouvait par conséquent quelques variantes.

En réalité, affirmer que les soins étaient plus éthérés ou plus dépouillés chez les Esséniens que les Égyptiens serait un peu simpliste. Cela dépendait essentiellement du maître qui enseignait et du contexte dans lequel il communiquait sa connaissance. Je reconnais toutefois que les Esséniens craignaient un peu plus le contact du corps que les Égyptiens en raison de leur appartenance au Judaïsme. Je dirais aussi que les Égyptiens se montraient moins dualistes qu’eux à ce propos, car ils voyaient plus facilement le corps physique comme un temple à respecter que comme une manifestation pesante de la vie.

À ce niveau, Jeshua se montrait certainement plus Égyptien qu’Essénien car il ne craignait aucun des aspects du corps humain ; Il ne répugnait absolument pas au contact de la chair, contrairement à ce que toute la Tradition chrétienne a cherché à nous faire croire. À ses yeux, la vie était une globalité dont aucun des niveaux de manifestation n’était à exclure. C’est ce que Marie-Johanne et moi tentons de faire comprendre dans la façon dont nous communiquons les thérapies. Le subtil et le dense sont étroitement imbriqués et ne doivent pas se repousser ou s’exclure l’un l’autre.

SP : La science actuelle découvre des notions dont les Égyptiens avaient, semble-t-il, connaissance il y a plusieurs milliers d’années. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

D. M. : j’ai effectivement évoqué, dans « Ainsi soignaient-ils« , l’existence dans le cœur humain d’un point précis que les Égyptiens du temps d’Akhenaton appelaient « le point-vie ». Un tel point paraît bien correspondre avec une zone mise en évidence depuis peu dans le cœur humain par les chercheurs de l’Institut Heartmath, aux États-Unis. Il s’agit d’une zone hyper-sensible constituée d’environ 40 000 cellules à laquelle il ne faudrait toucher en aucun cas, lors d’une chirurgie cardiaque, sous peine de provoquer la mort instantanée du patient.

Les chercheurs en parlent clairement comme d’un cerveau cardiaque doté de mémoire. En ce qui me concerne, ce point me fait nécessairement penser au prolongement ou à l’expression physique de ce que l’on nomme l’atome-germe.

L’atome-germe, je le rappelle, est un atome subtil fait de condensé d’Akasha. Il constitue, en quelque sorte, la base fondamentale de données – ou, si on préfère, le « disque dur  » – de chaque être humain. Il est sa mémoire totale depuis l’origine de ce qu’il est. Il véhicule donc les éléments karmiques de chacun, son histoire et son architecture profonde. Je ne doute pas que cette découverte moderne – qui est en réalité une redécouverte – puisse susciter beaucoup d’intérêt dans les années à venir et participer finalement au rapprochement du subtil et du dense. Finira-t-on par comprendre que l’intelligence du cœur n’est pas qu’un beau concept métaphorique et poétique ?

SP : Un tome II d’« Ainsi soignaient-ils ? » est-il en préparation ?

D. M. : À vrai dire, peut-être bien plus qu’un simple tome II… mais ce sera une surprise. Il y a tant à dire pour « ressusciter » tout cela !

Interview de Daniel Meurois et Marie-Johanne Croteau-Meurois

www.danielmeurois.com

LES ESSENIENS SUR LE CHEMIN

 

 

1ère partie : Cet interview de Daniel Meurois et de Marie-Johanne Croteau-Meurois, réalisé par le magazine Sacré-Planète et publié dans le n°44, qui développe le concept des Thérapies égypto-esséniennes, met en évidence l’origine des Soins Esséniens et Égypto-esséniens et le concept de Vie qui les soutient. Ce savoir et ces valeurs font partie de l’enseignement que Daniel et Marie-Johanne diffusent en France dans leur concept de « Soins à sensibilité essénienne et égyptienne ».

Bonne lecture
Jean-Paul Thouny

C

La médecine allopathique est impuissante à soigner certaines maladies. Face à ce constat, beaucoup de personnes se tournent vers d’autres approches thérapeutiques, que l’on appelle « énergétiques ». Daniel Meurois et son épouse Marie-Johanne développent une approche spécifique, héritée de l’Egypte antique et de la Palestine, qui considère l’être humain dans sa globalité et son essence.
Les thérapies égypto-esséniennes plongent aux racines de la maladie pour redonner à l’être la possibilité de cheminer vers sa guérison.

SP : La Tradition des soins énergétiques que l’on connaît aujourd’hui sous l’étiquette globale de « Soins esséniens » était également connue en Égypte antique.
Cependant, ne serait-elle pas plus ancienne encore ?
Pouvez-vous nous parler de ses véritables origines ?
Peut-on, par exemple, évoquer l’Atlantide ?

Daniel Meurois : En réalité, c’est une tradition qui n’a pas d’âge. Étant donné qu’elle se base sur une connaissance intime des circuits empruntés par le courant universel de la Vie au sens le plus large du terme – c’est-à-dire cosmique et intemporel - il est pratiquement impossible de parler de ses origines. Évoquer l’Atlantide serait mentionner une simple étape de son parcours, rien de plus.

Ce qui est certain, c’est que cette Tradition n’est pas uniquement « terrestre ». Je veux dire qu’elle a voyagé d’un monde à l’autre. Chaque type d’humanité et chaque peuple par lesquels elle est passée l’ont évidemment un peu colorée à leur façon, ce qui est logique. Par ailleurs, c’est ce qui fait aussi sa richesse.

En réalité, soigner avec l’aide des mains et en fonction de l’anatomie subtile du corps est un réflexe inné, propre à tout être humain sensible à l’existence de l’âme.
C’est l’éducation que celui-ci reçoit dès sa plus petite enfance qui le fait généralement se détourner d ce genre de rapport avec l’être, sa maladie et sa souffrance.

On peut penser sans craindre l’erreur que, ce que j’appelle aujourd’hui la Tradition égypto-essénienne, s’est construite au fil des âges et des mondes à force d’observations et d’expérimentations, d’abord intuitives, puis structurées en un système cohérent révélant clairement la présence d’une architecture subtile de l’être humain et, par conséquent, de son rapport avec le Divin.

SP : Quels furent les rôles d’Aménophis III et d’Akhenaton dans la diffusion de cette Tradition ?

D. M. : Ces deux pharaons ont été les principaux compilateurs éclairés et méthodiques de ce corpus de données.

Pour l’Occident et dans le présent cycle d’humanité, ce sont eux qui ont structuré un tel système de références et de pratiques. Ils en sont restés les gardiens jusqu’à la transmission à un groupe restreint de personnes au sein du peuple hébreu.

C’est par Moïse que la transmission s’est opérée, même si celui-ci n’occupait pas une fonction de thérapeute parmi les siens. Lorsque je dis « Moïse », cela signifie lui et ses proches. C’est comme lorsqu’on dit « c’est Aménophis III et Akhenaton »… On devrait plutôt dire que c’est sur leur demande. En résumé, toutes les connaissances qui ont la réputation d’être ésotériques dans notre culture occidentale ont été collectées, structurées, puis développées par les Égyptiens.
Les Esséniens n’ont pas adopté la totalité de cet héritage. Les thérapies les motivaient en priorité ainsi que les données concernant les corps subtils de l’Univers…

Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’il y a un rapport d’analogie entre le corps humain et sa réplique dans le cosmos. Pour le reste des connaissances traditionnelles, nous les retrouvons dans la science de la Kabbale.

SP : Certains ouvrages affirment que ceux qui ont été formés selon cette Tradition auraient été initiés à l’immortalité ? Est-ce que les annales akashiques permettent de dire quelque chose à ce sujet ?

D. M. : Le principe d’immortalité ne figurait pas parmi les préoccupations des initiés thérapeutes esséniens. Pour eux, comme pour nous, le corps physique n’était que transitoire. Il existait cependant des pratiques très particulières basées essentiellement sur la Maîtrise du souffle dont le but était de nettoyer le corps et le mental de la plupart des scories qui accéléraient son vieillissement. Elles étaient réservées à un très petit nombre de personnes – un peu analogues à des yogis avancés – qui se sentaient appelées à prolonger à l’extrême le bon état de leur corps. Le fait de pouvoir amener le corps physique à un autre plan vibratoire sans passer par la mort – comme c’est le cas pour les Maîtres de Shambhalla et de leurs disciples alchimistes – est le résultat d’une illumination ou d’une transfiguration individuelle orientée vers une forme de service très précis. Ce n’est pas le fait d’une école initiatique spécifique.

Aujourd’hui, la recherche presque compulsive de l’immortalité de la chair est clairement le délire d’une certaine Amérique qui est fascinée par tout ce qui ressemble à des pouvoirs et qui craint par-dessus tout, la vieillesse et la mort. La véritable immortalité se situe à un tout autre niveau.

SP : Comment une telle Tradition a-t-elle perduré dans le temps ? Y a-t-il aujourd’hui des groupes qui seraient encore détenteurs de ces connaissances ? On évoque parfois la Rose-Croix et le Catharisme…

D. M. : La Tradition égypto-essénienne a perduré de façon souterraine dans son aspect global à travers les écoles et mouvements initiatiques occidentaux. Pour ne citer que les plus connus, on peut effectivement évoquer : les Ordres Rosicruciens, certaines organisations qui se réclament des Templiers et même, par certains aspects, le Druidisme, bien que la filiation de leurs connaissances soit plus complexe. Il est exact que le Catharisme n’est pas à omettre d’une telle liste, même si on peut déplorer son côté très dualiste… lequel, par ailleurs, le fait se rapprocher un peu de l’ « Essénisme » des monastères.

On parle ici de connaissances dites purement ésotériques, de rituels faisant appel aux énergies subtiles de la Nature mais aussi de haute métaphysique et de philosophie au sens sacré du terme. Ces mouvements et ces écoles se manifestent généralement par
cycles d’activité et de sommeil, ce qui veut dire avec des hauts et des bas, des apogées et des décadences, comme tout ce qui est incarné. En ce qui concerne une Tradition thérapeutique structurée et fournie, à ma connaissance, il est beaucoup moins évident d’en retrouver la trace au cœur de ces écoles.

On y trouve la théorie de la transmission de la structure énergétique du corps humain… (encore que l’Orient ait été beaucoup plus précis à ce niveau) mais pas pour l’enseignement organisé de pratiques thérapeutiques proprement dites.

Il ne faut pas oublier que la Tradition égypto-essénienne était essentiellement orale.
Lorsque certaines données étaient couchées par écrit, sur des rouleaux de papyrus par exemple, c’était souvent de manière codée ou symbolique. Ce n’était pas tant pour dissimuler des informations que pour en préserver le caractère sacré et intangible. Aujourd’hui, nous avons l’impression que les mots peuvent tout définir alors que, très souvent, ils enferment des concepts dans une sorte d’enclos mental. C’est là où les symboles et les archétypes trouvent leur raison d’être. Ils amènent la réflexion à différents niveaux… sachant que l’on n’accède pas à ces niveaux simplement à l’aide de bonnes capacités intellectuelles.

SP : Comment cette Tradition thérapeutique est-elle réapparue à notre époque ?

D. M. : Je dois dire que j’ai été personnellement amené à la faire ressurgir sans l’avoir toutefois recherchée. En premier lieu, il me faut préciser que cela ne s’est pas fait par le biais des Annales Akashiques, c’est-à-dire de la mémoire du temps, mais par canalisation. Ces canalisations – par incorporation – se sont produites dès l’automne 1984. Quant aux recherches de mon âme à travers les Annales Akashiques, elles m’ont permis d’approfondir puis de structurer progressivement l’ensemble des données découvertes au cours des décennies.

En 1984 donc, dans le petit village de Plazac, en plein Périgord, j’ai commencé à canaliser et à retransmettre ainsi, en direct, des informations d’ordre thérapeutique. Celles-ci m’étaient adressées à partir de sphères de consciences extérieures à celle de notre planète. Elles émanaient d’êtres non-terrestres qui avaient déjà communiqué, dans un passé reculé, avec les anciens peuples de notre monde, dont tout spécialement les Égyptiens et les Esséniens.

Notez bien que je préfère utiliser l’expression « sphères de conscience extérieure à celle de notre planète » plutôt qu’une autre qui serait plus contemporaine. Pourquoi, me demanderez-vous ? D’abord, basiquement, parce qu’une certaine science-fiction et certains écrits ont utilisé de n’importe quelle façon ces termes et les ont galvaudés. Ensuite parce que la notion de « sphère de conscience » fait avant tout référence à celle de « niveau de conscience », autrement dit à une altitude intérieure de l’être et non pas
à un écart technologique. Dans les anciens textes rattachés à notre culture, on parle en fait d’Elohims. C’est bien d’eux dont il s’agit ici ; ils sont à la source des informations que je reçois depuis 1984.

Un certain nombre d’Esséniens, mais pas leur totalité, étaient – faut-il le rappeler ? – des hommes et des femmes qui entretenaient, de par leur sensibilité psychique, un rapport aisé avec l’Invisible. Le contact avec des présences d’origine non-terrestre et d’envergure cosmique – donc en prise avec le Divin – leur était familier. Il arrivait que ceux-là communiquent donc avec les Élohims.

En 1984, j’ai été amené à me reconnecter régulièrement avec mes anciennes existences essénienne et égyptienne. Ce fut le véritable « coup d’envoi » du travail que j’essaie de poursuivre aujourd’hui ; j’ai commencé à recevoir publiquement, devant une assistance de trente à cinquante personnes, au rythme d’une ou deux fois par semaine, des enseignements relatifs aux thérapies esséniennes… ou, plus exactement, égypto-esséniennes. Lors de chaque réunion, je consignais ces informations de ma propre main. Beaucoup de données passant par ma bouche lors des moments de canalisation ont également fait l’objet d’enregistrements sur bandes magnétiques.

Dans le Périgord, ce travail s’est étendu sur une douzaine d’années, il s’est ensuite prolongé au Québec. C’est de cette façon que la tradition thérapeutique dont il est question ici a ressurgi. La méthode de soins énergétiques qui en résulte a toujours été accompagnée de messages précis, avec tout un ensemble d’informations. Ces données à la fois pratiques et spirituelles ont finalement, et tout naturellement, constitué au fil des ans un véritable corpus. C’est de cette façon que l’on peut résumer l’historique de cette Tradition thérapeutique telle qu’elle se manifeste de nos jours…

Lorsque les soins esséniens – ou égypto-esséniens si on préfère, puisque cette dénomination est somme toute plus précise – ont refait surface, on ne leur donnait d’ailleurs pas de nom spécifique. On évoquait simplement des soins énergétiques universels. On les a finalement nommés esséniens par assimilation puisque ce sont les thérapeutes esséniens qui ont été les derniers à les pratiquer, il y a environ deux mille ans.

Je dois ajouter que la somme d’informations qu’ils constituent maintenant s’enrichit encore aujourd’hui, au rythme des informations que je collecte dans les Annales Akashiques auquel s’ajoute le savoir-faire de mon épouse, Marie Johanne, très « en prise » également avec « l’époque essénienne ».

 

Interview de Daniel Meurois et Marie-Johanne Croteau-Meurois

www.danielmeurois.com

Méditation sur le 2è portail de Rédemption

 

Pérou

Bien-aimés de l’Un, chers lecteurs, je vous salue, soyez les bienvenues, chères âmes, soyez accueillies, accueillies et entourées dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans ces vibrations. 

Je suis Christ’al Chaya, maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech galactique de la Fraternité Dorée d’Orion. Je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous assister dans ce processus initiatique, dans cette cocréation de la nouvelle matrice de la Terre pour l’avènement de la  race future, de l’Adam Kadmon galactique. 

Le 26 octobre 2013, s’est ouvert en Egypte, dans le Temple de Kom Ombo, le portail de rédemption sur un ancien siège de la kundalini terrestre dans une matrice yang de la Terre. Et ce portail est un succès pour les forces d’unité christique et nous remercions tous les volontaires incarnés qui ont participé à l’activation de ce portail. Il a la forme d’une étoile à cinq branches qui représente le pentagramme, l’homme nouveau, la perfection de l’Etre qui a atteint la maîtrise à travers la conscientisation de toutes ses initiations passées, présentes, futures et initiations vécues également dans les mondes parallèles, dans les vies galactiques. 

A chaque pointe d’étoile, il y a la représentation d’un couple parèdre porteur de l’unification de la Conscience christique et Melchizédech. Cette étoile est entourée de trois cercles : ces trois cercles représentent l’énergie, la conscience et l’enseignement des Melchizédech féminins qui ont établi douze Rayons bleu cobalt se rejoignant au sommet du portail, formant un canal puissant d’énergie bleu cobalt qui se concentre à l’intérieur d’un triangle d’or dans l’étoile à cinq branches et qui représente le cœur matriciel des Déesses Mères.

Ce portail a différentes fonctions : il unifie et guérit toutes les mémoires de la Déesse du ciel outragée, de la Déesse de la Terre profanée, par l’unification du Cœur de la Déesse Isis qui rappelle à l’humain que la loi de l’Unique naît à l’intérieur du Cœur christique et que son rayonnement s’établit par l’extériorisation du pilier central bleu cobalt dans la rigueur du 1er Rayon. A l’intérieur même du triangle contenu dans l’étoile à cinq branches, il y a un 8 à l’infini, un lemniscate couleur or qui circule entre la Déesse de la Terre et la Déesse du ciel : ce lemniscate couleur or mettra un terme définitif aux guerres des religions et rétablira l’Ordre Divin dans la matrice de la Terre. 

Pour vous connecter à ce portail de rédemption au Temple de Kom Ombo, où sont présentées les deux lignées : celle d’Horus Melchizédech, celle de Sobek, reptilienne, eh bien, vous devez visualiser une étoile à cinq branches couleur or avec, au centre de cette étoile, un triangle, pointe vers le bas, bleu cobalt, rose et rose orangé avec, à l’intérieur de ce triangle, un lemniscate, un 8 à l’infini couché couleur or et vous demandez à toutes vos extensions hybrides, à la part de votre patrimoine hybridifié, de passer dans le cœur matriciel de ce portail afin que toutes ces extensions soient éduquées dans la conscience d’alignement du 1er Rayon, dans la conscience d’alignement Melchizédech pour que demain le Corps christique de cette humanité puisse obtenir un rayonnement suffisant qui transmutera toutes les dissonances imprégnées dans les mémoires, dans l’akasha de la Terre et de son humanité.

Il est indispensable de traverser d’abord le premier portail à la porte d’Aramu Muru au Pérou, puis de traverser le 2ème portail activé au Temple de Kom Ombo en Egypte plus tard, le 3ème portail de rédemption sera activé afin que la conscience unitaire lémurienne qui est à la fois la conscience stellaire des mondes magnifiés et la conscience terrestre future, elle soit active par l’ouverture de ce portail sur l’Ile de Pâques. Entre le 2ème et le 3ème Moaï faisant partie des sept Moaïs qui regardent vers l’océan, il y a un lien entre le 2ème portail et le 3ème portail de rédemption. Au 2ème portail de rédemption, toutes les personnes présentes ont regardé vers le Nil, le Nil représentant la matrice et qui a été hybridifié symboliquement par l’insertion des crocodiles dans le Nil. Et les sept Moaïs regardent vers l’océan, car ils savent que bientôt il y aura l’émergence d’une nouvelle conscience, l’avènement d’une nouvelle humanité qui aura parcouru son chemin d’ascension et qui pourra accueillir les différents corps vibratoires du Christ. 

Cette humanité nouvelle vivra la seconde naissance du Christ, elle sera la matrice du Christ réveillé. 

Soyez remerciés, pleinement remerciés, guidés dans votre évolution et dans votre processus d’ascension. 

OM SHANTI CHAYA 

CHRIST’AL CHAYA : Cliquez ici pour accéder à l’espace d’étude des lettres mensuelles réservé aux abonnés

Crist’al Chaya du 2 novembre 2015

OLD_TitreCC

Bien-aimés de l’Un, chers lecteurs, je vous salue, soyez les bienvenues, chères âmes, soyez accueillies, accueillies dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans cet espace sacré et consacré.

Je suis Christ’al Chaya, Maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech de la Fraternité Dorée d’Orion et je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous accompagner dans ce processus d’ascension, dans ce besoin d’intégration mémorielle et cellulaire. Je vous accompagne sur ce chemin de rédemption.

Le mois d’octobre fut intense pour mon canal, ainsi que pour toutes les personnes ayant suivi les différents enseignements. Il y a eu les sceaux d’unité quantique, les Melchizédech niveau 2, le couple divin et les portails de rédemption. Lors de l’enseignement sur les sceaux d’unité quantique, nous sommes entrés ensemble dans le portail de solarisation du Mont Shasta et nous avons pu assister à la solarisation de Rassilia qui a été rebaptisée par l’ensemble de la Fraternité Dorée : RA SOURYA. Rassilia est à l’origine de la problématique dans la famille Bel Ashatan, à savoir ce germe qui était là, latent, cette culpabilité, cette honte qu’elle portait d’avoir une forme de jalousie vis-à-vis de Gwin Ogh.

Lorsqu’on ne traite pas la honte, la culpabilité, eh bien, celle-ci peut tout simplement être une semence de distorsion pour les lignées descendantes et c’est ce qui s’est produit lorsque Seth An a fait le choix de se séparer de la Source Première et d’engranger le plan mardoukien, le plan d’annexion et d’asservissement des différentes humanités.

Nous avons également accueilli dans ces portails, de grands mentors de l’ombre. Ces grands mentors sont venus déposer leur propre manteau galactique reptilien, ces manteaux qui peuvent paralyser, qui peuvent facilement hypnotiser, soumettre un Être à leur volonté. Ils ont pris ce risque simplement pour que tous les exécutants des familles reptiliennes, puissent enfin connaître les réalités sur leurs origines. En effet, les premiers Reptiliens souches du système de Rigel, n’étaient pas les prédateurs que nous connaissons aujourd’hui, ils étaient pacifiques, de grands généticiens qui avaient simplement, à force de spécificité, oublié de faire le lien entre leurs propres recherches sur les niveaux de l’ADN et les lois de vie.

Seth An Bel Ashatan devait précisément, en tant que Régent du système de Rigel, apporter à nouveau une cohérence, refaire le lien, remettre la conscience de ces Reptiliens généticiens dans la Conscience unitaire de la Source, mais il n’en fit rien puisqu’il s’est servi d’eux pour lui-même, pour devenir un expert en génétique, en alchimie aussi et il transforma même une partie de cette race reptilienne, siégeant sur Rigel, en conquérants, simplement en modifiant certains codes matriciels. Et au fur et à mesure qu’il grandissait dans sa compréhension, dans sa connaissance et dans son application sur la génétique, il réussit jusqu’à créer des structures leurres répliquantes. Ces structures leurres répliquantes ont été placées dans le plan de construction de votre ADN lorsque vous avez eu des contacts, dans les plans galactiques, avec les familles involutives et que cela a généré toutes sortes d’émotions distorsionnées en vous : peur, culpabilité, honte. Toutes ces vibrations ont, bien sûr, nourri, aussi bien à l’extérieur de vous dans vos extensions, qu’à l’intérieur de vous, ont nourri et renforcé les codes involutifs.

Lorsque les Prêtresses des Temples sur Orion ont été violées, outragées par les familles involutives, eh bien quelque fois elles ont pu ressentir une forme de plaisir et ont eu un sentiment de honte et de culpabilité. Et elles se sont même senties souillées. Et précisément ces vibrations ont nourri les codes involutifs de leurs agresseurs.

Aujourd’hui, à travers le nouveau portail de solarisation et la restitution progressive du LIEN D’AMOUR entre le féminin et le masculin, tous ces outrages, tous ces viols ne sont plus ce qu’ils étaient parce que les Prêtresses et toutes les formes d’extensions de vous-mêmes ayant subi ce type d’outrages et ont pu ressentir de la culpabilité, eh bien, dans les portails, vous vous êtes libérés de tout cela et précisément aujourd’hui, une Prêtresse de rédemption telle que Shamira, peut dire « plus aucun Être ne me violera » car elle peut rester amour et on ne peut rien prendre à une Déesse d’amour, car elle ne peut que donner. Lorsqu’elle donne, lorsqu’elle reçoit, même les outrages tels un feu qui peut se nourrir aussi bien de détritus que d’éléments sacrés, alors cette femme, cette Prêtresse, cette Shakti d’amour, cette Shakti de feu devient alors un lien de transmutation pour l’univers dans son ensemble.

Nous sommes aujourd’hui, à une période où je vous ai annoncé qu’à partir de 2013 la rencontre des parèdres devient possible. Evidemment, vous l’avez écouté, entendu et vous en avez tiré certaines conclusions, elles-mêmes issues de vos propres projections. Ce que je vous dirais maintenant, c’est que la rencontre de deux parèdres galactiques n’est pas qu’une question de compatibilité ou de codes matriciels complémentaires, c’est avant tout un chemin, un chemin initiatique, un chemin de parèdres basé sur le lien d’amour, lui-même libéré de tous liens emprisonnants, de toutes projections faisant que deux Êtres se regardent à travers les filtres des blessures, des manques, des attractions / répulsions, du « j’aime / je n’aime pas ». La rencontre de deux parèdres n’a rien de passionnel, car la passion signifie tout simplement « souffrir en silence ». Ce n’est pas non plus manipuler l’autre, en se manipulant soi-même de peur de manquer de l’autre. Ce n’est pas non plus qu’une question magnétique qui enferme dans le manque constant de l’autre.

La rencontre des parèdres naît d’un niveau de maîtrise de l’Être qui se reconnaît lui-même dans ce lien d’amour de sa propre énergie masculine et de sa propre énergie féminine. Les parèdres qui se rencontrent apprennent à construire le lien, à se découvrir, car il ne s’agit pas uniquement de respirer avec ce qui attire, avec la part la plus lumineuse de l’Être, il s’agit aussi de pouvoir respirer avec les ombres de l’autre.

Les parèdres c’est tout simplement le retour à l’Être originel que le mental juge souvent d’immature, de naïf, d’innocent. Seuls deux Êtres qui travaillent sur leurs propres blessures, sur leurs facettes de l’ego, qui reconnaissent leur propre jeu de pouvoir et traitent les culpabilités qui en découlent, peuvent s’asseoir sur leur trône, c’est-à-dire être roi sur soi et rayonner côte à côte pour apporter la réconciliation, la rédemption, la solarisation à cette humanité et pour appeler toutes les familles dans toutes les dimensions, à parcourir ce chemin d’éveil. Les parèdres sont également face à face dans l’union des amants tantriques qui s’unissent dans ce même souffle de vie pour créer cette kundalini couleur or, celle qui voyage dans les univers et qui ensemence la Conscience christique, là où les Etres se sont perdus dans l’illusion du pouvoir.

Aujourd’hui, humains de la Terre, il est temps de faire alliance avec vous-mêmes, de continuer d’aimer cette humanité. Jésus et Marie-Madeleine étaient sur cette voie de parèdres, ils ont échangé leur souffle dans une étreinte sacrée et jamais leur énergie ne s’est dispersée dans le 2ème chakra, mais ils ont su amener cette énergie puissante d’amour manifestée dans une vibration forte, brute de la Terre, ils ont su ramener cette vibration jusqu’au 7ème chakra et Marie-Madeleine a permis à Jésus de maintenir sa kundalini éveillée et de la maintenir à quelque centimètres au-dessus du 7ème chakra. Sans son concours, jamais Jésus n’aurait pu traverser les épreuves qu’il a traversées dans sa mission de rédemption et de solarisation de cette humanité.

Alors comprenez que les portails de solarisation vont progressivement recréer un équilibre dans la Trinité sacrée : AMOUR – LIEN D’AMOUR – AMOUR ETERNEL. A Santorin, nos libérerons les mémoires de conflits entre Atlantes et Lémuriens. Nous apprendrons ensemble à recréer ce LIEN D’AMOUR pour tout ce qui est vivant dans le respect du vivant. Vous appendrez également à faire alliance avec vous-mêmes et avec l’enseignement sacré des Maîtres d’ascension pour rester authentiques, intègres, droits dans vos bottes dans cette conscience d’amour et d’alignement. Je vous accompagnerai sur ce chemin de vie, d’immortalité.

Chères âmes, soyez bénies, soyez accompagnées par toutes les Hiérarchies célestes.

OM SHANTI CHAYA

A L’Ecole des Arbres de nos Ancêtres

 

celtic-symbol

« Le plus grand frêne servit d’axe du monde » dit le mythe de la création celtique. Ce pilier central relie le monde souterrain, celui des humains à la surface de la terre, et le ciel. Il est l’antenne permettant la communication entre le visible et l’invisible, le physique et le métaphysique. Il plonge ses racines dans la Terre-Mère, tandis que ses branches se dressent en direction du Père-Ciel. Aux quatre coins de la planète, depuis les temps les plus reculés, l’Arbre cosmique joue un rôle primordial d’organisateur ; il met de l’ordre dans le chaos des origines.

En Egypte, au devant, les dieux trônaient sur le haut sycomore sacré, en réalité un figuier ; ils se délectaient de ses fruits. Au couchant, siégeait la vache Hathôr, la « Dame du sycomore ». Après avoir créé le monde et tout ce qu’il contient, elle aidait les morts à regagner le Ciel en les accueillant à l’ombrage de l’arbre le temps qu’ils se reposent. En Mésopotamie, l’Arbre de Vie se nomme Kiskanu, en Inde, c’est sous le nom de Ficus religiosa que le Bouddha parviendra à l’illumination. Le pommier du jardin d’Eden nous est plus familier que le Kien-mou des Chinois, le centre de l’univers. Dans la tradition chamanique, l’initié doit réussir l’épreuve de l’ascension du Bouleau cosmique. Il effectue sa montée en neuf (encore un passage) circonvolutions autour du tronc, dans lequel il creuse neuf entailles. « Joignant le ciel et la terre, cette échelle représente le moyeu d’un destin planétaire incarné dans chaque être ».

Quant au pin de Barenton, il est l’Arbre initiatique de Merlin, puisque c’est après l’avoir escaladé qu’il obtient la totalité de ses pouvoirs, le don de voyance, celui de métamorphose, d’invisibilité, d’action sur les éléments, de médecine, d’ubiquité et tant d’autres encore. On ne peut s’empêcher de penser à l’échelle de Jaco, autre arbre cosmique. Dans la plupart des mythes, l’arbre-ancêtre est androgyne. C’est sans doute cet aspect qui le fait devenir « arbre généalogique ».

Qu’il soit chêne ou baobab, l’Arbre de vie offre sa protection aux humains, en tant qu’arbre à palabre symbolique, lieu où tous les peuples du monde peuvent se rassembler et fraterniser. Il est le centre du cercle de la vie, où individus, tribus, nations et peuples viennent se ressourcer, se reposer e paix pour réintégrer leur puissance intérieure, leurs valeurs et leur potentiel. De ce centre, on a une vision d’ensemble sur 360 degrés, qui permet d’échapper à la distorsion de la dualité et d’accéder à la perception de la totalité. En méditant à l’ombre de l’Arbre, la vision de Notre Chemin de Vie , notre légende personnelle, se dessine.

L’aspect féminin de l’Arbre Sacré est révélé dans sa fonction nourricière. Il nous rappelle que la nourriture dont nous avons besoin pour vivre bien autant de la terre que du ciel. Les fruits de l’arbre représentent les qualités morales à acquérir. Touché par la foudre ou l’incendie de forêt, il a offert le feu aux humains : c’était un cadeau des dieux. Et grâce au feu, les ténèbres devenaient moins effrayantes, la nuit moins menaçante. Malgré la pollution, les trous dans l’ozone, ses fruits, ses feuilles, son écorce et ses racines continuent à receler des trésors secrets aux puissantes vertus qui guérissent mille maux, sans parler des simples substances alimentaires. En Afrique australe, la plupart des remèdes des guérisseurs sont un cadeau de l’Arbre ; ils proviennent d’une écorce ou d’une racine. En Zoulou, muti signifie à la fois « arbre » et « médecines ».

Les conifères offrent leur résine aux usages multiples, dont l’encens, qui réjouit les cœurs des dieux. Le feuillage de l’Arbre de Vie est un abri contre la pluie et les rayons trop ardents du soleil ; son bois permet de construire des maisons et des sanctuaires ; lorsqu’il brûle, il protège du froid. On sait que les forêts sont les poumons de notre planète. Et si on amputait les défricheurs de l’Amazonie d’un bout de poumon.

Autre enseignement de l’Arbre cosmique : la croissance permanente qui nous ait prendre conscience de l’impermanence. Les générations de feuilles se succèdent et relativisent le temps. Passant du bourgeon à la feuille réalisée, puis de l’humus, à la terre nourricière, elles nous montrent l’échange, le don. Le sacrifice est une étape indispensable sur le grand cercle de la Vie. Il crée de la place pour que le changement puisse exister lorsque le moment est venu d’entamer une nouvelle étape du chemin de vie, qu’il s’agisse d’un individu ou d’une communauté. Ces passages sont les moments sacrés de l’existence ; on publie trop souvent que sacrifier signifie « faire du sacré ».

Rien n’est immuable, sauf l’éternelle succession des cycles, faits d’une phase de destruction, de séparation, et d’une phase de réunion, de création ; le solve et coagula des alchimistes. Au fur et à mesure que les cercles des années s’inscrivent dans son tronc, l’Arbre croît en force et en sagesse. De même, acceptant les épreuves, les joies et les réalités de notre existence telles que le Créateur l’a dessinée, nous croissons en force intérieure. Puis, nous apprenons à aimer la Vie. Ce n’est qu’en  3ème  phase qu’il y a lieu de se préoccuper de la comprendre.

Cette séquence est la voie de la sagesse. Dans une culture au mental prédominant comme la nôtre, on a tendance à vouloir tout comprendre, puis on se résigne à accepter, et en phase terminale, on songe à aimer.

Vous pouvez recopier ce texte à la condition d’en mentionner la source : Francesca du forum La Vie Devant Soi  http://devantsoi.forumgratuit.org/  

Christ’al Chaya de février 2015

3_shasta_oasis_voyages_voyage_initiatiqueBien-aimés de l’Un, je vous salue, soyez les bienvenues, chères âmes, soyez accueillies, accueillies dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans cet espace sacré et consacré. 

Je suis Christ’al Chaya, Maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech de la Fraternité Dorée d’Orion et je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous accompagner dans ce processus d’ascension, dans ce besoin d’alignement de votre Etre, dans ce besoin d’unification. 

Chères âmes, chers lecteurs de la lettre mensuelle, il y a un mois de cela, je vous ai dit que rédemption, unification, réconciliation et solarisation sont les étapes majeures du processus d’ascension et je vous ai également informés que je reviendrai sur ces différentes notions au cours des mois qui précèdent l’activation du portail de solarisation au Mont Shasta en août 2015. Et aujourd’hui, c’est sur la rédemption que j’aimerais revenir, sur cette notion qui est le fondement même de l’Essence christique. 

Vous le savez déjà,  le Christ n’est pas qu’un personnage historique, en l’occurrence, Jésus – Jeshua – Sananda, le Christ est un état de conscience, un état d’amour en action, en manifestation. Le Maître Babaji lui-même est un Christ, tous les grands Avatars, les grands Instructeurs sont des Christs réalisés, rayonnant cette Lumière fluide or qui se dégage autour de la Cellule. 

Babaji lui-même vous a dit : « il n’y a pas de pécheur sans futur et de saint sans passé ». Il y a 2.000 ans de cela, lorsque certains membres du Sanhédrin venaient à Jésus pour tenter de le piéger, ils présentèrent une femme adultère et lui demandèrent : « Que préconises-tu, toi ? Il est écrit dans nos textes sacrés qu’une  femme ayant commis l’adultère, doit être lapidée et menée à mort ». Et Jésus très sereinement leur répondit simplement : « Que celui qui n’a jamais péché, jette la première pierre. » 

Alors bien sûr, qu’est-ce que cette rédemption ? Barabbas lui-même était contre Jésus parce qu’il le croyait l’ami des Romains et les Romains faisaient subir tellement de tortures et d’injustices au peuple juif, qu’il était inimaginable de même envisager pouvoir discuter avec un Romain et de là à croire qu’un Romain pouvait entrer dans le royaume des cieux. 

Alors Jésus n’était pas forcément celui que les Zélotes attendaient, il était tout simplement un Christ rayonnant, roi sur lui-même, dans sa totale maîtrise, sans recherche aucune de pouvoir, car il savait qu’il n’avait aucun pouvoir sur aucun Etre, par contre, il incarnait la volonté du Un, il était une loi vivante : tous ses actes, toutes ses paroles, tous ses gestes étaient pure manifestation des principes fondamentaux de vie, des principes d’amour, des principes de vérité, de clarté. Il était un Avatar, une incarnation divine, appelé par cette humanité, appelé à refaire l’alliance entre l’humain qui s’était coupé de la Source, du Principe Père / Mère et cette union, il l’a vécue au Golgotha, sur la croix. Lui qui avait fait tant de miracles pour les autres, il ne cherchait pas à se sauver lui-même, parce qu’il avait la conscience de l’ensemble du Plan et non d’un fragment du Plan. 

Bien souvent, humains de la Terre, vous jugez des évènements, vous jugez même les initiations que peuvent vivre nos prophètes actuels, qui ne portent plus le nom de prophètes, mais le nom de channels, vous jugez leurs épreuves, leurs initiations, parce que vous ne voyez qu’un fragment du Plan, vous ne mesurez pas l’amplitude de l’ensemble. Et parce que vous jugez, vous vous enfermez vous-mêmes, vous empêchez les extensions de vous-mêmes de rejoindre les portails de rédemption. L’attitude juste est d’être le témoin silencieux pour que l’initiation devienne un enseignement, une grâce. 

Lorsque Jésus était sur la croix, son Verbe était impeccable, il a dit : « Père / Mère, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font ». A aucun moment, il n’utilise le « je », il ne dit pas « je leur pardonne », car ce n’est pas l’humain dans sa personnalité individuelle qui s’exprime, mais bien la Conscience christique qui renvoie chaque Etre à ce qu’il est, à sa responsabilité, face à ses actes, à ses pensées, il renvoie l’humain au Principe Père / Mère, au Principe d’unité, l’unité et la trinité, la trinité et le karma, car chaque Etre incarné, même s’il ne mesure pas les conséquences de ses actes, chacun de ses actes aura des répercussions dans le temps et l’espace. Il en est de même pour les pensées, pour les sentiments et les intentions. Vos intentions doivent être claires et clarifiées. 

Voyez-vous, humains de la Terre, lorsque vous naissez, lorsque vous êtes un enfant, vous portez en vous cette trace angélique et très rapidement, vous êtes imprégnés de formes pensées liées à votre entourage, à vos parents, à la société, vous êtes formatés pour survivre dans ce monde et vous perdez cette pureté, cette honnêteté originelle et en grandissant, vous ne faites que revivre les mêmes problématiques, vous ne faites que rejouer votre vie à l’infini jusqu’au moment où vous décidez de prendre le chemin de l’éveil. Le travail intérieur demande courage, force, persévérance et est quelquefois douloureux,  mais ce qui peut vous faire tomber sur ce chemin, c’est le jugement, ce sont toutes les projections, toutes les interprétations liées au conditionnement reçu.

 

En fait, être ici maintenant, c’est être là sans plus aucune projection, en totale fluidité et vacuité. Et ce qui peut entraver votre compréhension de la rédemption, c’est précisément le jugement qui mène à l’enfermement, qui mène à l’impuissance, qui mène à la limitation et à la séparation, à la fracture avec la Source Première. 

Apprenez à regarder au-delà des apparences, au-delà des blessures, au-delà des filtres, des projections, au-delà même de vos attentes et observez l’ensemble du Plan inscrit dans la matrice de la Terre et vous comprendrez le sens réel de votre passage d’incarnation en incarnation sur cette planète, Gaïa – Urantia – la Terre. Vous comprendrez également votre engagement dans ce processus d’ascension. Ensemencer des lignées de cette Conscience christique n’est qu’une première étape. L’étape suivante consiste à éduquer dans le principe d’amour, dans le principe de vérité. 

Alors aujourd’hui, ne croyez pas que parce que vous lisez des messages des Maîtres, ne croyez pas que parce que vous participez à des stages, vous êtes sur le chemin. Vous n’êtes peut-être même pas sur le chemin. Ce chemin de rédemption demande une grande ouverture de cœur, mais aussi une droiture du cœur. Ce chemin d’amour est le retour à votre Essence, parce que vous vous reconnaissez comme un Christ, vous agissez comme un Christ, vous pensez comme un Christ. Agir comme un Christ, ce n’est plus réagir aux phénomènes extérieurs, mais c’est toujours répondre à l’unité des lois de vie, c’est trouver l’alchimie parfaite entre la rigueur et l’amour.   

Humains de la Terre, vous êtes sur le point de créer un nouvel ADN, un ADN de rédemption, vous avez ce double encodage comme on pourrait dire sur Terre, une double nationalité, à la fois les parts christiques et les parts involutives. Seulement depuis des siècles, ce sont les parts involutives qui vous gouvernent parce que vous vous êtes laissés éduquer par les mentors de l’ombre, les grands monarques. Et aujourd’hui, nous vous demandons de nous permettre de vous éduquer à la Conscience Melchizédech pour retourner à la maîtrise, pour retourner au Soi Divin. Et cela passe par la réconciliation et l’unification de toutes les parties de vous-mêmes, pas seulement les parties mémorielles qui concernent votre histoire terrestre, mais aussi les parties mémorielles qui concernent d’autres univers auxquels vous avez appartenus, dans lesquels vous avez évolué. Et lorsque vous travaillez sur les fragments de ces mémoires galactiques, vous travaillez sur les archétypes, vous travaillez sur la conscience de plusieurs collectifs, qu’ils soient d’origine humaine ou d’origine extraterrestre. 

Humains de la Terre, préparez-vous à l’unification, à l’alliance nouvelle, soyez des Christs rayonnants capables de solariser les mondes et guérissez de toutes les atrocités inscrites dans les profondeurs, dans les différentes couches de vos cellules d’ADN. Profitez de ce  temps d’incarnation pour apprendre à être ici et maintenant. 

Chers lecteurs, amis de la Source, soyez bénis, accompagnés dans votre processus d’ascension et remerciés, soyez pleinement remerciés pour ce que vous êtes. 

OM SHANTI CHAYAh

ttp://www.christalchaya.com/index.html

 

Christ’Al Chaya août 2014

2hld-2oinnb0g6kgf-76a1vBien-aimés de l’Un, je vous salue, soyez les bienvenues, chères âmes, soyez accueillies, accueillies dans l’espace vibratoire des 12 Cristaux Maîtres d’An, d’Orion, d’où je suis, soyez pleinement accueillies dans cet espace sacré et consacré.

Je suis Christ’al Chaya, maître d’enseignement et de rigueur, un Melchizédech de la Fraternité Dorée d’Orion. Je viens vers vous, humains de la Terre, pour vous préparer à ce processus d’ascension, à ce processus  de rédemption de votre Etre.

Dans quelque temps, je vous restituerai l’intégralité des mémoires d’Orion. A travers ces mémoires galactiques, nous libèrerons un bon nombre de structures mémorielles liées à la grande fracture, à cette blessure intime que chaque individu porte en lui, à savoir, la séparation d’avec la Source Première, Primordiale.

Aujourd’hui, à travers votre propre évolution et votre propre rédemption, ce sont les grandes familles involutives qui ont l’opportunité de se rédempter, de reconnaître leur Essence Première. A travers le manteau galactique du système d’Orion qui redescend sur Terre, ce sont des systèmes entiers qui vont connaître cette possibilité d’ascension, qui vont connaître cette possibilité d’évolution. Ils vont devenir des univers fils en phase de devenir ensuite des univers Père / Mère. Et cela grâce à la Terre, grâce à vous, volontaires incarnés qui avez choisi, choisi de vivre ce cycle d’involution et de vivre aussi cette re-évolution. Vous vous êtes engagés sur le vaisseau Terre, il y a des éons de cela, précisément pour accomplir ce mandat universel premier qui est la solarisation des mondes.

En vous restituant l‘origine de la vie, l’origine sur vos propres existences, l’origine sur certains archétypes qui ont fondé à la fois les Hiérarchies de Lumière et les hiérarchies involutives, vous permettez la possibilité de rédempter des mondes, de faire de votre planète, non plus une planète d’expérimentation, mais une planète « cellule de rédemption ». Et aujourd’hui, nous libérons des engrammes jusque dans la genèse génétique de votre Etre afin de faire naître le nouvel Adam et la nouvelle Eve galactiques.

Les particules adamantines actuelles qui descendent, ont pour fonction de ramener dans votre environnement, ces chroniques de l’akasha galactique qui entrent en résonance avec les débris cellulaires et les blessures mémorielles de votre Etre, ces blessures qu’il a subies d’incarnation en incarnation sur Terre. Et il va en résulter une sorte d’alchimie, une alchimie entre l’information de ces expériences vécues sur Terre et l’information de votre karma racine, celui que vous avez contracté dans les étoiles.

La guérison des mondes, l’harmonisation des mondes, se vit à travers la conscientisation et l’équilibre des principes mâles et femelles, plus encore, se vit à travers le mariage des parèdres galactiques qui forment ensemble à la fois la Conscience Melchizédech et la Conscience Christos. Et dans quelque temps, lorsque nous voyagerons vers Bali, nous travaillerons à la métabolisation et à la guérison des vibrations féminines et masculines en chacun afin de permettre à votre Etre galactique, à votre Conscience Supérieure, de fusionner avec votre Etre incarné et de  rayonner cette vibration d’amour en vous et autour de vous.

Dans le système d’Orion, il existe un portail, le portail de l’Oeil d’Orion, appelé aussi « portail des parèdres ». Lorsque les Etres formant le Couple Divin, se présentent face à ce portail, eh bien, il y a, à ce moment là, une intensité si forte que ce portail s’ouvre. Et lorsqu’il s’ouvre, il donne accès à Aïn Soph Or, accès à toute la connaissance contenue à l’intérieur de la Source. Pour ouvrir ce portail, c’est le Couple Divin formant le 1 et le 1 qui fait apparaître le 3, l’aspect trinitaire de l’Etre, mais avant que le 1 et le 1 qui sont le masculin et le féminin, puissent faire apparaître le 3, la Trinité, il y a le passage initiatique du 2, de la matrice, du choix. Tant que l’Etre ne se reconnaît pas dans la Source, à la fois le soleil et ses multiples rayons, eh bien, il ne reconnaît pas sa Shakti, sa puissance intérieure. Reconnaître sa puissance intérieure, révéler le 2 en soi, c’est se reconnaître comme une matrice de rêve, une matrice contenant toutes les semences. Et lorsque cette matrice est respectée, lorsque l’aspirant se présente face à cette matrice, de la Mère Primordiale, avec respect et humilité, il peut révéler son aspect solaire, il peut devenir la structure du masculin, il peut devenir cette structure qui met en mouvement le plan de la Conscience Unitaire.

Vous êtes des Etres trinitaires et vous le deviendrez aussi si vous donnez la juste place à votre aspect féminin.

Dans ce processus de solarisation et de rédemption, vous comprendrez que la reconnaissance, la dévotion, la gratitude et l’humilité face à la Déesse, à la Mère des mondes, sont incontournables. Tant que survivront en vous des aspects de conquérant, de prédateur, tant que vous chercherez à briller, à satisfaire votre ego, à être aimé, adulé pour ce que vous faites, vous ne respecterez pas le chant intérieur de la Déesse, le chant de votre cœur, de votre Sacré Cœur.

Apprenez à recevoir plutôt qu’à vouloir prendre, apprenez la juste attitude, apprenez à ne plus vivre comme des mendiants, mais à être rayonnants, nourris par cette Source d’Amour qui est à la fois à l’extérieur de vous comme à l’intérieur de vous-mêmes. Lorsque vous serez roi sur vous-mêmes, vous ne chercherez plus à briller, à être reconnus, à être le premier, vous ne serez plus dans la comparaison, vous ne serez plus manipulés par les vibrations de l’ancienne matrice de survie, mais vous deviendrez des soleils de rédemption, des cellules christiques du Corps Céleste de cette nouvelle Arche d’Alliance qui est en route. Vous serez ce que Je Suis, un Etre rayonnant d’amour, de connaissance.

Chères âmes, chers lecteurs, sachez que même si les forces involutives des grandes familles reptiliennes et dracos ont dit « NON » à la rédemption, juste avant l’ouverture du 3ème portail de rédemption de Rapa Nui, eh bien, nous procèderons tout de même à leur rédemption par un grand recyclage cellulaire. Ce grand recyclage cellulaire peut avoir lieu à travers vous, en vous et par vous, humains volontaires incarnés au nom de la Source Première.

Lorsque vos extensions ont passé le 1er et le 2ème portail, elles ont reçu à nouveau des enseignements sur les lois de vie, sur les fondements de la Conscience Christos / Melchizédech et avant de passer le 3ème portail, vos extensions et tout leur environnement, seront face au choix consistant, soit à servir le bien commun, soit à servir ses propres intérêts.

Il est important de rassurer les Etres qui ont fait partie de l’environnement de vos extensions, car ces Etres sont des exécutants des familles reptiliennes et ils ont besoin de votre rigueur, de votre force et de votre patience pour oser traverser le 3ème portail de rédemption de Rapa Nui. Ils ont besoin d’atteindre un certain pourcentage de rayonnement de leur part christique pour pouvoir passer ce portail et vivre le recyclage cellulaire sans disparaître complètement, mais simplement à être métabolisés et redéfinis, respatialisés dans leur structure atomique, à travers la Source, car le recyclage amène les Etres à se refondre dans la Source Première.

Voilà ce que je vous dirai aujourd’hui, chères âmes, chers lecteurs. Continuez de passer ces trois portails de rédemption, ils sont une grâce, un moyen sacré de vous anoblir. Ces portails sont la volonté des Maîtres de la Fraternité Dorée dont le Maître Shinta Naya Horus Kron en préside le Conseil.

Soyez remerciés, pleinement remerciés et guidés dans votre processus d’ascension et de rédemption.

Et pour ceux et celles qui spéculent sur la véracité de mes enseignements, pour ceux et celles qui sont troublés dans leur cœur, je leur dirai « soyez vigilants quant à vos pensées, car elles finissent toujours par vous revenir. Si vous vivez des troubles, méditez dans le silence de votre cœur, ressentez votre Divine Présence et n’oubliez pas que c’est votre Présence Je Suis qui doit demeurer maître à bord et non vos projections, vos présuppositions et vos interprétations ».

Soyez bénies, chères âmes.

OM SHANTI CHAYA

www.christalchaya.com

Etre amour sans être le discernement

images (3)Parce que quelqu’un qui est amour sans être le discernement, vit son amour forcément au niveau du plexus. Et le plexus solaire n’est pas le siège de l’amour, il est le siège de l’émotion. Celui qui utilise le discernement se centre sur le plan mental et automatiquement l’énergie d’amour qui descend sur lui va être vécue dans le chakra cardiaque.

L’énergie d’amour est une énergie qui, comme le AUM dont nous avons parlé tout à l’heure, connaît des démultiplications. Dans l’univers il y a une seule et même énergie, amour, admettons. Mais lorsqu’elle est manifestée par l’homme, si l’homme est émotionnel, l’amour devient émotionnel. Si l’homme est mental, l’amour devient à peu près ce qu’il est véritablement, c’est-à-dire une diffusion du rayonnement.
De la même manière, le règne existe dans l’univers, cette énergie existe, mais elle se manifeste selon le niveau de l’homme. Elle détermine la création chez l’artiste, la maternité chez la mère, la paternité chez le père, le besoin d’enfanter. C’est le même rayon qui s’appelle le règne, la création. Donc je crée. Si je suis une mère, je vais créer un enfant. Si je suis un père je vais vouloir créer un fils. Si je suis un artiste je vais vouloir créer une œuvre, etc.

C’est ainsi pour tous les aspects de Dieu, pour tous les aspects de l’énergie. Au fur et à mesure que vous gravissez le chemin initiatique, vous rayonnez cette réalité d’une manière de plus en plus divine. Ce qui fait, que l’acte créatif que vous connaissiez au début, et qui vous a portés à être père et mère, ne vous envoie plus : « crée des enfants, mais crée un plan pour l’humanité ». C’est à ce moment-là où les Maîtres expérimentent pleinement ce rayon, ils enfantent une humanité. Plus on remonte l’échelle vibratoire et plus la vibration va être vécue et rayonnée par le disciple de manière divine.

Quand est-il donc de l’amour ?

L’amour subit ces démultiplications. Et lorsque l’énergie de l’amour est vécue et manifestée par un homme complètement ignorant de l’amour, très bas, très lourd dans les réactions astrales, l’amour est de la haine. C’est la même énergie. Je veux que vous compreniez ceci. C’est pour cela que toutes les religions vous réclament une extrême tolérance, même envers vos ennemis. C’est parce que l’ennemi n’existe pas en vérité. Ce qui existe, c’est un homme qui ne connaît rien aux réalités cosmiques. Ce qui ne veut pas dire que vous ne devez pas vous en méfier, mais vous ne devez pas le juger, c’est différent.

Attention, autant que vous pouvez aimer, autant vous pouvez haïr, parce que c’est la même énergie.

Les énergies sont des substances, il faut comprendre cela, et vous êtes les instruments. Selon le raffinement, selon la pureté de l’instrument, les énergies qui sont une et une seule, vont se manifester de façons négatives, positives ou neutres. Alors voyez le chant du monde comme un vaste mouvement d’énergies, d’énergies éveillées ou inconscientes, et ne jugez pas ceux qui sont inconscients, mais travaillez à les éveiller, même s’il vous semble que c’est du temps perdu.

Il n’y a jamais de temps perdu dans ces moments-là. Ne pensez pas : « Ce général qui déclare la guerre, il faut le massacrer, il faut l’enfermer. » Non. Pensez : « Toi, mon général, tu as des problèmes initiatiques, alors on va se regrouper et t’envoyer de la lumière, on va t’envoyer le plan de Dieu sur la tête. » Si ce général est plus ou moins fortement obscur, le plan de Dieu va, soit le convertir, soit le détruire.

Car lorsqu’un groupe de disciples envoie le plan de Dieu sur la tête d’un homme, l’homme a la chance de choisir s’il veut être converti ou pas. S’il choisit de ne pas être converti, le plan de Dieu qui est justice, ne l’oubliez pas et n’y mettez pas la compassion des Bouddhas, va détruire la personne et s’il le faut jusque dans son corps physique.

Alors pourquoi venir demander aux Maîtres d’arrêter la guerre quand vous, vous avez le pouvoir de l’arrêter. Je ne dis pas que vous avez le pouvoir d’aller sur les champs de bataille et de faire rempart avec vos corps contre les tanks, les missiles, les mitraillettes. Je ne parle pas de ce pouvoir-là, je parle d’un pouvoir réel, occulte, mental, responsable.

Soyez responsables. Vous voulez le bien de l’humanité, vous voulez que le monde change, qu’il devienne nouveau, meilleur, et bien devenez responsables. Ne soyez pas là en train de tirer les jupes de Dieu pour demander que le monde soit meilleur. Non. Réunissez-vous. Les Maîtres attendent que vous preniez votre responsabilité, attendent votre prise de fonction.

Les disciples du monde doivent prendre leur fonction de disciple, leur fonction d’intermédiaire. Ils doivent effectuer le bien, et ne pas simplement en parler entre gens de bonne conscience et de grande connaissance et faire des conférences de petit salon. Prenez votre responsabilité de disciple.

Réunissez-vous, ne soyez pas timide, et ne vous trouvez pas petit. C’est à cause de cela que vous n’y arrivez pas. C’est à cause de cela que votre prise de responsabilité et de fonction est entravée. Vous avez de la fierté pour des choses idiotes, pour la hauteur de vos talons, votre rouge à lèvres, pour le gonflant de votre coiffure, ou le nombre de chevaux de votre voiture.

Ayez de la fierté à être disciple, cette fois au moins ce sera pour le bien. Affirmez-le « Je suis disciple, je prends mes fonctions de disciple, je travaille pour le bien du monde ». Je veux que vous travailliez pour le bien du monde. Partout où je passe, je veux que cette chose soit dite et je veux créer le rassemblement.

Je ne veux pas, comme je l’ai dit mille fois, entendre que l’on m’aime, entendre que l’on me suit, revoir les mêmes personnes sagement assises aux mêmes places. « Tu as vu, grand frère, je suis fidèle ». Je n’ai rien à faire de votre fidélité. Je voudrais même que vous m’oubliiez. Je voudrais que vous ne soyez pas là et qu’il n’y ait qu’une personne, mais que chacun soit occupé quelque part dans la ville à faire du bien, à éclairer quelqu’un, à brandir la vérité, à écarteler l’archaïsme de l’esprit, à faire rentrer la lumière. Je voudrais être complètement inutile. Je déplore d’avoir cette utilité. Je la déplore vraiment. Comme je voudrais être inutile ! Cela voudrait dire que tous les disciples de la terre seraient forts, rayonnants, responsables et que la terre ne risquerait plus rien. Cela ne veut pas dire que je ne veux pas travailler.

Comment travailler avec les Maîtres

images (10)À l’heure actuelle, le travail le plus important, celui qui nous réclame et monopolise le plus d’énergie, c’est celui de la libération de la pensée, et la libération de l’âme. Parce que l’universalité ne peut pas arriver dans une humanité où la pensée est chargée de croyances, de dogmes, d’interdits, de problèmes affectifs, de traumatismes etc. C’est pour cela que je vous ai dit tout à l’heure : « Pour que ces Sages puissent venir occuper leur poste, il faudra aussi un changement social. » Changer la pensée chez les hommes, veut dire aussi changer leur société, nouvel homme, nouveau monde, nouvelle société. Tout doit être changé, et à l’heure actuelle, je vous le dis, ce qui réclame et concentre le plus nos énergies c’est la libération de la pensée, la libération de l’âme, parce que pour faire descendre l’universalité il faut que les pensées soient pures. C’est une évidence. Pour que la coupe reçoive le ciel il faut qu’elle soit vide, heureuse d’être vide et en attente. Il en est de même pour l’esprit. Pour que l’esprit universel descende il faut que les humains aient un esprit plus pur.

Notre action se situe à tous les niveaux, et pas simplement au niveau spirituel. Cela veut dire que la forme, dont je vous ai parlé tout à l’heure, travaille notamment à la libération des mœurs. Ce qui ne veut pas dire que la forme dirige les gens à aller dans une débauche sexuelle de plus en plus grande, ou qu’elle pousse l’enfant à répondre et à bafouer ses parents, ou qu’elle pousse les mères et les pères à ne plus avoir de responsabilité maternelle et paternelle.

L’homme reçoit l’inspiration comme il a reçu l’inspiration de l’église de Jésus, et il en a fait ce qu’il a voulu. Avec le drapeau de Jésus, les hommes sont allés tuer des hommes dans d’autres continents. Des hommes se sont enrichis, ils se sont engraissés d’or. Alors, Jésus tue lui-même son église, mais il ne tue pas l’essence Christique. Il tue le mur de mensonges, mais il ne tue pas ses justes.

Il en est de même pour toutes les inspirations. Ce que les hommes ont été capables de faire avec la parole de Jésus, ils le font aussi avec l’inspiration venue de la forme dont je vous ai parlé. Et lorsque cette forme leur dit : « Essayez d’envisager la liberté affective. Vous aimez un être, dites-le lui. Ne pensez pas qu’il est homme, ou qu’elle est femme, qu’il y a une moralité et que vous ne pouvez pas dire et pas toucher. Découvrez la fraternité. Osez dire “amour” à quelqu’un qui n’est que votre frère et voyez cette personne sous l’angle de la fraternité. »
Mais quand les individus reçoivent l’inspiration et qu’ils ne sont pas tout à fait prêts parce qu’ils n’ont pas réussi à régler certains de leurs problèmes sur un plan psychologique ou sur un plan physique, ils vivent l’inspiration sur un plan très profane, et la personne qui était inspirée pour découvrir la fraternité en chacun de vous, lorsqu’elle échoue, elle se débauche tout simplement. Il en va de même pour toutes les inspirations.

C’est pour cela que toutes les inspirations, un jour, sont dénaturées. Mais qu’importe, il faut qu’elles soient envoyées. Lorsqu’une inspiration est envoyée, si mille personnes la reçoivent, six cents ou huit cents la dénaturent, le nombre qui reste fait le bien et fait le juste. Ceux qui font le contraire de ce qui est juste et bon à propos de l’inspiration, concluront eux-mêmes, à la fin, que ce n’était pas bien et qu’il fallait voir la chose sous un autre angle.

La vie est initiatique et l’homme est libre de prendre l’initiation ou pas. C’est pour cela que vous pouvez faire de l’inspiration ce que vous voulez. L’initiation n’appartient qu’à vous, et vous pouvez vous initier dans le sens du bien comme dans le sens du mal. C’est pour cela que les sorciers existent. Sinon comment pourraient-ils exister ? Je vous le demande. Comment la lumière, puisqu’elle est divine, la puissance, puisqu’elle est énergie divine, pourrait-elle accepter d’être utilisée pour le mal, pour aller ensorceler quelqu’un ou aller tuer des millions d’hommes ?

C’est parce que la lumière est la lumière. N’est-il pas dit que l’homme est Roi et qu’il devra diriger tout ce qui existe, et qu’il en est capable ? De la même manière que l’homme peut faire de lui-même un ange, il peut faire de lui-même un diable, et la Lumière obéit.

N’y a-t-il donc pas une loi ? 

Mais oui, il y a des lois. Et on sait très bien qu’un jour le diable rencontrera Dieu et qu’ils ne se combattront pas. Le Diable va comprendre parce que Dieu va l’aimer. Mais avant que cette rencontre se fasse, il faut que l’homme se fasse pleinement diable et prenne sa forme définitive.
L’homme a un laps de temps pour évoluer et n’a-t-on pas parlé de jugement dernier ? Pendant tout un cycle, un cycle très lent, puisqu’il s’agit de la naissance, du développement, de l’avènement d’une humanité, il s’agit donc de milliers et de milliers d’années, l’humanité pendant ce temps-là est nourrie d’énergies, nourrie d’enseignements, etc. Mais l’homme est libre. Il fait de lui-même ce qu’il veut. Dieu lui a donné son âme, mais l’homme donne la couleur qu’il veut à son âme. Ensuite, il va présenter son âme à Dieu ou à celui que l’on peut nommer Dieu, et c’est là, où il est pris ou refusé. C’est cela le jugement dernier.

Pourquoi attend-on si longtemps ?

Parce que l’on ne peut pas juger un homme à un moment donné de son développement. Il n’a pas les bases nécessaires, la connaissance nécessaire pour que l’on puisse le juger. C’est pour cela que le jugement se trouve à la fin du cycle, et non pas après la mort, après chaque mort. C’est pour cela que le karma existe, parce que le jugement est à la fin du cycle de l’humanité. Le karma étant là, pour chaque fois éduquer les humains à se préparer à ce jugement.
Alors, ce jugement, est-il aussi important que cela ?

Non, il n’est pas important. Dieu n’a pas envoyé des petites âmes sur la terre, en espérant qu’elles soient bien obéissantes, qu’elles poussent dans de belles fleurs, et que le jour où il descendra dans son jardin, il cueillera les belles et écrasera les mauvaises.

En fait, il n’y a pas véritablement de jugement. Ce n’est pas un jugement dans le terme de bon ou de mauvais. C’est une présentation que vous faites de vous-même face aux anges pour savoir si vous pouvez devenir des anges et entrer dans la confrérie, ou retourner sur la terre ou sur une autre planète pour un autre cycle d’apprentissage et d’illumination. Il ne faut pas penser qu’il n’existe que les initiations décrites dans les livres, qu’il n’existe que les initiations connues et données par la hiérarchie planétaire. Les initiations se retrouvent dans tout le cosmos et pendant toute votre vie cosmique. Alors il y a des initiations planétaires et des initiations cosmiques et le jugement dernier qui concerne toute une humanité et en même temps les individualités. C’est la première des initiations cosmiques.

Les hommes sont très contents dès qu’ils ont une initiation planétaire. Une initiation planétaire c’est un grain de sable sur une plage, naturellement. Voyez les millions d’autres grains de sable qui existent sur cette plage. L’humain est très content il se dit : « J’ai une initiation » et il se sent très fier de lui, alors que cela est risible, non pas que l’initiation soit quelque chose d’inutile. Absolument pas.
Ce que je veux, c’est détruire la fausse attitude que vous avez face à l’initiation. C’est pour cela que je la tourne en ridicule. Sitôt que l’homme a un dé à boire, il a tellement soif, qu’il en devient saoul. Et pourtant on ne lui a donné à boire qu’un dé à coudre. Alors vous comprenez que l’on hésite beaucoup à lui donner le tonneau.

Il y a une phrase fantastique d’un frère que nous aimons énormément parce que son esprit était pur et qu’il avait compris toute chose dans sa réalité. Il a dit : « Plus on savait de choses et plus on pouvait conclure que l’on ne savait rien. » C’est pour cela que nous rions lorsqu’un humain s’extasie d’avoir reçu une initiation planétaire. Je veux que vous deveniez adultes.

Lorsqu’un individu a eu une initiation planétaire, qu’il en est très heureux, qu’il le dit à tout le monde, qu’il se proclame même gourou, il est de la même espèce que ceux qui croyaient il y a longtemps, que la terre faisait tourner l’univers. Il se dit : « Moi, je. » Allez disciples tournez autour de mon aura, et il satellise de pauvres âmes qui n’en finissent pas de tourner et qui finalement ne savent plus où elles sont.

Voilà ce qui se passe. Je le dis en souriant, mais c’est un gros problème. Mais le problème ne vient pas uniquement de celui qui pense cette erreur, le problème vient aussi des individus qui l’ont cru. Ce qui veut dire qu’ils ne sont pas plus avancés que celui qui a créé l’erreur et ensemble ils peuvent perpétuer l’erreur. Mais c’est en les laissant dans la confrontation, qu’un jour, celui qui a été malencontreusement happé par ce soit disant gourou, par ce soit disant initié, va finir par voir qu’il a été abusé, et tout s’arrêtera.

Je pourrais vous parler de tous ces problèmes pendant des heures, mais revenons au plan de la hiérarchie.

source : http://www.conscienceuniverselle.fr/

1234

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...