La lumière par Omraam

 

Gif angesChaque homme qui avait entrevu la réalité, l’unité des vibrations et leur signification devait en venir à modifier son être intérieur. S’il ne veut pas mettre sa vie en accord avec les grandes découvertes de la science, la possession des appareils, même les plus perfectionnés et les plus puissants, ne permettra que des progrès extérieurs dont résulteront des heurts avec les entités invisibles que nous rencontrons dans notre monde intérieur.

La lumière ! Les savants ont si peu réfléchi sur ce sujet qu’ils ignorent encore que la lumière reçue du soleil n’est pas celle dont parlent les Écritures. Au-delà du soleil visible, il existe un soleil invisible, obscur. Il déverse ses forces sur l’autre, qui les transforme et les renvoie visibles. Cela se passe de la même façon dans le tube de Crooks. La lumière que nous voyons n’est pas celle qui fut au commencement, elle n’est pas non plus la Parole ou le Verbe dont parle le prologue de l’Évangile selon Saint-Jean. En bulgare, nous avons deux mots: vidélina, svetlina. Ce que le premier soleil, le soleil invisible a envoyé, c’était vidélina. Ce que le second soleil, le soleil visible renvoie après transformation, c’est svetlina, la lumière que vous voyez. Elle est une matérialisation de la première. Il y a une grande différence entre vidélina et svetlina. La lumière des Écritures, nous ne pouvons la voir. Vidélina, la lumière véritable, ne révèle les choses qu’en se heurtant à elles dans l’espace. Si rien ne se trouve sur son passage, elle reste invisible. Seul l’obstacle qu’elle rencontre peut le révéler.

La lumière dont parle Saint-Jean, c’est vidélina. Pour voir le monde invisible, pour comprendre la vie, pour se libérer des limitations, pour être heureux, il faut avoir en soi vidélina. Tout dépend de la quantité de vidélina que l’on porte dans son être. La lumière physique, dans ce domaine, ne mène pas très loin. Il est vrai qu’elle est utilisée pour de nombreuses et merveilleuses réalisations, mais elle peut aussi causer des dommages et des maladies, si on ne sait pas s’en servir raisonnablement. Car la lumière du soleil n’est pas la même le matin ou l’après-midi, et il faut le savoir. Beaucoup s’exposent au soleil l’après-midi, et c’est très mauvais. Le matin, les rayons du soleil améliorent la circulation, la respiration, la digestion, et même la pensée. Après midi, c’est tout le contraire. Pour profiter de la meilleure façon de la lumière, il faut s’y exposer avant le lever du soleil, afin d’être baigné dans les rayons invisibles qui apportent la vie.

 

POURQUOI ET COMMENT FAUT-IL SE LIER AU SOLEIL : Texte extrait de plusieurs conférences 1962 – OMRAAM MIKHAËL AÏVANHOV

AGARTHA par Omraam

Dans les années 1970, le grand Maître spirituel bulgare Omraam Mikhaël Aïvanhov fit de nombreuses révélations sur l’Agartha et l’organisation de la communauté installée dans la Terre Creuse suivant la Loi Synarchique. Il a prophétisé que la Synarchie serait prochainement importée de l’Agartha et remplacerait la démocratie sur toute la surface de la Terre, après l’effondrement brutal des valeurs capitalistes.

AGARTHA par Omraam dans MESSAGES EVENEMENTS aivanhov

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Voici un extrait de l’un de ses livres où il révèle la structure politique du gouvernement en Agartha :

« Maintenant, de plus en plus, on commence à parler et à écrire sur l’Agartha, mais il y a des années, c’était une question peu connue. Il y avait le livre d’un Russe, Ossendwski : Bêtes, hommes et dieux, qui raconte tout ce qui lui a été dit à ce sujet dans les monastères du Tibet. Mais c’est surtout le livre du marquis de Saint-Yves d’Alveydre : La Mission de l’Inde, qui apporte sur l’Agartha les plus grandes révélations.

Saint-Yves d’Alveydre était un écrivain, un érudit et même un Initié. Il possédait la faculté de se dédoubler, et c’est ainsi qu’il révèle dans cet ouvrage qu’il a pu lui-même pénétrer en Agartha. Il donne des détails extraordinaires sur ce royaume souterrain éclairé par une sorte de soleil intérieur, et où, comme sur la Terre, poussent des arbres et des fleurs, où vivent des animaux et des hommes. Il parle de bibliothèques et d’archives qui s’étendent sur des kilomètres et qui contiennent toute l’histoire de l’humanité. Oui, des livres extraordinaires qui étaient écrits par de grands Initiés et qui contenaient de grands secrets ; on les a ôtés des mains de l’humanité, mais ils sont là en Agartha, et seuls ceux qui sont évolués ont le droit d’aller les lire.

Tout ce qui se passe dans le monde depuis son commencement est enregistré et conservé dans ces archives. Tout ce qui a disparu de la surface de la Terre et que l’on croit définitivement perdu, on le retrouve là-bas. Si vous voulez savoir comment étaient certains personnages historiques, c’est là que vous les trouverez. Et vous aussi, vous êtes là, en miniature. Car nous tous, nous existons sous la forme d’un double pour qu’on nous étudie. Il y a toujours en Agartha de petits reflets de tout ce qui se passe ici. Et les Agarthiens savent même qu’en cet instant je suis en train de parler d’eux.

Certains, qui ont fait des recherches, pensent que les bohémiens, les tziganes, viennent de l’Agartha dont ils auraient été chassés, et que c’est de là qu’ils ont rapporté les connaissances qu’ils ont du Tarot, par exemple, et qu’ils se transmettent de génération en génération. On pense aussi que les Agarthiens viennent de l’Atlantide et de la Lémurie. Avant que le continent se mette à sombrer – il y aurait quinze mille ans de cela d’après certaines recherches – ils se seraient enfuis avec leurs engins extraordinaires pour se réfugier dans le centre de la Terre où ils ont créé des villes et se sont installés.

Evidemment on raconte toutes sortes d’histoires extraordinaires au sujet de l’Agartha. Sont-elles vraies ou fausses ? Ce n’est pas ce qui m’intéresse. Ce qui m’intéresse, c’est la philosophie, les principes sur lesquels ce royaume est fondé et comment les propager, et surtout comment faire comprendre aux humains qu’ils vont bientôt se casser la tête s’ils continuent à suivre des philosophies erronées.

L’Agartha est un royaume très sagement organisé, où des millions d’hommes vivent dans la prospérité, la paix et le bonheur, à l’abri des maladies et même de la vieillesse. Saint-Yves d’Alveydre parle en détail de cette organisation. Au sommet règne une trinité d’êtres : Le Brahatma, le Mahatma et le Mahanga (qu’Ossendowski mentionne sous les noms de Brahytma, Mahytma et Mahynga). Au Brahatma est confiée l’Autorité, au Mahatma le Pouvoir, et au Mahanga l’Organisation. Et comme l’Agartha possède une structure qui est le reflet de l’ordre cosmique, au-dessous de cette trinité supérieure il y a un groupe de douze personnes, à l’image du Zodiaque ; puis un groupe de vingt-deux, à l’image des vingt-deux principes du Verbe à l’aide desquels Dieu a créé le monde ; puis trois cent soixante cinq, comme les trois cent soixante cinq jours de l’année, etc.

desc_head_agartha dans OMRAAM nous parle

Pendant des années j’ai beaucoup réfléchi et médité sur l’Agartha et j’ai travaillé à entrer en communication avec ce royaume invisible. Peut-être ne le croirez-vous pas, mais le moment est venu de vous le dire : la démocratie sera bientôt remplacée par une nouvelle organisation. Cette organisation s’appelle la synarchie. Il faut que les humains comprennent maintenant qu’ils n’ont jamais encore trouvé le gouvernement qui convient et que seule la synarchie, le gouvernement des Initiés, peut résoudre tous les problèmes politiques, sociaux, économiques. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov
Extrait d’une conférence prononcée le 17 mars 1974 à Videlinata (Suisse)

NOTA : L’intégralité de cette conférence est retranscrite dans le livre « Le Verseau et l’Avènement de l’Âge d’Or » (Tome XXV des ouvres complètes) – © Éd. Prosveta

En Agartha

 

gifs étoilesTout ce qui se passe dans le monde depuis son commencement est enregistré et conservé dans ces archives. Tout ce qui a disparu de la surface de la Terre et que l’on croit définitivement perdu, on le retrouve là-bas. Si vous voulez savoir comment étaient certains personnages historiques, c’est là que vous les trouverez. Et vous aussi, vous êtes là, en miniature. Car nous tous, nous existons sous la forme d’un double pour qu’on nous étudie. Il y a toujours en Agartha de petits reflets de tout ce qui se passe ici. Et les Agarthiens savent même qu’en cet instant je suis en train de parler d’eux.

Certains, qui ont fait des recherches, pensent que les bohémiens, les tziganes, viennent de l’Agartha dont ils auraient été chassés, et que c’est de là qu’ils ont rapporté les connaissances qu’ils ont du Tarot, par exemple, et qu’ils se transmettent de génération en génération. On pense aussi que les Agarthiens viennent de l’Atlantide et de la Lémurie. Avant que le continent se mette à sombrer – il y aurait quinze mille ans de cela d’après certaines recherches – ils se seraient enfuis avec leurs engins extraordinaires pour se réfugier dans le centre de la Terre où ils ont créé des villes et se sont installés.

Evidemment on raconte toutes sortes d’histoires extraordinaires au sujet de l’Agartha. Sont-elles vraies ou fausses ? Ce n’est pas ce qui m’intéresse. Ce qui m’intéresse, c’est la philosophie, les principes sur lesquels ce royaume est fondé et comment les propager, et surtout comment faire comprendre aux humains qu’ils vont bientôt se casser la tête s’ils continuent à suivre des philosophies erronées.

L’Agartha est un royaume très sagement organisé, où des millions d’hommes vivent dans la prospérité, la paix et le bonheur, à l’abri des maladies et même de la vieillesse.

 

Saint-Yves d’Alveydre parle en détail de cette organisation. Au sommet règne une trinité d’êtres : Le Brahatma, le Mahatma et le Mahanga (qu’Ossendowski mentionne sous les noms de Brahytma, Mahytma et Mahynga). Au Brahatma est confiée l’Autorité, au Mahatma le Pouvoir, et au Mahanga l’Organisation. Et comme l’Agartha possède une structure qui est le reflet de l’ordre cosmique, au-dessous de cette trinité supérieure il y a un groupe de douze personnes, à l’image du Zodiaque ; puis un groupe de vingt-deux, à l’image des vingt-deux principes du Verbe à l’aide desquels Dieu a créé le monde ; puis trois cent soixante cinq, comme les trois cent soixante cinq jours de l’année, etc.

Pendant des années j’ai beaucoup réfléchi et médité sur l’Agartha et j’ai travaillé à entrer en communication avec ce royaume invisible. Peut-être ne le croirez-vous pas, mais le moment est venu de vous le dire : la démocratie sera bientôt remplacée par une nouvelle organisation. Cette organisation s’appelle la synarchie. Il faut que les humains comprennent maintenant qu’ils n’ont jamais encore trouvé le gouvernement qui convient et que seule la synarchie, le gouvernement des Initiés, peut résoudre tous les problèmes politiques, sociaux, économiques. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov – Extrait d’une conférence prononcée le 17 mars 1974 à Videlinata (Suisse)

Le disciple…

Omraam Mikhaël Aïvanhov 

Extrait de conférence donnée à Vidélinata, Suisse
le 21 Mars 1981 (5 mn)
« Le disciple doit devenir un être parfait »

Le disciple... dans OMRAAM nous parle OmraamMikhaelAivanhov

Omraam Mikhaël Aïvanhov (1900-1986) maître spirituel français d’origine bulgare, vient en France en 1937 où il donne l’essentiel de son enseignement. 

Au travers de plus de 4500 conférences, il explore la nature humaine dans son environnement, à l’échelle individuelle, familiale, sociale, planétaire. Celui que nous appelons Maître, dans l’acception orientale du terme se référant à la maîtrise personnelle et au talent pédagogique, nous dit : « ce que je souhaite par cet enseignement, c’est vous donner des notions sur la vie, sur vous-même, comment vous êtes construits, quelles relations vous avez avec l’univers tout entier et quels échanges vous devez faire après entre vous et l’univers qui est la Vie ». 

Aider l’être humain à retrouver sa dimension spirituelle (qu’il appelle sa nature supérieure ou divine), à se perfectionner, se renforcer et s’épanouir au cœur du monde où il se trouve, voilà son objectif prioritaire. Omraam Mikhaël Aïvanhov précise : « Je me suis surtout efforcé d’éclairer un sujet : les deux natures de l’être humain, sa nature supérieure et sa nature inférieure, parce que c’est la clé qui permet de résoudre tous les problèmes. » 

Mais le travail intérieur, individuel, s’inscrit dans une perspective plus large et universelle : il permet d’acquérir la conscience que nous sommes citoyens du cosmos, membres de la grande famille humaine, la fraternité universelle, fils et filles d’un même créateur. Au-delà encore, l’enseignement du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov nous invite à participer à la réalisation d’un nouvel âge d’or sur la terre.

 Par son rayonnement et son enseignement, le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov a ouvert à d’innombrables personnes le chemin de l’épanouissement intérieur. 

la révolution arabe |
TOUT EST Là !!!!! |
histoire de mes histoires |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | My head
| Existence Amère
| Douces sensations d'un jour...